ROMAN DE RENART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Œuvre ambiguë, écrite de 1175 à 1250 par plus de vingt auteurs le plus souvent anonymes, de personnalité, de formation, de goûts, de préoccupations et de talent fort différents, le Roman de Renart est un ouvrage en perpétuel devenir, dissocié en de multiples récits (ou branches), que l'on a retouché, remanié, complété de siècle en siècle, non seulement au Moyen Âge – dans la seconde moitié du xiiie siècle Renart le Bestourné de Rutebeuf et Le Couronnement de Renart, à la fin du xiiie siècle Renart le Nouvel de Jacquemart Gielée, au xive siècle Renart le Contrefait du Clerc de Troyes –, mais encore de nos jours, puisque Louis Pergaud a raconté La Tragique Aventure de Goupil (1910) et que Maurice Genevoix, après avoir donné une version nouvelle du roman (1958), a ajouté, dans son Bestiaire sans oubli (1971), un dernier chapitre à l'histoire du goupil, sa capture par de diaboliques chasseurs qui jouent sur son instinct paternel. Il s'agit d'une œuvre d'un extraordinaire rayonnement, imitée en allemand par Heinrich der Glichesaere (Reinhart Fuchs), en italien (Rainardo e Lesengrino), en néerlandais (Van den Vos Reinaerde et Reinaerts Historie, sources lointaines du Reineke Fuchs de Goethe). Dans son héros complexe, on discernait au Moyen Âge tout à la fois un goupil, un grand vassal révolté, un seigneur croisé de bandit, un clerc dévoyé devenu goliard, un jongleur dont les tours et les plaisanteries faisaient rire mais que l'on redoutait, une incarnation du démon, une personnification de la ruse et de la méchanceté, véritable Protée que l'on a rapproché de Panurge, de Gil Blas, de Figaro, de Robert Macaire, de Don Juan, de Gavroche, de Valmont et de Sade.

Un jeu savant de subtiles variations

Autour d'un protagoniste dont l'image varie sans cesse et qui, affronté aux situations les plus diverses, revêt tous les masques, les poètes, dans une œuvre qui, pour une part, se nourrit d'elle-même, ne cessent d'élargir un univers singulièrement riche, puisqu'ils [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  ROMAN DE RENART  » est également traité dans :

LE ROMAN DE RENART (anonyme) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 1 051 mots

Le Roman de Renart rassemble vingt-six récits brefs, parfois désignés au Moyen Âge comme « branches ». Composés entre 1175 et 1250 par des auteurs différents et présentant une très grande diversité de ton, ces récits ont pu être disposés dans les manuscrits de manière à former une sorte de « biographie » du héros. Cet ensemble disparate est néanmoins fondé avec constance sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-de-renart/#i_38602

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les principaux symbolismes »  : […] Le lion a trois « natures » : il efface sa trace avec sa queue ; quand il dort son œil veille ; il ranime le lionceau mort-né. La panthère a une haleine séduisante, sauf pour le dragon qui en est asphyxié. L'unicorne ne se laisse prendre que par une pucelle. L'hydre pénètre dans la gueule du crocodile et le fait mourir. La sirène endort ceux qui l'écoutent, de même que l'hypocrite centaure. L'hyèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_38602

Pour citer l’article

Jean DUFOURNET, « ROMAN DE RENART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-renart/