ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une des figures dominantes du judaïsme allemand au Moyen Âge, Éléazar, né à Mayence, étudie dans les grandes académies talmudiques de France et de la vallée du Rhin. Il appartient à la grande famille des Kalonymides. Son père, Judah ben Kalonymos, lui enseigne la halakah et la théologie ésotérique ; mais, concernant cette dernière, ce fut Judah ben Samuel le Hassid (le Pieux), la plus grande figure du hassidisme rhénan, qui l'initia plus avant. Éléazar fut personnellement victime du déchaînement des croisés contre les communautés juives rhénanes, et sa femme ainsi que ses enfants y trouvèrent la mort.

Son œuvre s'étend à tous les domaines : halakah, poésie liturgique (pyutim), éthique, théologie, exégèse. Son grand ouvrage halachique, Sefer ha roheeh (éd. princeps, Ferrare, 1505), se situe dans la tradition des tossaphistes du nord de la France et de l'Allemagne et il inclut beaucoup de coutumes (minhagim). Le premier chapitre du livre expose les valeurs éthiques fondamentales du hassidisme (amour et crainte, humilité) ; le second décrit les voies du repentir.

L'œuvre fondamentale d'Éléazar est le Sodé aazayya (Secrets des secrets), dont quatre parties ont été publiées, le reste n'existant qu'en manuscrit. La première partie porte sur l'œuvre de la création et s'intitule « Sod Ma aseh Bereshit » (Le Mystère de l'œuvre du commencement) ; Éléazar y a utilisé des matériaux fournis par l'ancienne littérature des Heyhalot. La deuxième partie, « Sod ha merkabah » (Mystère du char), porte sur le monde angélique, le char divin, le trône divin, la Gloire visible et la prophétologie. La troisième partie, « Sefer ha shem » (Le Livre du nom), est consacrée à l'exégèse des noms divins. La quatrième, « Hohmah ha Nefesh » (Science de l'âme), est un traité de psychologie et d'eschatologie de l'âme. La cinquième et dernière partie est un commentaire de Sefer Yeṣira qui contient des instructions détaillées pour la fabrication du Golem.

Éléazar rédigea un autre traité théologique important intitulé Sefer ha hohmah (Livre de la science). Il composa encore des dizaines d'œuvres ainsi que d'imposants commentaires sur les prières. Après sa mort, la légende s'empara de lui et nombre d'idées et d'ouvrages lui furent attribués de manière pseudépigraphique.

—  Roland GOETSCHEL

Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235)  » est également traité dans :

JUDA DE RATISBONNE dit JUDA LE PIEUX (1150-1217)

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 401 mots

Le maître le plus éminent du mouvement piétiste rhénan. Juda vécut quelque temps à Spire, mais passa la plus grande partie de sa vie à Ratisbonne. En dehors des légendes colportées à son sujet, on ne connaît que peu de détails sur son existence. Ce silence est volontaire : Rabbi Juda ou Juda le Pieux ne signait pas ses livres de son nom, de peur que ses enfants n'en tirent de l'orgueil ; et même s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juda-de-ratisbonne/#i_32029

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « Le mouvement des ḥassidim d'Allemagne »  : […] Les spéculations du Sefer ha-bahir atteignirent d'abord les communautés rhénanes, où le livre fut connu par l'intermédiaire d'un membre de la famille des Kalonymides. La condition pénible des Juifs d'Allemagne pendant les croisades a contribué à préparer dans ce pays un terrain propice à l'éclosion d'un courant mystique intimement lié à la vie du peuple et qui, malgré la courte durée de sa périod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_32029

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « ÉLÉAZAR DE WORMS (1163-1235) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eleazar-de-worms/