ROSEMARY'S BABY, film de Roman Polanski

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mater dolorosa

Rosemary's Baby, avec le recul des années, c'est d'abord l'architecture et les passants de Manhattan, la pierre sombre du Dakota Building où furent tournés les extérieurs, et l'omniprésente cacophonie de la circulation. C'est aussi la jeunesse de Mia Farrow et l'énergie de John Cassavetes. Échappée de l'onctueuse série télévisée Peyton Place, la première multiplie les coiffures et les robes à la mode en ouvrant de grands yeux incrédules sur les malheurs de son personnage. Séducteur au sourire carnassier, le second prend un malin plaisir à rendre l'appétit démesuré de Guy pour les luxes promis par l'American Dream – avec quel enthousiasme ne tourne-t-il pas de simples spots de publicité pour des motocyclettes... Quant à la dimension « satanique », après un suspense magistralement entretenu, elle ne culmine pas en « morceau de bravoure final ». Lorsque enfin nous pénétrons chez les adorateurs du diable, c'est pour visiter un appartement rempli de bibelots kitsch, de tableaux de style pompier, et de vieilles dames grotesquement chapeautées qui boivent du thé en sachet. La première porte que pousse Rosemary s'ouvre d'ailleurs sur des toilettes, comme si toutes ces cérémonies, ces herbes magiques et ces psalmodies n'étaient que le « retour du refoulé » d'une société par trop matérialiste. En face, l'Église catholique ne vaut manifestement pas mieux aux yeux de Polanski, qui épingle le « show de star » que donne le pape au Yankee Stadium.

Le contrechamp sur le bébé de Rosemary ne viendra jamais, et sa réaction horrifiée lorsqu'elle l'aperçoit pour la première fois est ponctuée par une musique ricanante qui nous rappelle Le Bal des vampires. L'absence de ce contrechamp rend donc la lecture « réaliste » possible : peut-être ce nouveau-né a-t-il « seulement » subi des mutilations semblables à celles dont parle Victor Hugo dans L'Homme qui rit (1869) ? Loin de toute préoccupation mystique, le film se ferme sur un hymne à l'amour maternel, Rosemary décidant d'aimer quand même son infortuné petit garçon. La caméra r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ROSEMARY'S BABY, Roman Polanski  » est également traité dans :

GORDON RUTH (1896-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 523 mots

Né en 1896 à Quincy (Massachusetts), Ruth Gordon avait commencé sa carrière dans des films muets produits à Fort Lee ( Camille , 1915 ; The Whirl of Life , ibid .). Elle la poursuivit à Broadway où, en 1937, elle donne une interprétation peu conventionnelle de Nora, héroïne de Maison de poupée d'Ibsen. Sa prestation insolite ne passe pas inaperçue aux yeux des talent-scouts hollywoodiens, qui lui […] Lire la suite

POLANSKI ROMAN (1933- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  • , Universalis
  •  • 1 940 mots

Dans le chapitre « Un univers mental »  : […] Les premiers courts-métrages polonais de Roman Polanski donnent déjà le ton d'un univers désenchanté, voire désespéré, où la violence et le meurtre côtoient l'indifférence : Meurtre (1956), La Lampe (1959), Quand les anges tombent... (1959). Trois autres courts-métrages très remarqués, Deux hommes et une armoire (1958), Le Gros et le maigre (1961) et Les Mammifères (1962), relèvent de l'allé […] Lire la suite

SASSOON VIDAL (1928-2012)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 399 mots
  •  • 1 média

Le coiffeur londonien Vidal Sassoon modernisa la silhouette féminine des années 1950 et 1960 avec la coupe bob  : ce carré à frange facile à entretenir permettait en effet de partir travailler aussitôt après s'être lavé les cheveux, contrairement aux coiffures crêpées et fixées à la laque, alors en vogue, qui demandaient une visite hebdomadaire au salon de coiffure et des heures de préparation dev […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent JULLIER, « ROSEMARY'S BABY, film de Roman Polanski », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rosemary-s-baby/