BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La démythologisation

Tout l'élément miraculeux des Évangiles n'est que mythologie. Il faut donc, non pas le démythifier (ce qui serait le supprimer, comme le fait l'athéisme), mais le démythologiser, c'est-à-dire l'interpréter. Le mythe est, en effet, une « formation de compromis » entre le divin et l'humain. L'intention profonde du mythe est juste : il veut nous parler de Dieu. Mais il en parle très mal : en dégradant l'invisible en visible. Par exemple, les récits des apparitions pascales ne sont pas faux dans leur visée profonde. Ils entendent dire que la mort de Jésus a été en réalité son triomphe. Mais ils mythologisent, c'est-à-dire « rationalisent » la résurrection (le mot grec logos, qui est l'une des composantes du terme « mythologiser », signifie « raison »). Ils en font un objet de la raison humaine (dans le cas présent la raison de l'homme antique si friand de « signes »). Le mythe ne détruit pas mais altère la foi. Comme le dit Bultmann, « il objective l'Au-delà en un en deçà ». La démythologisation n'est donc pas seulement une exigence de l'homme moderne (qui ne peut plus croire, à juste titre, en l'univers miraculeux du Nouveau Testament), c'est avant tout une exigence de la foi elle-même. En effet, une conception et une naissance miraculeuses, un tombeau vide avec des anges, un être ressuscité qui apparaît portes closes, à supposer qu'elles puissent jamais exister, sont des réalités intramondaines qui n'ont rien à faire avec Dieu. Croire en Dieu sur le vu de tels phénomènes – même s'ils n'étaient pas légendaires – serait croire seulement en l'homme. Une telle « foi » serait une foi « humaine, trop humaine ».

On oublie souvent que Bultmann attache la même importance à l'ecclésiologie qu'à la christologie : l'Église est l'incarnation continuée, elle est – dit-il – « co-constituante » de l'événement du salut. Si la révélation était une réalité objective, n'importe qui pourrait y accéder et point ne serait besoin d'Église. Mais, comme elle est l'altérité[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BULTMANN RUDOLF (1884-1976)  » est également traité dans :

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] plus être présentée comme étant celle des champs, opposée à celle des villes. Quant à la distinction faite par Bultmann, à l'intérieur des Évangiles synoptiques, entre traditions ou couches palestiniennes et traditions ou couches hellénistiques, elle n'a plus de support scientifique ni, dès lors, de raison d'être. D'ailleurs, la désignation d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_17158

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 985 mots

Dans le chapitre « Un Dieu trop humain ? »  : […] Dieu se donne vraiment à l'homme comme un objet à connaître. Cependant, c'est surtout Rudolf Bultmann qui a montré comment la connaissance de Dieu échappe au schéma « sujet-objet » de la pensée métaphysique. Selon lui, parler « sur » Dieu n'a aucun sens car, au moment même où il se déploie, ce langage a perdu son objet. Le seul moyen de respecter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-l-affirmation-de-dieu/#i_17158

FORMES MÉTHODE DE LA CRITIQUE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 958 mots

Dans les années 1920 s'est développée, en Allemagne, une méthode d'approche des Évangiles synoptiques, la Formgeschichtliche Methode. Elle n'était pas totalement neuve : elle avait été inaugurée, au début du xxe siècle, à propos de la Genèse et des Psaumes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode-de-la-critique-des-formes/#i_17158

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « Les critiques : de Loisy à Bultmann »  : […] de lui pour revenir à une « dogmatique chrétienne » qui était aux antipodes des thèses de Harnack. Quant à Rudolf Bultmann, s'il semble avoir puisé l'idée du Kérygme dans la notion d'« essence du christianisme », il lui donne un contenu infiniment plus riche et il l'étudie sous un éclairage historique et sociologique, dont Harnack avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-von-harnack/#i_17158

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique ontologique »  : […] On ne dira rien de l'influence que cette herméneutique a exercée sur des exégètes bibliques comme Rudolf Bultmann, qui partent d'une lecture encore anthropologique de Sein und Zeit, puis sur les exégètes post-bultmanniens, plus sensibles à l'intention nettement anti-anthropologique du dernier Heidegger. En revanche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_17158

SYNCRÉTISME

  • Écrit par 
  • Dario SABBATUCCI
  •  • 2 400 mots

Dans le chapitre « Christianisme et syncrétisme »  : […] contingentes) dans lesquelles ils voient autant de syncrétismes issus de la fusion du message du Christ avec les traditions païennes. Particulièrement représentative de cette méthode est l'œuvre de Rudolf Bultmann, qui tient ces syncrétismes pour des « mythes » et qui, par suite, fait du processus d'épuration du christianisme une « démythisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syncretisme/#i_17158

Voir aussi

Pour citer l’article

André MALET, « BULTMANN RUDOLF - (1884-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-bultmann/