Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RYTHME, musique

La ponctuation égale d'une goutte d'eau qui tombe ; les battements du cœur, avec l'alternance continue d'un temps fort et d'un temps faible, systole et diastole ; la respiration où se succèdent identiques à elles-mêmes une durée brève, l'inspiration, et une durée longue, l'expiration ; le martèlement régulier d'un train, avec sa monotonie hypnotique, et les heurts qui en rompent parfois la régularité ; les chocs irréguliers, espacés, accélérés, puis de nouveau ralentis d'une chute de pierres qui rompt le silence de la montagne. Il est possible de représenter schématiquement ces événements sonores par une notation musicale classique ; ce parallèle, en soulignant les correspondances physiologiques et naturelles du rythme musical, permettra peut-être d'en discerner mieux l'essence exacte, si controversée. Quand, comment apparaît le rythme ? Existe-t-il, indépendamment de toute question d' isochronie ou d'accentuation, dès que se produit une succession d'événements sonores discontinus ?

Goutte d'eau - crédits : Encyclopædia Universalis France

Goutte d'eau

Le premier exemple choisi est rigoureusement égal ; il n'y a pas ici rythme, mais battement isochrone qui est forme élémentaire et universelle de jalonnement du temps musical ; explicite ou implicite, selon qu'elle est ou n'est pas marquée par un son, cette division constitue une unité de base régulière de durée, correspondant au « temps » dont les groupements variés ont donné les diverses mesures de la musique occidentale. C'est à l'intérieur d'un tel cadre et par rapport à lui que se développe le rythme dans toutes les musiques qui reposent sur une unité de durée constante, dont toutefois la valeur effective est fonction du tempo et soumise à ses éventuelles variations.

Battements du cœur - crédits : Encyclopædia Universalis France

Battements du cœur

Dans le deuxième exemple, les durées égales présentent la même succession que précédemment, mais un élément sur deux est accentué par rapport à l'autre. À cette différence qualitative est liée la perception d'un rythme, ce qui met en évidence d'une façon élémentaire mais précise le rôle de l'accentuation dans la formation du rythme, qui apparaît malgré l'égalité des durées.

Respiration - crédits : Encyclopædia Universalis France

Respiration

Le troisième exemple est formé par la succession régulière de deux durées inégales, une brève et une longue. Ici, la différenciation est quantitative : elle repose sur l'alternance de deux valeurs de longueurs différentes, sans accentuation particulière ; cette ordonnance de durées, si simple et régulière soit-elle, constitue un rythme.

Train et heurts sporadiques - crédits : Encyclopædia Universalis France

Train et heurts sporadiques

Dans le quatrième exemple, la cellule rythmique constante du roulement du train vient souligner régulièrement la division égale du temps, mais les heurts sporadiques qui se produisent forment des figures rythmiques indépendantes dont l'irrégularité se perçoit par rapport au battement isochrone de base.

Les chocs des pierres qui roulent, mis à part l'accumulation qui caractérise la partie centrale de la séquence, semblent advenir « au hasard », sans qu'il y ait référence à une unité de durée explicite ou implicite, ni à une distribution régulière des accents. La notation traditionnelle tente d'indiquer des rapports d'espacement entre les événements sonores et ne rend pas exactement compte de leur grande irrégularité. Une notation sans espacements fixés est moins précise mais plus fidèle au déroulement rythmiquement aléatoire de ce phénomène.

Chute de pierres : notation traditionnelle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Chute de pierres : notation traditionnelle

Chute de pierres : notation graphique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Chute de pierres : notation graphique

Aspects du rythme

Symétrie et dissymétrie

Syncopes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Syncopes

Les exemples précédents ont été choisis pour illustrer une progression, qui part de l'isochronie pour aboutir à l'irrégularité complète, sans référence à une division égale du temps. L'oscillation entre symétrie et dissymétrie est caractéristique du rythme et de sa dialectique vivante avec le temps métrique. Il est organisation des durées, dont il règle la proportion, l'espacement, les groupements[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : compositeur, fondatrice et directrice artistique de l'Association pour la collaboration des interprètes et compositeurs

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Goutte d'eau - crédits : Encyclopædia Universalis France

Goutte d'eau

Battements du cœur - crédits : Encyclopædia Universalis France

Battements du cœur

Respiration - crédits : Encyclopædia Universalis France

Respiration

Autres références

  • ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

    • Écrit par Serge ELHAÏK
    • 7 929 mots
    • 3 médias
    ...que rarement limités. Les musiciens des séances d’enregistrement sont recrutés parmi les meilleurs de leurs disciplines respectives, notamment pour la rythmique, et sont les garants de la qualité musicale des accompagnements. Certains sont issus de l’Opéra de Paris ou de la Garde républicaine. Si le courant...
  • BABBITT MILTON (1916-2011)

    • Écrit par Juliette GARRIGUES
    • 800 mots

    Milton Babbitt est considéré comme le principal représentant des compositeurs sériels américains. L'univers intellectuel et artistique dans lequel il a grandi sera déterminant pour celui qui établira des liens étroits entre la musique et les mathématiques.

    Comme pour de nombreux compositeurs...

  • BARCAROLLE

    • Écrit par Pierre-Paul LACAS
    • 261 mots

    Chant, souvent improvisé, des bateliers italiens, surtout vénitiens (barcarola vient de barcaruolo : gondolier). Cependant, dans les Cantigas de amigo espagnoles (telles celles de Pero da Ponte, poète du xiiie siècle, proche des troubadours), on rencontre des barcarolas, destinées aussi à être...

  • BASIE WILLIAM dit COUNT (1904-1984)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 1 871 mots
    • 1 média
    ...but : obtenir, par une rigoureuse alchimie, un corps pur habituellement instable, le swing. Rien ne doit détourner l'attention ni entraver la marche du rythme triomphant. Les tempos choisis sont volontairement retenus. Basie fuit tout ce qui pourrait ressembler à de l'exhibitionnisme. Pas de délire, mais...
  • Afficher les 42 références

Voir aussi