RAY SATYAJIT (1921-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art du temps

De Renoir et du néo-réalisme, Satyajit Ray gardera cette idée qu'un artiste doit être le témoin engagé de l'époque dans laquelle il vit, qu'il s'agisse de la misère des campagnes (Pather Panchali) ou de la corruption qui règne dans le monde des affaires (Les Branches de l'arbre, 1990). Du passé de la Renaissance bengali, il gardera l'attachement pour cette vitalité intellectuelle et culturelle qui marque des films comme La Déesse, Le Salon de musique, Charulata et La Maison et le monde.

Parallèlement à sa carrière de cinéaste, Ray a été musicien et écrivain. C'est en 1961 qu'il commence à composer la musique de ses films, chose rare dans l'histoire du cinéma – à l'exception de Chaplin –, mais fréquente en Inde. Ray a toujours dit que « le cinéma, comme la musique, est un art du temps » et que, contrairement à la peinture ou à la littérature, le cinéma est un art qui impose sa durée. Cependant, la musique indienne reposant essentiellement sur l'improvisation, c'est du côté de l'Occident (Beethoven et Mozart) que Ray ira chercher les modèles qui obéissent à des formes dramatiques précises (concerto, sonate, symphonie).

C'est également en 1961 qu'il fait renaître la revue Sandesh, fondée par son grand-père en 1913. Ce magazine pour enfants publie en bengali des nouvelles qui sont la retranscription de contes populaires oraux. Ray lui-même prend goût à écrire des nouvelles. Il crée le personnage du détective Feluda, son héros le plus célèbre, qu'il adaptera à l'écran, et signe de nombreux récits fantastiques inspirés de Jules Verne et d'Arthur Conan Doyle.

C'est de cette façon que Satyajit Ray en vient à écrire le scénario de son projet The Alien, qu'il devait tourner à Hollywood pour la Columbia. Il reprochera plus tard à Spielberg de s'en être inspiré en réalisant E.T.

Trois visages de comédiennes (Sharmila Tagore, Madhabi Mukherjee et Mamata Shantar) irradient l'œuvre de Ray, et un acteur, Soumitra Chatterjee, qui fut Apu en 1959 dans Le Monde d'Apu et Proshanto dans Les Branches de l'arbre en 1990, a été jusqu'au b [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  RAY SATYAJIT (1921-1992)  » est également traité dans :

SALON DE MUSIQUE, film de Satyajit Ray

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 794 mots

Le Salon de musique (Jalsaghar), adapté d'un conte indien, semble en décalage avec le réalisme des productions précédentes du cinéaste bengali Satyajit Ray (1921-1992). Celui-ci venait d'achever La Complainte du sentier (Pather Panchali, 1955) et L'Invaincu […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots

Dans le chapitre « L’âge d’or des années 1950 »  : […] Alors que le système des studios s’est effondré tardivement au Japon (au seuil des années 1960 avec l’avènement de la télévision), l’Inde a la particularité d’avoir vu ce système péricliter très tôt sans que soit entamée la vitalité de la production et de la fréquentation. Himansu Rai, fondateur de la Bombay Talkies, meurt en 1940 et son studio ferme ses portes en 1952. L’année suivante, la Prabha […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TESSON, « RAY SATYAJIT - (1921-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/satyajit-ray/