RUBIALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Autres Rubiales

Les principales autres familles de Rubiales présentent souvent des feuilles lobées, sans stipules, et des fleurs plus ou moins zygomorphes.

Les Caprifoliacées (17 genres 280 espèces) sont pour la plupart des arbrisseaux ou des arbustes, parfois des lianes, répandus surtout dans les régions tempérées de l'hémisphère Nord. Elles sont souvent ornementales : sureau (Sambucus) ; viornes (Viburnum : V. opulus, les boules-de-neige à fleurs stériles) ; chèvrefeuille (Lonicera) ; symphorine (Symphoricarpus). L'ovaire comprend de deux à cinq loges contenant chacune un seul ovule pendant ; le fruit est souvent bacciforme.

Sureau noir (fruits et feuilles)

Sureau noir (fruits et feuilles)

Photographie

Sambucus nigra L., le sureau noir (famille des Caprifoliaceae), est une plante ligneuse à port d'arbrisseau de 4 à 5 m, parfois d'arbre (jusqu'à 10 m), originaire d'Eurasie et d'Afrique du Nord, à petites fleurs blanc crème. Ses fruits sont de petites baies sphériques, noir violacé à... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Les Valérianacées (14 genres et 370 espèces) et les Dipsacacées (9 genres et 160 espèces) sont le plus souvent herbacées. Leur ovaire infère ne comporte qu'une seule loge, avec un seul ovule pendant ; le fruit sec est entouré du calice persistant, accrescent en aigrette chez les Valérianacées. Les graines ont un albumen peu abondant (Dipsacacées) ou absent (Valérianacées). La racine de valériane (Valeriana officinalis) est un sédatif nerveux ; la mâche (Valerianella) se consomme en salade ; divers genres servent à la confection de parfums (nard). On cultive dans les jardins des scabieuses (Scabiosa), les Centranthus à corolle éperonnée ; les Dipsacus servent à la confection de bouquets secs.

Valérianacées et Dipsacacées

Valérianacées et Dipsacacées

Dessin

Valérianacées et Dipsacacées 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Loganiacées constituent une famille peu homogène, diversement délimitée ; il convient pour le moins d'en écarter les Buddléiacées souvent rapprochées des Scrophulariacées. On dénombre environ trente genres et cinq cents espèces d'arbres, arbustes, parfois lianes ou herbes, répartis surtout dans les zones chaudes. L'ovaire est supère et les graines sont albuminées. Les Strychnos possèdent des crochets remarquables et renferment de nombreux alcaloïdes toxiques : strychnine et brucine à pouvoir tétanisant des Strychnos d'Asie (graine de S. ignatii, divers organes de S. nux-vomica, le vom [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Rubiacées : fleurs et fruits

Rubiacées : fleurs et fruits
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sureau noir (fruits et feuilles)

Sureau noir (fruits et feuilles)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Valérianacées et Dipsacacées

Valérianacées et Dipsacacées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin




Écrit par :

  • : maître de conférences, sous-directeur au laboratoire de phanérogamie du Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  RUBIALES  » est également traité dans :

GARANCE

  • Écrit par 
  • Stanislas de CHAWLOWSKI
  •  • 185 mots

Plante grimpante de la famille des rubiacées. La garance ( Rubia tinctorum ) a été utilisée depuis l'Antiquité comme source de teinture rouge. En 1823, Kuhlmann réussit à séparer un « principe cristallisé » à partir de la racine de Rubia tinctorum . Robiquet et Colin isolèrent des aiguilles rouges auxquelles ils donnèrent le nom d'alizarine (1835). En 1869, deux savants, Graebe et Liberman, brevet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/garance/#i_39804

VALÉRIANE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 219 mots

Les Latins employaient déjà des valérianes méditerranéennes, mais les propriétés antispasmodiques de la valériane officinale ( Valeriana officinalis L. ; valérianacées) n'ont été révélées qu'en 1522 par le Napolitain Fabius Columa (il s'était guéri de l'épilepsie par son usage). La racine de valériane, seule partie employée, renferme une essence de composition complexe (terpènes, esters du bornéo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeriane/#i_39804

Voir aussi

CAPRIFOLIACÉES    CHÈVREFEUILLE    CURARE & CURARISANTS    DIPSACACÉES    LOGANIACÉES    MÂCHE    STRYCHNOS    SYMPHORINE    VALÉRIANACÉES    VIORNE    VOMIQUIER

Pour citer l’article

Nicolas HALLÉ, « RUBIALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rubiales/