RUBIALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Rubiacées : fleurs et fruits

Rubiacées : fleurs et fruits
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sureau noir (fruits et feuilles)

Sureau noir (fruits et feuilles)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Valérianacées et Dipsacacées

Valérianacées et Dipsacacées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'ordre des Rubiales comprend six familles de plantes (570 genres et environ 7 000 espèces) des régions chaudes ou tempérées. Les caféiers, les quinquinas, la garance sont les plus connus. Ce sont des Angiospermes dicotylédones et gamopétales, apparentées d'une part aux Ombelliflores, d'autre part aux Rhamnales-Ligustrales. Bien que les anthères soient distinctes, certains caractères secondaires les rattachent aux Composées, la petite famille des Calycéracées formant transition. La conception classique de l'ordre y inclut les Valérianacées, qui ont parfois été séparées abusivement dans un ordre distinct.

Composition et caractères généraux

La famille des Rubiacées est de beaucoup la plus importante de l'ordre. Les familles de second plan sont les Caprifoliacées, Valérianacées, Dipsacacées et Loganiacées. Une sixième famille, les Adoxacées, proches des Caprifoliacées, ne compte que l'espèce Adoxa moschatellina, dont les petites fleurs vertes, régulières, à étamines bifides s'ouvrent au printemps. Rubiacées et Loganiacées sont essentiellement tropicales, les autres familles étant toutes spécialisées dans les pays tempérés.

Les Rubiales ont des feuilles opposées, entières ou lobées, parfois verticillées, très rarement alternes, stipulées ou non. L'inflorescence, dérivée de la cyme, peut tendre dans toutes les familles soit vers une condensation en capitule avec parfois concrescence des calices, soit vers la fleur solitaire. Les fleurs rayonnantes (actinomorphes) ou à symétrie bilatérale (zygomorphes) ont quatre cycles. L'ovaire est le plus souvent infère, sauf chez les Loganiacées et quelques rares genres de Rubiacées formant transition (Gaertnera) ; il comprend deux loges ou plus, parfois une seule par défaut de cloisonnement entre les marges placentaires qui peuvent cependant être nombreuses (Gardenia). Les ovules sont unitégumentés, tenuinucellés, généralement apotro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences, sous-directeur au laboratoire de phanérogamie du Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  RUBIALES  » est également traité dans :

GARANCE

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 185 mots

Plante grimpante de la famille des rubiacées. La garance ( Rubia tinctorum ) a été utilisée depuis l'Antiquité comme source de teinture rouge. En 1823, Kuhlmann réussit à séparer un « principe cristallisé » à partir de la racine de Rubia tinctorum . Robiquet et Colin isolèrent des aiguilles rouges auxquelles ils donnèrent le nom d'alizarine (1835). En 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garance/#i_39804

VALÉRIANE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 219 mots

Les Latins employaient déjà des valérianes méditerranéennes, mais les propriétés antispasmodiques de la valériane officinale ( Valeriana officinalis L. ; valérianacées) n'ont été révélées qu'en 1522 par le Napolitain Fabius Columa (il s'était guéri de l'épilepsie par son usage). La racine de valériane, seule partie employée, renferme une essence de composition complexe (terp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeriane/#i_39804

Voir aussi

ASPÉRULE    CAFÉIER    CAPRIFOLIACÉES    CHÈVREFEUILLE    CURARE & CURARISANTS    DIPSACACÉES    GAILLET    GARDENIA    IPÉCA    LOGANIACÉES    MÂCHE    QUINQUINA    RUBIACÉES    STRYCHNOS    SYMPHORINE    VALÉRIANACÉES    VIORNE    VOMIQUIER

Pour citer l’article

Nicolas HALLÉ, « RUBIALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rubiales/