INDE (Arts et culture)Le cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma indien reste pour beaucoup de gens associé à un nom, celui de Satyajit Ray, l’auteur du Salon de musique (1958), et à un record : 1907 films en 2015, qui font de ce pays le plus gros producteur de films du monde. C’est là son double visage. D’un côté, la tradition d’un cinéma d’auteur, d’artistes, associé à un nom (Ray), à une région précise, le Bengale, et à une ville, Calcutta, modèle qui a ensuite favorisé la constitution d’un cinéma régional, surtout au sud de l’Inde. De l’autre, un cinéma musical commercial, chanté et dansé, qui a pour berceau historique une autre ville, Bombay (« Bollywood » est la contraction de Bombay et de Hollywood) et une autre langue, l’hindī. Après avoir connu son âge d’or dans les années 1950, l’actuel cinéma de Bollywood, qui cumule les gros succès au box-office même s’il est minoritaire en volume de production (360 films en 2017), outre ses territoires de diffusion traditionnels (l’Asie du Sud-Est, l’Afrique noire et l’Afrique du Nord, laissant au passage une empreinte durable sur les films musicaux des studios du Caire), connaît désormais un regain d’intérêt en Occident. Le succès en France de Devdas (2002), avec les stars Aishwarya Rai et Shahrukh Khan, a contribué à cette tendance. Ce mouvement de balancier entre les artistes, d’un côté, et le film musical populaire de qualité, de l’autre, n’est pas nouveau : il constitue bel et bien le socle historique de cette cinématographie.

Le miroir d’une nation

Lorsque Satyajit Ray se lance en 1952 dans l’aventure de Pather Panchali et tourne en décors naturels avec des acteurs non professionnels, rompant ainsi avec les lois du cinéma commercial (chansons et danses, tournage en studio, star-system), il ignore qu’il creuse irréversiblement l’écart entre un serious cinema (un cinéma dit d’auteur, montré dans les grands festivals internationaux, reconnu par la critique) et un cinéma escapist, ou d’évasion, extrêmement populaire. Si le Bengale a contribué au rayonnement international du cinéma indien, Calcutta, après avoir fait jeu égal avec Bombay et Madras, les deux grands centres de production, est devenu un pôle minoritaire. Avec quarante-deux films produits en 1992, le Bengale représente actuellement 5 p. 100 de la production nationale.

S’il fallait trouver un fil conducteur au sein de cette dichotomie visible entre l’art et l’industrie, la musique pourrait être le dénominateur commun. Satyajit Ray a fait appel aux grands noms de la musique indienne (Ravi Shankar, Bismillah Khan, Ustad Vilayat Khan) avant d’écrire lui-même, dès 1961, la musique de tous ses films. De plus, le film musical (chansons et danses) ne représente pas un genre parmi d’autres dans la production commerciale : il est le genre qui surdétermine tous les autres. Qu’il s’agisse d’un film historique, mythologique, religieux ou d’aventures, tout film indien, d’une durée standard d’environ trois heures (bien que la tendance soit de le raccourcir), contient au moins six chansons et six danses. Les séquences musicales sont d’une extrême inventivité : on peut danser sans chanter, ou vice versa. Plus important encore, ce type de séquence peut tout autant être dans la continuité narrative du film (avec l’exploration des sentiments par la chanson notamment) que s’en dissocier, la plongée dans les fantasmes de l’un des protagonistes étant une forme récurrente. Dans les séquences fantasmées, le décor, les costumes, tout peut être absolument étranger au reste du film. Ainsi, les séquences musicales sont bien souvent le lieu où l’on peut juger des qualités de mise en scène du réalisateur. Elles constituent un passage obligé certes, mais aussi le lieu d’une inventivité toujours renouvelée. Dans un pays qui a aimé très tôt les images animées et leur a voué un culte indéfectible, le cinéma reste aujourd’hui encore – autre phénomène d’exception – le médium dominant, celui qui offre à son public le miroir emblématique de la nation. Partout ailleurs (Amérique, Europe, Japon), la télévision assume ce rôle. Ce qui explique que le cinéma indien soit à la fois porteur de tous les espoirs (la fiction édifiante) et de tous les oublis (le réalisme n’est pas son fort), tout en étant le vecteur essentiel des valeurs morales. Malgré la marque étroite laissée par la censure, les principaux tabous de la société indienne – la religion, la politique, la violence, l’érotisme et le sexe – se lisent en creux dans le discours de chaque film, nous offrant le spectacle d’un inconscient collectif codifié par les archétypes du genre. Par ailleurs, le cinéma indien a très tôt développé un langage de la métaphore et de la suggestion, qui lui a permis d’outrepasser les cadres posés par les comités de censure. Pour ne donner qu’un exemple, les scènes de « sari mouillé », qui placent l’héroïne sous la pluie ou une cascade, permettent de l’érotiser sans la dénuder, sa tenue lui collant au corps malgré elle. Elle est bien souvent à ce moment-là observée par le héros. Ce type de scène est devenue un classique, qui ne cesse de prendre des formes nouvelles à chaque période du cinéma indien. On citera par exemple la très sensuelle chanson « Bhor Bhaye Panghat Pe » dans Satyam Shivam Sundaram (Raj Kapoor, 1978), qui fit scandale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : docteure en études cinématographiques et audiovisuelles
  • : critique de cinéma, maître de conférences en histoire et esthétique de cinéma, université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  INDE  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

L'Union indienne s'étend sur un vaste territoire d'environ 3 287 263 kilomètres carrés et rassemble près de 1,2 milliard d'habitants en 2013. Cet espace, grand comme six fois la France et abritant près d'un sixième de la population mondiale, appartient à l'Asie des hautes densités dont il résume les caractéristiques essentielles. Alors que les massifs montagneux, tout particulièrement la […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

L'Inde a produit, au IIIe millénaire avant notre ère, une des premières grandes civilisations de l'histoire humaine. L'un des traits saillants de l'histoire indienne jusqu'aux alentours de l'époque du Christ est la diffusion graduelle à travers le subcontinent de la conception brahmanique de l'ordre social, sous la forme de la combinaison organique des […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - L'économie contemporaine

  • Écrit par 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Joël RUET
  •  • 11 951 mots
  •  • 11 médias

En 1947, année de son indépendance, l'Inde était un des pays les plus avancés du monde non occidental en raison de ses élites modernes, de ses infrastructures, de ses noyaux industriels – développés par des entrepreneurs ambitieux et pugnaces, face aux mesures démobilisatrices voire coercitives de la puissance coloniale britannique –, en raison également des progrès de certaines zones agricoles. E […] Lire la suite

INDE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Samuel BERTHET
  •  • 4 387 mots
  •  • 3 médias

Les institutions indiennes régissent la plus grande démocratie du monde. Au-delà du cliché, l’expression correspond à un fait concret : la tenue régulière et sans interruption de consultations électorales libres du plus grand électorat du monde, et ce depuis les législatives de 1951-1952, quatre ans après l’ind […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Les littératures philosophiques de l'Inde sont parmi les plus variées et les plus abondantes du monde ; elles correspondent à une production ininterrompue depuis la fin du deuxième millénaire avant notre ère jusqu'à nos jours et dans une aire culturelle immense. Elles se sont d'autre part largement répandues à travers toute l'Asie centrale et orientale et dans tout le Sud-Est asiatique.La spéculat […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 264 mots
  •  • 2 médias

L'histoire des sciences, au sens où nous l'entendons en Occident, a bénéficié d'apports spécifiques de l'Inde, au moins dans trois domaines : l'astronomie, les mathématiques et les sciences médicales. D'autres disciplines scientifiques, la physique par exemple, n'ont pas été cultivées en Inde, sinon sous une forme purement spéculative. À bien des égards, […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le sous-continent indien aux côtés du bloc dravidien, des groupes munda et tibéto-birman, le groupe linguistique de loin le plus important est le groupe indo-aryen. Les langues indo-aryennes forment la branche indienne de la famille indo-européenne. Elles sont parlées par 78 p. 100 de la population actuelle du sous-continent, soit 73 p. 100 des Indiens, la quasi-totalité des Pakistanais, 70 p […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

L'art indien a fourni une contribution importante et originale au patrimoine artistique de l'humanité.Contribution importante par la persistance, jusqu'à l'époque contemporaine, d'une tradition dont les manifestations matérielles n'apparaissent guère avant le iiie siècle avant l'ère chrétienne, mais qu'on ne […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 221 mots
  •  • 6 médias

Nul océan ne mérite mieux son nom que l'océan Indien. Non seulement l'Inde y enfonce son formidable soc mais, de plus, sa civilisation en a parcouru toutes les eaux et en a modelé les rivages orientaux à son image. Par son amplitude géographique et son poids sur le cours des peuples, l'expansion indienne est un des mouvements les plus importants de l'histoire.À l'ouest, certes, les échanges ont su […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

On traitera ici des pratiques et pensées mathématiques qui ont eu cours dans le sous-continent indien – en « Asie du Sud », comme on dit communément dans les pays anglo-saxons –, puisque l’aire géographique concernée couvre tout autant l’Inde que le Pakistan, le Bangladesh, le Bhoutan et l’île de Ceylan actuels. Qu’il s’agisse de sources archéologiques ou de textes écrits dans de multiples langues […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Amandine D'AZEVEDO, Charles TESSON, « INDE (Arts et culture) - Le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-le-cinema/