ROSEMARY'S BABY, film de Roman Polanski

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Roman Polanski avait déjà exploré dans Répulsion (1965) le thème de la jeune femme en lutte avec des démons intérieurs – avec Rosemary's Baby les forces qui contreviennent à l'épanouissement de l'héroïne s'incarnent cette fois dans les membres de son entourage. Polanski reviendra sur la dimension paranoïaque de ce canevas avec Le Locataire (1976), qui raconte comme Rosemary's Baby la manipulation de l'occupant d'un appartement par des voisins envahissants jusqu'à la persécution. Le héros du Locataire, qu'interprétera Polanski en personne, finit d'ailleurs écrasé sur le sol, rejeté parce qu'il ne convient pas à l'immeuble, exactement comme Teresa dans Rosemary's Baby... Mais c'est l'inscription dans le genre fantastique qui, en 1968, fait le succès public de Rosemary's Baby (un genre que Polanski avait amoureusement parodié un an auparavant dans son célèbre Bal des vampires). Le thème de l'enfant-démon sera repris par L'Exorciste (William Friedkin, 1973) avec le succès que l'on sait, puis par La Malédiction (Richard Donner, 1976) ou encore le méconnu Audrey Rose (Robert Wise, 1976) – sans parler d'un téléfilm en forme de sequel, Look What's Happened to Rosemary's Baby (Sam O'Steen, 1976).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROSEMARY'S BABY, Roman Polanski  » est également traité dans :

GORDON RUTH (1896-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 523 mots

Né en 1896 à Quincy (Massachusetts), Ruth Gordon avait commencé sa carrière dans des films muets produits à Fort Lee ( Camille , 1915 ; The Whirl of Life , ibid .). Elle la poursuivit à Broadway où, en 1937, elle donne une interprétation peu conventionnelle de Nora, héroïne de Maison de poupée d'Ibsen. Sa prestation insolite ne passe pas inaperçue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruth-gordon/#i_37135

POLANSKI ROMAN (1933- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 857 mots

Dans le chapitre « Un univers mental »  : […] Les premiers courts-métrages polonais de Roman Polanski donnent déjà le ton d'un univers désenchanté, voire désespéré, où la violence et le meurtre côtoient l'indifférence : Meurtre (1956), La Lampe (1959), Quand les anges tombent... (1959). Trois autres courts-métrages très remarqués, Deux hommes et une armoire (1958), Le Gros et le maigre (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-polanski/#i_37135

SASSOON VIDAL (1928-2012)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 399 mots
  •  • 1 média

Le coiffeur londonien Vidal Sassoon modernisa la silhouette féminine des années 1950 et 1960 avec la coupe bob  : ce carré à frange facile à entretenir permettait en effet de partir travailler aussitôt après s'être lavé les cheveux, contrairement aux coiffures crêpées et fixées à la laque, alors en vogue, qui demandaient une visite hebdomadaire au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vidal-sassoon/#i_37135

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « ROSEMARY'S BABY, film de Roman Polanski », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosemary-s-baby/