NOUREEV RUDOLF (1938-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Margot Fonteyn

Fortement médiatisée, la défection du danseur transfuge est interprétée comme un geste « dissident », terme par ailleurs impropre, puisque son choix de rester en Occident fut plus artistique que politique. Cible de choix pour le KGB, Noureev se voit condamné dans son pays à sept ans de prison pour « acte de trahison ». En Occident, après sa demande d'asile, il est aussitôt engagé par les ballets du marquis de Cuevas puis, en février 1962, par le Royal Ballet de Londres en tant que « soliste invité ». Ses débuts à Londres dans Giselle, le 21 février 1962, avec Margot Fonteyn (1919-1991), sont les prémisses d'un légendaire partenariat artistique de dix-sept années avec cette célèbre ballerine britannique, de dix-neuf ans son aîné. « Nous ne formions qu'un seul corps, une seule âme », aimait à dire Noureev, conscient que leur complémentarité et leurs silhouettes harmonieuses créaient sur scène l'illusion d'une véritable osmose physique. Leur duo en devint mémorable. Ainsi, les 89 rappels à l'issue du Lac des Cygnes à l'Opéra de Vienne (Autriche), en 1964, figurent au Guinness Book des records et donnent lieu à un timbre-poste à leur effigie. Fonteyn et Noureev dansent les grands ballets classiques et créent deux œuvres néo-classiques mémorables, Marguerite et Armand en 1963 (musique de Franz Liszt, chorégraphie de Frederick Ashton) et Roméo et Juliette en 1965 (musique de Serge Prokofiev, chorégraphie de Kenneth Mac Millan), ainsi que des ballets plus contemporains comme Paradis perdu en 1967 (musique de Marius Constant, chorégraphie de Roland Petit) ou Lucifer en 1975 (musique de Haline El-Dabh, chorégraphie de Martha Graham).

Margot Fonteyn et Rudolf Noureev

Photographie : Margot Fonteyn et Rudolf Noureev

Margot Fonteyn (1919-1991) et Rudolf Noureev (1938-1993), lors d'une répétition de Pelléas et Mélisande, à Covent Garden, à Londres, en 1969. 

Crédits : Victor Blackman/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Soucieux de mettre fin à l'historique primauté de la ballerine dans la danse, Noureev place leur duo sur un strict pied d'égalité. « Un pas de deux est un dialogue amoureux. Comment peut-il y avoir une conversation si l'un des deux est muet ? », explique-t-il.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Rudolf Noureev

Rudolf Noureev
Crédits : Z. Dominic/ Time&Life Pictures/ Getty

photographie

Margot Fonteyn et Rudolf Noureev

Margot Fonteyn et Rudolf Noureev
Crédits : Victor Blackman/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NOUREEV RUDOLF (1938-1993)  » est également traité dans :

ASHTON FREDERICK (1904-1988)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Danseur et chorégraphe britannique né le 17 septembre 1904 à Guayaquil (Équateur), mort le 18 août 1988 dans le Suffolk (Angleterre). Ashton étudie la danse à Londres auprès de Léonide Massine, Nikolaï Legat et Marie Rambert. Cette dernière encourage ses premières tentatives chorégraphiques, The Tragedy of Fashion (1926) et Capriol Suite (1930). Ashton intègre en 1933 la compagnie du Vic-Wells […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le classicisme moderne en U.R.S.S. »  : […] Un chorégraphe novateur, Leonid Yacobson, se fait connaître par un impressionnant Spartacus avec Askold Makarov et Alla Shelest, puis, en 1958, par ses Miniatures chorégraphiques. À Moscou, les maîtres de danse, Messerer et Marina Semonova, forment Maïa Plissetskaïa, Marius Liepa, Vladimir Vassiliev. Oulanova veille sur Yekaterina Maximova ... Ils ont fait du Bolchoï le haut lieu du classicisme. […] Lire la suite

FONTEYN MARGOT (1919-1991)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les années Noureev »  : […] Margot Fonteyn fait montre d'une remarquable capacité à interpréter les rôles divers ; on peut, sur ce point, la comparer à Karsavina, soliste des Ballets de Diaghilev. C'est précisément Serge de Diaghilev qui lui apprit L'Oiseau de feu et fit l'éloge de sa logique artistique. Margot Fonteyn dansa également pour Leonid Massine Le Tricorne (1947) ; pour Roland Petit, Les Demoiselles de la nuit ( […] Lire la suite

GRAHAM MARTHA (1894-1991)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 2 318 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grande prêtresse de la danse moderne »  : […] L'arrivée, en 1938, du premier danseur dans sa troupe, Eric Hawkins (1909-1994), qu'elle a rencontré au cours des sessions d'été à Bennington College et qu'elle épousera en 1948, avant de divorcer de lui en 1950, accentue la violence expressive de ses chorégraphies. Au cours de l'été de 1939, Martha Graham rencontre Merce Cunningham à San Francisco. Frappée par ses qualités, elle l'invite à se joi […] Lire la suite

LEGRIS MANUEL (1964- )

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 205 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un pur produit de l’Opéra de Paris »  : […] Né à Paris le 19 octobre 1964, Manuel Legris est admis à l’école de danse de l’Opéra de Paris en 1976. Il avouera lui-même ne pas y avoir brillé d'un éclat particulier. Lors des spectacles organisés chaque année à Paris, on le remarque pourtant. Par exemple en porteur de brouette dans Les Animaux modèles , un aimable divertissement inspiré à Serge Lifar par Jean de La Fontaine. Un professeur de l' […] Lire la suite

POLYAKOV EUGÈNE (1943-1996)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 624 mots

Danseur et chorégraphe d'origine russe. Né le 27 avril 1943 à Moscou, Polyakov entre à l'âge de dix ans à l'École de danse du théâtre Bolchoï. Il y est l'élève d'Alexeï Iermolaïev, l'un des grands danseurs soviétiques des années 1950, interprète notamment du rôle de Tybalt dans la version filmée du ballet Roméo et Juliette (1954), au côté de Galina Oulanova. Pourtant, c'est à Novossibirsk, en Si […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ariane DOLLFUS, « NOUREEV RUDOLF - (1938-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-noureev/