RAY SATYAJIT (1921-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Inde est un pays connu pour être le plus gros producteur de films au monde, à travers deux centres (Madras et Bombay) qui distillent des œuvres mythologiques ou d'action, chantées ou dansées. Satyajit Ray s'est toujours tenu éloigné des règles de l'industrie du cinéma commercial et a choisi de demeurer fidèle à sa ville (Calcutta, où il naît en 1921), à sa région (le Bengale), à sa langue et à sa culture. Il a manifesté son attachement à la musique classique indienne en demandant à Ravi Shankar, alors peu connu en Occident, de composer en 1955 la musique de son premier film, Pather Panchali, avant de consacrer un film à ce sujet, Le Salon de musique (1958), où s'illustrent des musiciens comme Ustad Vilayat Khan et Bismillah Khan. Plus qu'à la musique, c'est à la littérature bengali, la plus riche et la plus importante de toute l'Inde, que le cinéaste sera fidèle, s'inspirant de ses principaux romanciers, à commencer par Rabindranath Tagore, Prix Nobel en 1913, dont il adaptera des nouvelles (Trois Femmes, 1961), ainsi que Charulata (1964) et La Maison et le monde (1984).

Charulata, S. Ray

Charulata, S. Ray

Photographie

Charulata (1964), de Satyajit Ray (1921-1992). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Un héritier de la Renaissance bengali

Satyajit Ray est lui-même issu d'une famille d'écrivains, amis de Tagore. Son grand-père était imprimeur, éditeur traducteur et écrivain pour enfants, et son père, grand admirateur de Lewis Carroll et d'Edward Lear, est l'auteur d'une œuvre où l'on peut voir l'équivalent bengali d'Alice au pays des merveilles. À travers sa famille et Tagore, Satyajit Ray est aussi l'héritier d'un mouvement intellectuel de la seconde moitié du xixe siècle, connu sous le nom de Renaissance bengali. Ce mouvement, qui prônait un juste échange culturel entre l'Orient et l'Occident, s'est élevé contre le système des castes en Inde, dénonçant le dogmatisme religieux préconisé par les fondamentalistes hi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  RAY SATYAJIT (1921-1992)  » est également traité dans :

SALON DE MUSIQUE, film de Satyajit Ray

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 794 mots

Le Salon de musique (Jalsaghar), adapté d'un conte indien, semble en décalage avec le réalisme des productions précédentes du cinéaste bengali Satyajit Ray (1921-1992). Celui-ci venait d'achever La Complainte du sentier (Pather Panchali, 1955) et L'Invaincu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salon-de-musique/#i_17459

INDE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Amandine D'AZEVEDO, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’âge d’or des années 1950 »  : […] Alors que le système des studios s’est effondré tardivement au Japon (au seuil des années 1960 avec l’avènement de la télévision), l’Inde a la particularité d’avoir vu ce système péricliter très tôt sans que soit entamée la vitalité de la production et de la fréquentation. Himansu Rai, fondateur de la Bombay Talkies, meurt en 1940 et son studio ferme ses portes en 1952. L’année suivante, la Prabha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-le-cinema/#i_17459

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles TESSON, « RAY SATYAJIT - (1921-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/satyajit-ray/