TAGORE RABĪNDRANĀTH (1861-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vivant, Tagore fut considéré comme le plus mystique des poètes et le plus poète des mystiques. Tandis que l'Inde retrouvait dans ses accents le souffle védique, l'Occident était séduit par l'un des rares écrivains indiens que de nombreuses traductions – réalisées en anglais par l'auteur lui-même – mettaient à sa portée. Non que Tagore fût le seul écrivain de langue bengali, mais son rayonnement universel lui valut en 1913 le prix Nobel de littérature. Si les adaptations de ses œuvres en anglais et en français contribuent grandement à sa célébrité, elles n'ont cependant cerné qu'une part relativement minime d'une création qui s'échelonna sur quelque soixante années. À la fois maître spirituel, peintre, réformateur littéraire et social, romancier, polémiste et poète, on lui doit d'avoir révélé à l'Occident le génie bengali.

Rabindranath Tagore

Rabindranath Tagore

photographie

Inspiré par les Upanishads, chants sacrés hindous, Tagore a élaboré un recueil d'un mysticisme fervent (L'Offrande lyrique, 1913). … 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Soif de l'amour

Le « Grand Saint » Devendranāth Tagore (1817-1905), la plus digne figure spirituelle depuis Rāmmohan Rāy (1772-1833), tenait la poursuite de l'Absolu pour l'unique signification de la vie. Soumis au vieux principe des Sages, Devendranāth ne quittait sa retraite que pour regagner son foyer et « assurer la lignée » ; Rabindranāth Tagore, qui naquit à Calcutta, fut l'avant-dernier de ses quinze enfants. La garde de ceux-ci était confiée aux domestiques et aux précepteurs de la maison, tandis que les femmes participaient aux recherches philosophique, littéraire et artistique. L'enfant, vivant dans un monde de sensibilité et de rêverie, détestait le « moulin » de l'enseignement (presque rabelaisien) qui l'écrasait du matin au soir. Il avait soif de l'amour. Deux séjours prolongés chez son père dans l'Himalaya lui en révélèrent deux nouvelles dimensions : l'amour de la nature, l'amour de Dieu.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur d'État (histoire), chargé de recherche au département d'ethnomusicologie, Lacito, C.N.R.S., Paris

Classification


Autres références

«  TAGORE RABINDRANATH (1861-1941)  » est également traité dans :

L'OFFRANDE LYRIQUE, Rabindranath Tagore - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Prithwindra MUKHERJEE
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Parue en 1913, L'Offrande lyrique (Gītānjali) du poète indien Rabindranath Tagore (1861-1941), Prix Nobel de littérature la même année, est essentiellement ressentie par les Européens, dans le contexte de la Première Guerre mondiale, comme une invitation à soutenir les valeurs essentielles de l'existence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-offrande-lyrique/#i_29141

BENGALI LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • France BHATTACHARYA, 
  • Jharna BOSE
  •  • 5 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman »  : […] Rabindranath Tagore, son contemporain (1861-1941), fut avant tout poète. Il écrivit cependant un petit nombre de romans dont le plus remarquable est Gorā, ample tableau de la vie intellectuelle et sociale de son temps. Ses nouvelles, les premières de la littérature bengali, sont des chefs-d'œuvre du genre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-bengali/#i_29141

CRESTON PAUL (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 994 mots

, pour violoncelle et orchestre de chambre, inspirée d'un livre de Rabindranath Tagore. Cette œuvre, profondément marquée par le mysticisme et la tolérance du philosophe indien, comporte à nouveau des citations du chant grégorien. Creston fermait ainsi la boucle, car l'une de ses premières œuvres pour chœur, Three Chorales from […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-creston/#i_29141

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 533 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réalisme et poésie »  : […] et moins riche que le roman, la production poétique indienne s'enorgueillit pourtant du Bengali Rabindranāth Tagore (1861-1941) qui, dès le début du siècle, s'illustre avec ses compositions lyriques et métaphysiques (Gītāñjalī, 1912). Il devient lauréat du prix Nobel de littérature en 1913. Une nouvelle génération apparaît dans le sillage de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_29141

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 153 mots
  •  • 63 médias

Dans le chapitre « Le « Calcutta Group » »  : […] nouvelle culture formelle et stylistique, qui évoluera vers le modernisme. Suivant les principes humanistes du poète Rabindranath Tagore, Nandalal Bose y enseigne l’art de scruter l'essence profonde des choses, de tirer un enseignement philosophique et plastique de l’observation de la nature. Cette pensée se retrouve chez Krishna Reddy, graveur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_29141

RAY SATYAJIT (1921-1992)

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 1 258 mots
  •  • 1 média

la musique, c'est à la littérature bengali, la plus riche et la plus importante de toute l'Inde, que le cinéaste sera fidèle, s'inspirant de ses principaux romanciers, à commencer par Rabindranath Tagore, Prix Nobel en 1913, dont il adaptera des nouvelles (Trois Femmes, 1961), ainsi que Charulata (1964) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satyajit-ray/#i_29141

Pour citer l’article

Prithwindra MUKHERJEE, « TAGORE RABĪNDRANĀTH - (1861-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabindranath-tagore/