BÉNIN ROYAUME DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art royal

L'art du Bénin, avant que ne soit découvert celui d'Ifé dont il dérive, est apparu comme l'un des plus remarquables de toute l'Afrique. C'était avant tout un art royal. Les objets de bronze – en fait, d'un alliage plus proche du laiton que du bronze proprement dit –, statuettes, têtes stylisées, bas-reliefs, en particulier, représentant des scènes historiques, tous fondus à cire perdue, étaient réservés à l'usage du roi, rituel ou profane. Si la technique est venue d'Ifé, il s'est développé au Bénin un style original, moins « classique », moins sobre, un style « flamboyant » selon la formule de W. Fagg. C'est cet art du bronze qui est certainement le mieux connu, et dont les étapes peuvent être le mieux datées. Dans une première période, celle du xive siècle surtout, les œuvres restent proches de celles d'Ifé : têtes creuses ou bas-reliefs, elles ont peu d'épaisseur et sont plus réalistes. À partir du xvie siècle, les bas-reliefs deviennent plus nombreux, plus épais, plus divers aussi, évoquant à la fois les rites royaux, la vie quotidienne, les traitants et les soldats portugais, très précisément décrits.

Le xviie siècle marque l'apogée de l'art du bronze : outre les bas-reliefs, les têtes-portraits, les sièges, les statues animalières, les coffres et les cloches sont nombreux et de facture variée. Mais, dès la fin de ce siècle, la décadence se dessine, qui coïncide avec la crise de l'État née de celle de la traite des esclaves. Les siècles suivants ne donneront que des œuvres mineures, et la conquête coloniale entraînera l'effondrement d'un art étroitement lié à une organisation politique.

Comme l'art du bronze, celui de la terre cuite semble avoir été emprunté à Ifé ; il a laissé beaucoup moins de traces. On comprend que la sculpture sur bois en ait laissé moins encore : la capitale du royaume de Bénin fut incendiée en 1897 lors de la conquête. Le bois, on l'a remarqué, pouvait être recouvert de feuilles de laiton, de cuivre, parfois d'argent et d'or ; cette technique était connue ailleurs en Afrique, mais c'est au Bénin – et au Dahomey – qu'elle a été le plus remarquablement employée. L'ivoire était aussi travaillé d'éblouissante façon : défenses d'éléphant tout entières sculptées ou gravées, soit de motifs de vannerie ou de nattage, soit de figurines en ligne, différemment orientées, où quelques auteurs ont cru pouvoir déceler une écriture pictographique ésotérique ; masques incrustés de métal ; clochettes, cassettes, statuettes, bracelets, bâtons de commandement, serrures et loquets. Des styles très variés y apparaissent, d'une simplicité « romane » à une exubérance baroque, en passant par une sobriété toute classique ; on les date malaisément.

À ces arts les plus prestigieux, il faut ajouter les tissages et les broderies qui, du xvie au xviiie siècle, font l'objet d'exportation vers la Côte-de-l'Or et le Congo, et un grand nombre d'arts mineurs, dont la gravure sur calebasse et la sculpture sur noix de coco.

Les groupes d'artistes et d'artisans étaient sous le contrôle du roi. Certains étaient dirigés directement par un de ses délégués ; d'autres par les porteurs de titres qui devaient rendre compte. Chaque quartier de la capitale avait sa spécialisation et ses obligations envers le souverain. Il y avait ainsi le quartier des forgerons, celui des fondeurs de bronze, celui des sculpteurs sur bois et sur ivoire, celui des fabricants de tambours, celui des travailleurs du cuir, celui des tisserands. Ces artisans étaient par excellence les hommes de la ville, par opposition à ceux du palais. Déjà décadente au xixe siècle, cette organisation en quasi-corporations n'a pas survécu à la conquête européenne, et la production artistique s'est alors presque totalement arrêtée. Avant que ne reprenne, quelques dizaines d'années plus tard, un travail orienté, au-delà d'une clientèle touristique, vers des amateurs peu éclairés que des copies « vieillies » pouvaient duper.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Bénin : les peuples et leurs voisins.

Bénin : les peuples et leurs voisins.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bronze du Bénin

Bronze du Bénin
Crédits : City of Detroit Purchase, Bridgeman Images

photographie

Salière provenant de l'ancien royaume du Bénin, actuel Nigeria

Salière provenant de l'ancien royaume du Bénin, actuel Nigeria
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  BÉNIN ROYAUME DU  » est également traité dans :

ABOMEY

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 290 mots
  •  • 1 média

Au xviii e  siècle, Abomey devint la capitale d'un royaume noir dont les souverains successifs agrandirent leur domaine par des guerres renouvelées contre leurs voisins, surtout les Yoruba (ou Nago). L'un des plus puissants fut Ghézo (1818-1858), bon organisateur et grand chef militaire, dont le vaste palais, restauré, a été transformé en musée d'histoire et d'ethnographie. La population de la vil […] Lire la suite

IFÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 303 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origine africaine de l'art Ifé »  : […] Le réalisme idéalisé de la représentation humaine dont on a cherché l'origine en Grèce, à Carthage, en Inde, au Portugal trouve son explication la plus probable dans la nécessité de glorifier les rois locaux. Il n'existait pas, à Ifé, d'esthétique comparable à celle de la Renaissance en Europe où la représentation artistique se fondait sur les récents progrès de la connaissance anatomique ; on ne […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Afrique

  • Écrit par 
  • Annie DUPUIS
  •  • 4 317 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Peuples de la forêt et du littoral de la côte de Guinée »  : […] Cette vaste région abrite au Nigeria les vestiges les plus anciens de l'art africain et a vu se développer la civilisation de l'or des peuples akan. On y trouve quelques rares exemples de masques de bronze, dont des masques de ceinture et des heaumes à visage humain ornés de motifs zoomorphes sculptés en relief. Les sociétés gélédé et épa des peuples regroupés sous la désignation commune de Yor […] Lire la suite

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 723 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale »  : […] De nombreux vestiges archéologiques témoignent de la richesse de l'histoire précoloniale du Nigeria, tant au nord qu'au sud. C'est à la civilisation de Nok que l'on doit les plus anciennes sculptures en terre cuite connues en Afrique subsaharienne . La culture de Nok aurait couvert une aire de quelque 500 kilomètres, au nord du confluent du Niger et de la Bénoué. Les objets découverts ont été daté […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-22 mai 2014 Nigeria. Internationalisation de la lutte contre Boko Haram

Le 17 se tient à Paris un sommet sur la sécurité au Nigeria, destiné à coordonner la lutte contre Boko Haram, en présence des chefs d'État du Nigeria, du Cameroun, du Niger, du Tchad et du Bénin, ainsi que de représentants américains, britanniques et de l'Union européenne. Le 20, au moins cent dix-huit personnes sont tuées dans un double attentat à Jos, dans le centre du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul MERCIER, « BÉNIN ROYAUME DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-du-benin/