ABOMEY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au xviiie siècle, Abomey devint la capitale d'un royaume noir dont les souverains successifs agrandirent leur domaine par des guerres renouvelées contre leurs voisins, surtout les Yoruba (ou Nago). L'un des plus puissants fut Ghézo (1818-1858), bon organisateur et grand chef militaire, dont le vaste palais, restauré, a été transformé en musée d'histoire et d'ethnographie.

Bénin : carte administrative

Bénin : carte administrative

carte

Carte administrative du Bénin. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La population de la ville (qui appartient au Bénin), 70 000 personnes en 2004, vit surtout d'activités agricoles, tandis qu'un artisanat du tissage, du fer et du cuivre (statuettes) maintient, sous l'incitation du tourisme, une très ancienne tradition. L'urbanisation est peu poussée, l'habitat a largement gardé son aspect rural. Cependant, un quartier industriel implanté près de la voie ferrée, à une dizaine de kilomètres, a donné naissance à une véritable agglomération, Bohicon (70 000 hab.), abritant plusieurs usines (huilerie de palme, égrenage du coton, filature et tissage du kénaf) et attirant une infrastructure commerciale : magasins, banques, marché. Le dynamisme de Bohicon tranche avec l’immobilisme d’Abomey, mais la conurbation en formation pousse les acteurs des deux villes à envisager des collaborations (gestion des eaux et des déchets, par exemple). Abomey-Bohicon est reliée à Cotonou, résidence du président, et à Porto-Novo, la capitale officielle et le siège du pouvoir législatif, par route et par voie ferrée. Les palais royaux d’Abomey sont inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’U.N.E.S.C.O. depuis 1985 ; ils sont le témoignage d’une histoire riche et un haut lieu du tourisme.

—  Pierre VENNETIER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-III, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  ABOMEY  » est également traité dans :

BÉHANZIN (1844-1906) roi du Dahomey (1889-1894)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 484 mots

Lorsque Glélé, roi du Dahomey, meurt le 29 décembre 1889, son fils, Kondo, lui succède sous le nom de Béhanzin. Il profite de la saison sèche pour préparer son armée à la lutte contre les Français, qui ont reçu des renforts en février 1890. Le 4 mars, une violente attaque des forces dahoméennes sur Cotonou est repoussée. Le 19 avril, Béhanzin en personne, à la tête de plusieurs milliers d'hommes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/behanzin/#i_47430

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La rivalité des anciens royaumes et l'hégémonie du Danxomé »  : […] Durant la période précoloniale, l'actuel territoire du Bénin était composé de trois grands ensembles de royaumes. Dans le nord dominaient les États fondés par les dynasties guerrières baatombu (les Wasangari) venues de l'est, qui s'étaient établies à Nikki, Kouandé, Kandi, Parakou... et avaient instauré des monarchies de type féodal, organisées selon de complexes relations de vassalité. Dans le Mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benin/#i_47430

DAHOMEY ROYAUME DU (XVIIIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 691 mots

Danxomé, ou Dahomey comme l'appelèrent les colons, fut un royaume de l'Ouest africain qui s'épanouit aux xviii e  et xix e  siècles, dans la région qui correspond aujourd'hui au sud du Bénin. Au début du xvii e  siècle, trois frères se disputent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dahomey-royaume-du/#i_47430

Pour citer l’article

Pierre VENNETIER, « ABOMEY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abomey/