CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au moment où il se propose d'imiter, dans la sierra Morena, la pénitence d'Amadis à la Roche Pauvre, Don Quichotte confie à Sancho Pança : « Amadis fut le nord, l'étoile et le soleil des chevaliers vaillants et amoureux et c'est lui que nous devons imiter, nous tous qui sommes engagés sous la bannière de l'amour et de la chevalerie » (trad. L. Viardot). Si Don Quichotte se propose d'imiter gratuitement et de façon burlesque l'un des épisodes les plus frappants du célèbre roman, son jugement sur Amadis ne manque pas de justesse. Ce fut en tout cas celui de plusieurs générations pour qui ce héros fut un modèle parfait et pour qui le roman qui rapporte ses aventures fut aussi le modèle des romans de chevalerie.

Don Quichotte et Sancho Pança, A. Decamps

Don Quichotte et Sancho Pança, A. Decamps

Photographie

Alexandre Decamps (1803-1860), Don Quichotte et Sancho Pança, huile sur toile. Musée des Beaux-Arts, Pau. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Il ne faut pas oublier que l'Amadis échappe au terrible bûcher qui purifie la librairie de Don Quichotte, cette librairie coupable de la folie du généreux hidalgo. La nièce veut tout brûler, la gouvernante exorcise l'enchanteur qui habite ces livres maléfiques. Plus sage et plus éclairé, le curé aidé de maître Nicolas, barbier, fait un choix, garde ce qui lui semble bon et jette dans la basse-cour, pour y être brûlés, les ouvrages dangereux ou extravagants. Or, il examine d'abord les quatre volumes d'Amadis de Gaule. Iront-ils au bûcher ? « Selon ce que j'ai ouï dire, dit-il, ce livre est le premier roman de chevalerie qui fut imprimé en Espagne et tous les autres ont pris de lui naissance et origine. Il me semble donc que, en tant que fondateur d'une si méchante secte, nous devons, sans rémission aucune, le condamner au feu. – Non pas, seigneur, dit le barbier, car j'ai aussi ouï dire que c'est le meilleur de tous les livres de cette espèce que l'on ait composés ; par conséquent, comme unique en son genre, il mérite qu'on lui fasse grâce. – Il est vrai, dit le curé, aussi lui laisserons-nous la vie pour l'instant » (Id.).

Amadis est donc sauvé. Par son aspect vénérable ? Par ses mérites de fondateur ou par ses mérites personnels ? Déjà Juan de Valdés, dans son Dialogue de l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : maître assistant, agrégée à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE  » est également traité dans :

CERVANTÈS MIGUEL DE (1547-1616)

  • Écrit par 
  • Jean CANAVAGGIO
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Don Quichotte »  : […] Dans les années mêmes où il acclimatait la nouvelle en Espagne, Cervantès a mis Don Quichotte en chantier. “Engendré en une prison”, s'il faut en croire la Préface, “là où toute incommodité a son siège et tout bruit sa demeure”, le livre – du moins l'idée première dont il est issu, avant que l'auteur ne la développe durant la période la plus mal connue de sa vie – pourrait a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miguel-de-cervantes/#i_9899

CERVANTÈS, 450 ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 462 mots

En 1997, l'Espagne a célébré avec éclat le quatre cent cinquantième anniversaire de la naissance de Miguel de Cervantès, le 29 septembre (?) 1547, à Alcalá de Henares (Castille). Une exposition, dans cette ville, a évoqué « Cervantès et le monde cervantin dans l'imagination romantique ». La vénération des Espagnols pour leur « évangile » a donné lieu à une manifestation originale : la lecture pub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cervantes-450-ans-apres/#i_9899

DON QUICHOTTE (M. de Cervantès) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 323 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un roman de chevalerie parodique »  : […] Vieux garçon frisant la cinquantaine et vivant seul, entouré de sa nièce et d'une gouvernante, Alonso Quijana, à l'instar des héros de romans de chevalerie dont il est un lecteur éperdu, décide de devenir chevalier errant, sous le nom de Don Quijote de la Mancha : « Enfin, son jugement étant tout à fait perdu, il vint à tomber en la plus étrange pensée où jamais fol tomba au monde ; ce fut qu'il l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-quichotte-livre-de-m-de-cervantes/#i_9899

DON QUICHOTTE

  • Écrit par 
  • Pierre GUENOUN
  •  • 868 mots
  •  • 3 médias

« Dans un village de la Manche, dont je ne saurais me rappeler le nom, vivait naguère un gentilhomme... », c'est ainsi que Cervantès faisait débuter l'histoire d'Alonso Quixada, Quesada ou Quijana, ce personnage à la cervelle dérangée par la lecture de trop de romans de chevalerie, qui, sous le nom de don Quichotte, allait conquérir le monde après avoir livré bataille à des moulins à vent qu'il p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-quichotte/#i_9899

ÉPOPÉE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 638 mots

Dans le chapitre « Redécouverte de l'épopée »  : […] Voltaire de son côté n'a connu qu'un succès éphémère avec La Henriade (1725). Mais son Essai sur la poésie épique , publié d'abord en anglais en 1727, marque un infléchissement décisif, par la pluralité des modèles qu'il invoque : les grands poètes des « nations européennes », depuis les Anciens jusqu'au Tasse, à Camões ou à Milton. Alors qu'en France l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epopee-notion-d/#i_9899

ESPINEL VICENTE (1550-1624)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 526 mots

Écrivain espagnol né à Ronda, Espinel veut, après avoir fait ses études à Salamanque, partir pour l'Amérique : la peste empêche la flotte d'appareiller. À Valladolid, il est au service du comte de Lemos. N'ayant pas réussi à s'enrôler dans une nouvelle expédition militaire, il séjourne à Séville où il se mêle aux milieux interlopes. Comme il vogue pour l'Italie, il est fait prisonnier par les pira […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vicente-espinel/#i_9899

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les mises en prose »  : […] Le phénomène des mises en prose permet de se faire une idée assez précise de la continuité et des ruptures des traditions narratives. Entre L a Mort d’Aude (environ 1250) et le Gérard d’Euphrate (Paris, 1549), on a répertorié 78 mises en prose de textes longs, en grande partie datées ou datables entre le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_9899

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du mythe au roman »  : […] La dualité complémentaire du social et de l'individuel ne caractérise pas seulement les contenus, les thèmes, la substance du roman : elle appartient consubstantiellement au romanesque en tant qu'ouvrage, en tant que fait de culture et de civilisation. À moins de jouer sur les mots, et de ranger dans le romanesque les aventures d'Ulysse, les exploits de Gilgamesh ou encore les innombrables légende […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_9899

Voir aussi

Pour citer l’article

Madeleine PARDO, « CHEVALERIE EN ESPAGNE ROMANS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romans-de-chevalerie-en-espagne/