Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VAUGHAN SARAH (1924-1990)

Body and Soul, corps et âme, elle était l'incarnation même de la beauté. « Sassy » ou « The Divine One », Sarah Vaughan ne pouvait qu'être une déesse, une fascinante icône sur laquelle le temps n'a pas de prise.

In The Beginning

Sarah Vaughan, 1957

Sarah Vaughan, 1957

Lois Sarah Vaughan naît le 27 mars 1924 à Newark (New Jersey). Un père charpentier mais qui joue de la guitare, une mère blanchisseuse mais qui joue du piano et chante à l'église : il n'en faut pas plus pour que s'ouvrent devant elle les portes de la musique. Pendant plus de huit ans – de 1931 à 1939 –, elle étudie le piano, l'orgue et le chant. Elle appartient au chœur de la First Mount Zion Baptist Church de sa ville natale, dont elle devient organiste à l'âge de douze ans. Elle se révèle soudainement en octobre 1942, le jour des amateurs à l'Apollo Theatre de Harlem.

En bouleversant son auditoire sur Body and Soul, non seulement elle remporte le prix (10 dollars !), mais, bien mieux, attire l'attention d'Ella Fitzgerald, qui n'avait pas débuté autrement le soir du 20 novembre 1934. Earl Hines l'engage en avril 1943 dans son big band, comme seconde pianiste et seconde chanteuse (après lui-même et Billy Eckstine) ; dans cette formation s'illustrent déjà Charlie Parker et Dizzy Gillespie. Puis elle rejoint en 1944 le big band que Billy Eckstine vient de former ; c'est avec cette formation qu'elle enregistre, accompagnée notamment par Dexter Gordon, Dizzy Gillespie et Art Blakey, sa première chanson, I'll Wait and Pray. Le 11 mai 1945, elle enregistre Lover Man avec Dizzy Gillespie and His All-Stars pour ce qui est considéré comme le premier album bop, In The Beginning. Durant l'hiver de 1945-1946, elle chante dans le sextette de John Kirby et avec le Down Beat Club Septet de Tony Scott. En 1946, elle se joint au septette de Dizzy Gillespie et Leonard Feather, qui rassemble notamment Charlie Parker, Max Roach et Tadd Dameron.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Sarah Vaughan, 1957

Sarah Vaughan, 1957

Autres références

  • JAZZ

    • Écrit par Philippe CARLES, Jean-Louis CHAUTEMPS, Universalis, Michel-Claude JALARD, Eugène LLEDO
    • 10 992 mots
    • 24 médias
    ...maître de la batterie, et Ray Brown reprend, à la contrebasse, la place souveraine qu'avait tenue, à la période précédente, Jimmy Blanton. Une chanteuse, enfin, à la voix sensuelle et étonnamment ductile, tire un profit séduisant des trouvailles du bop :Sarah Vaughan (Sassy's Blues).
  • Lover man, VAUGHAN (Sarah)

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 312 mots

    Née dans un environnement familial qui favorise la musique, Sarah Vaughan (1924-1990) apprend à chanter et à jouer du piano dès son plus jeune âge. En 1943, après avoir remporté le concours pour amateurs organisé par l'Apollo de Harlem, elle est engagée dans le grand orchestre de Earl...

Voir aussi