BULTMANN RUDOLF (1884-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bultmann philosophe

La réponse de Bultmann à ses critiques permet de mieux entrevoir l'aspect proprement philosophique de sa pensée. Le refus de la démythologisation a pour cause, selon lui, une conception erronée de la connaissance : on tient qu'il n'y a de connaissance qu'objective (naturelle ou surnaturelle, peu importe). Bultmann admet naturellement que l'objectivité est indispensable. C'est si vrai que toute son exégèse scientifique est fondée sur la conviction que l'historien peut acquérir une exacte connaissance du passé. Mais ce type de savoir a ses limites. Il y a des réalités inobjectivables. L'amitié et l'amour en sont un exemple aussi simple que fondamental. Ni l'histoire, ni la biologie, ni la psychologie, ni la sociologie, bref aucune science ne peut rendre compte de l'amitié et de l'amour comme tels. L'univers des personnes et des relations interpersonnelles suppose une philosophie de l'ek-sistence, telle que Heidegger notamment l'a élaborée.

C'est en effet Heidegger qui, au jugement de Bultmann, a le mieux dévoilé la structure existentiale de l'être humain, ce qui ne veut pas dire qu'il dépend de lui. On a beaucoup écrit en France sur Bultmann et, si l'on a bien vu son originalité d'historien et de théologien, on a totalement méconnu – à quelques très rares exceptions près – sa nouveauté de philosophe : il est entendu qu'il n'a fait que suivre Heidegger. Or c'est là une énorme méprise. Heidegger et Bultmann ont été collègues et amis. Mais, avant même de connaître Heidegger, Bultmann avait dévoilé, seul, l'ontologie spécifique du Nouveau Testament et du christianisme en général, de Luther notamment. Il n'est que de lire ses premiers écrits pour en être convaincu. Quant à Heidegger, il avait puisé aux mêmes sources (et pas seulement chez les présocratiques !) : le Nouveau Testament, notamment Paul et Jean, puis Augustin et surtout Luther, qu'il connaissait à fond. Quoi d'étonnant si les deux penseurs se sont rencontrés et se sont fait part de leurs découvertes mutuelles ? L'auteur de cet article a entretenu une longue correspondance avec Bultmann et a eu entre les mains une partie de celle qui fut échangée entre Heidegger et lui : on y voit clairement qu'il y a eu interférence et rencontre entre les deux hommes, mais certainement pas de dépendance unilatérale du premier par rapport au second ni du second par rapport au premier.

Le je et le tu sont par définition inobjectivables. A fortiori en est-il ainsi de Dieu et de sa révélation. Certes Jésus est un personnage historique qui, comme tel, tombe sous le coup de ce que nous appelons aujourd'hui les sciences de l'homme. Mais, en tant qu'il est le parler et l'agir de Dieu pour le salut de l'humanité, il échappe radicalement au savoir scientifique. Or la mythologie n'est autre chose que la connaissance scientifique de l'humanité primitive. Elle traduit à sa manière – qui est naïve – cela même que dit à sa manière – qui est hautement élaborée – la science moderne, à savoir la mainmise de l'homme. Et le miracle visible est l'expression par excellence de la connaissance naïvement objectivante de l'humanité antique. Il n'y a donc pas à s'étonner que les premiers chrétiens aient eux-mêmes glissé sur cette pente : comment auraient-ils pu briser entièrement la Weltanschauung de leur époque ? La merveille est plutôt qu'ils n'y aient pas davantage cédé. Il faut continuer leur effort en poursuivant la démythologisation commencée : c'est la seule façon d'être fidèle à leur intention la plus profonde : l'intention eschatologique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BULTMANN RUDOLF (1884-1976)  » est également traité dans :

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme ancien et les études bibliques »  : […] Une autre riposte à ce que l'on peut considérer comme l'impérialisme méthodologique allemand s'agissant des études bibliques consiste dans les travaux et publications sur l'histoire sociale et littéraire du judaïsme ancien. D'une certaine façon, la Bible, le Nouveau Testament y compris, fait partie de cet univers ancien, dont elle est une pièce intimement solidaire. Il faut noter la participation […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Un Dieu trop humain ? »  : […] Même si l'on conteste l'interprétation que propose Heidegger du destin de la métaphysique occidentale, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur la théologie traditionnelle, considérée comme théologie métaphysicienne, à la lumière de ce qu'il dit sur l'essence cachée de la métaphysique comme onto-théo-logie. La métaphysique grecque n'est pas devenue onto-théo-logique du fait de son assomption par […] Lire la suite

FORMES MÉTHODE DE LA CRITIQUE DES

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 958 mots

Dans les années 1920 s'est développée, en Allemagne, une méthode d'approche des Évangiles synoptiques, la Formgeschichtliche Methode . Elle n'était pas totalement neuve : elle avait été inaugurée, au début du xx e siècle, à propos de la Genèse et des Psaumes, par le grand exégète de l'Ancien Testament, Hermann Gunkel. Elle doit son nom à l'un de ses deux grands manifestes, Die Formgeschichte des […] Lire la suite

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « Les critiques : de Loisy à Bultmann »  : […] Ce manifeste fut diversement reçu. Si les milieux du protestantisme libéral l'accueillirent très favorablement, il trouva immédiatement des adversaires nombreux. Il n'est pas étonnant que le luthéranisme allemand officiel se soit opposé aux thèses de Harnack. Mais la grande attaque vint du modernisme catholique français. Loisy répondit à Harnack dans son célèbre petit livre L'Évangile et l'Église […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'herméneutique ontologique »  : […] La théorie contemporaine de l'interprétation n'a cessé de s'éloigner de la conception encore psychologisante de Dilthey : celui-ci, bien qu'il ait expressément lié à la notion de texte le passage de la compréhension intersubjective, telle qu'elle s'exerce dans le dialogue, à l'interprétation des expressions de la vie fixées par l'écriture, n'avait pas expressément rattaché la problématique de la c […] Lire la suite

SYNCRÉTISME

  • Écrit par 
  • Dario SABBATUCCI
  •  • 2 400 mots

Dans le chapitre « Christianisme et syncrétisme »  : […] À propos des « syncrétismes » hellénistiques romains, on a parfois remarqué la réalisation d'un dessein politique : ce serait le cas, par exemple, de l'institution du culte de Sérapis, qui aurait dû, dans l'esprit des Ptolémées, permettre d'unifier, en matière de religion, l'élément grec et l'élément égyptien ; ou du culte de Sol invictus fondé par Aurélien. Mais, plus profondément, l'attention d […] Lire la suite

Pour citer l’article

André MALET, « BULTMANN RUDOLF - (1884-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-bultmann/