RUSSIE (Le territoire et les hommes)Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les contradictions de la monarchie constitutionnelle

Des problèmes sociaux non résolus

Les jacqueries de la période 1900-1906 avaient révélé que le mir n'était nullement un facteur d'ordre social ; d'ailleurs, les partages périodiques tombaient en désuétude et, en 1905, trois millions et demi de paysans n'en avaient pas effectué depuis cinquante ans et se considéraient comme propriétaires individuels. Avec le but politique de développer à la campagne une bourgeoisie villageoise, qui serait le soutien du régime, le gouvernement, par les lois du 22 novembre 1906, complétées par celles du 27 juin 1910 et du 10 juin 1911, légalise la situation des exploitants de terres qui n'avaient pas fait l'objet d'un partage depuis 1886 ; pour les autres terres, il autorise les paysans à quitter individuellement la communauté rurale en gardant la propriété de leur exploitation. Ces lois, auxquelles est attaché le nom du ministre P. A. Stolypine, n'entrèrent que lentement en application ; cependant, en 1913, cinq millions de propriétaires avaient quitté la communauté rurale, dont un million depuis 1906, et le nombre des paysans demandant à sortir de l'indivision croissait d'année en année (651 000 en 1910, 1 226 000 en 1912). La réforme, qui effectivement consolidait le loyalisme et le conservatisme au village, ne résolvait pas pour autant le problème social dans un pays de 160 millions d'habitants en 1910 ; la surpopulation des régions les plus anciennement peuplées ne trouvait d'exutoire suffisant ni dans la colonisation ni dans le développement industriel, et la masse paysanne (130 millions), exploitant 170 millions d'hectares, considérait avec envie les 72 millions d'hectares que faisaient gérer des bourgeois et surtout des nobles.

Des améliorations portant sur les assurances contre la maladie et les accidents du travail ont été apportées au sort des ouvriers en 1903 et en 1912, notamment par l'assurance maladie pour les petites entreprises, qui concernait un million d'ouvriers. La journée de travail avait été abaissée à dix heures en 1905, mais la loi restait lettre morte dans la plupart des usines. Les salaires étaient très bas, leur faiblesse aggravée par le système des amendes, le paiement partiel en nature et l'emploi croissant d'une main-d'œuvre féminine et enfantine. Les rapports entre patrons et ouvriers étaient régis non par la législation formelle d'un État paternaliste mais par l'arbitraire patronal, contre lequel les ouvriers ne pouvaient opposer, à défaut d'organisations syndicales à peine tolérées, que la grève et des actions violentes contre le régime lui-même. À partir de 1910, le mouvement ouvrier, cassé par la répression qui suivit les événements de 1905, se reconstitue et engage dans l'action en 1912 une masse de plus de 700 000 travailleurs parmi lesquels une élite politisée qui suit les mots d'ordre des partis révolutionnaires.

Les partis révolutionnaires

Ces partis ont en effet acquis, à la veille de la Première Guerre mondiale, une importance que ne laisseraient pas supposer leurs faibles effectifs, ni même leur activité, l'agitation sociale qui s'aggrave entre 1912 et 1914 paraissant être liée au développement industriel, non au problème du régime. L'opposition admise par le pouvoir vient d'une partie de la bourgeoisie qui, depuis 1905, s'appuyant sur le Parti K. D., commence à jouer un rôle politique et qui, dans ses journaux, Slovo (La Parole), à Saint-Pétersbourg, et Outro Rossii [Utro Rossii] (L'Éveil de la Russie), demande plus de liberté et une représentation plus juste des catégories sociales à la Douma. Mais les grèves et les manifestations ouvrières, comme les troubles à la campagne, révèlent le caractère politique d'une agitation organisée, favorisée par les excès du pouvoir (tel le massacre de 200 ouvriers grévistes des mines de la Léna en 1912). L'action des partis révolutionnaires divisés n'est certes pas uniforme ; leurs programmes, comme leurs divergences, se sont précisés après 1905. Les socialistes révolutionnaires partisans d'un socialisme agraire, qui les rattache au populisme, portent leurs efforts sur la campagne, mettent l'accent sur les particularités nationales de l'Empire et restent partisans de la lutte terroriste. Mencheviks et bolcheviks, rapprochés par le congrès de Stockholm (dit de l'unification 1906) sont maintenant définitivement séparés par la constitution d'un Parti social-démocrate bolchevik en 1912 sous la direction de Lénine [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 31 pages

Médias de l’article

Russie, formation de l'empire

Russie, formation de l'empire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

1200 à 1300. L'Asie des Mongols
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Russie, XVIIIe siècle

Russie, XVIIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Alexandre Ier, tsar de Russie

Alexandre Ier, tsar de Russie
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 28 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, directeur de l'Institut de recherches comparatives sur les institutions et le droit du C.N.R.S.
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  RUSSIE  » est également traité dans :

RUSSIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 1 234 mots

L'hyperbole est d'usage dès qu'il s'agit de la Russie. La démesure y est montrée partout à l'œuvre, dans le territoire comme dans les passions individuelles et l'histoire collective. Au panthéon littéraire elle a légué des héros caractérisés par leurs excès, indolent Oblomov ou modèles exaltés de l'Homme révolté. Le flirt constant avec l'infini se dit jusque dans la conquête de l'espace : les Russ […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev engageait l'U.R.S.S. dans la perestroïka, nouvelle politique qui se transforma bien vite en séisme géopolitique pour le continent européen.Après l'effondrement des démocraties populaires en 1989, l'implosion de l'U.R.S.S. en 1991 laissait la place à quinze républiqu […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 323 mots
  •  • 8 médias

La Fédération russe naît en 1991 avec la disparition de l'URSS. Elle doit alors s'inventer comme État-nation, qui plus est multiethnique, tâche d'autant plus ardue que le pays a été tout au long de son histoire à la tête d'un empire et que sa population vient de subir, avec la perestroïka, un traumatisme identitaire, la sensation d'être une superpuissance déchue venant s'ajouter à la perte des rep […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 353 mots
  •  • 6 médias

L’histoire de l’économie russe à partir de la disparition de l’URSS en 1991 est symptomatique des enjeux de la « transition » qu’a connue toute l’Europe de l’Est à la fin du xxe siècle et au début du xxie : le passage d’un système économique de type soviétique à un système de type capitaliste. Les grandes […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 903 mots
  •  • 22 médias

Par art russe ancien les historiens de l'art désignent la période d'activité artistique qui débute en Russie par l'adoption du christianisme, en l'an 988, et se poursuit jusqu'à la réforme de Pierre le Grand, au début du xviiie siècle, moment où l'art religieux d'inspiration byzantine est remplacé par un art profane qui participera à tous les grands c […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Produit d'une société dont l'histoire est caractérisée par une suite de ruptures brutales, la littérature russe est née de la première de ces ruptures, celle qui, dans les dernières années du premier millénaire, fait de la Russie païenne évangélisée par Byzance l'un des grands États de la chrétienté médiévale. Une seconde rupture, provoquée à l'aube du xviii […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

L'année 1898 est une des grandes dates de l'histoire du théâtre européen. Elle marque la fondation du Théâtre d'art de Moscou, en réaction contre l'académisme, le vedettariat, le bas niveau du répertoire et le caractère commercial de la scène russe de l'époque. C'est sur les planches du Théâtre d'art que se produit la rencontre des deux figur […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 3 034 mots
  •  • 4 médias

« C'est le peuple qui crée la musique, et nous sommes des « arrangeurs » à son service », déclarait Glinka qui, même s'il eut quelques précurseurs, tel A. Verstovski, fut bel et bien le « père » de la musique russe, le fondateur d'une école nationale, durant la première moitié du xixe siècle. Et Glinka écrit enc […] Lire la suite

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 172 mots
  •  • 6 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas unique, ouvert à de très nombreuses expérimentations. P […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Quelques heures plus tard, Vladimir Poutine prononce un discours dans lequel il présente l’Ukraine comme « une partie inaliénable de notre histoire », « entièrement et complètement créée par la Russie […] bolchévique », et annonce la reconnaissance par Moscou de l’indépendance des « républiques » de Donetsk et Louhansk, ainsi que l’envoi dans celles-ci de troupes russes chargées du « maintien de la paix ». […] Lire la suite

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

Le Pentagone annonce l’envoi de quelques milliers d’hommes à Kaboul pour superviser l’évacuation du personnel diplomatique et des ressortissants américains. Le 14, les insurgés s’emparent de Mazar-i-Sharif, dans le nord, quatrième ville du pays. Le président américain Joe Biden avertit les dirigeants talibans que « toute action de leur part sur le terrain en Afghanistan, qui mettrait en danger le personnel américain […], se heurtera à une réponse militaire américaine rapide et forte ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel LESAGE, Roger PORTAL, « RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/