ROLLAND ROMAIN (1866-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romancier

« Je me moque de la littérature. Si on lit ce que je fais comme de la littérature, on ne me comprend certainement pas. » Cette mise en garde de Romain Rolland doit être entendue. Elle dispense de souligner les faiblesses de Jean-Christophe et de L'Âme enchantée : banalité du style, défauts de la construction, excroissance démesurée de l'analyse morale et sociologique. Elle s'applique moins, il est vrai, aux deux courts romans Pierre et Luce (1920), idylle d'amour et de mort qui se dénoue, le vendredi saint 1918, par le massacre de l'église Saint-Gervais, et surtout Colas Breugnon (1919), savoureux témoignage sur l'ascendance gauloise de l'auteur. Ici, selon le mot d'Alain, la forme est « conquise et disciplinée ». La forme ne compte guère en revanche dans les deux grands massifs romanesques, dont le premier, Jean-Christophe, est inspiré par la menace de la guerre, le second, L'Âme enchantée, par la guerre et ses conséquences. L'ensemble n'en constitue pas moins un document unique sur la période 1880-1930. Rolland n'a pas l'habileté d'un Jules Romains. On sent dans son œuvre quelque chose de plus profondément ému et de proprement religieux. Il est vrai que L'Âme enchantée n'a pas connu, peut-être à cause d'un évident rétrécissement idéologique, le succès de Jean-Christophe. Mais l'on comprend que Jean-Christophe conserve, aujourd'hui encore, tant de lecteurs enthousiastes. C'est d'abord le roman du Rhin, de l'Europe vouée au sacrifice, de l'avant-guerre. Mais c'est aussi un livre qui rassemble et qui réconforte, l'histoire d'un compositeur de génie, dont l'enfance ressemble à celle de Beethoven, et surtout le poème des cœurs simples, des solitudes meurtries. Le véritable appel aux hommes de bonne volonté du monde entier, c'est ici qu'on l'entend de la façon la plus authentique. Déjà la Vie de Beethoven, en 1903, exprimait le même appel, et l'écho s'en répercutera dans les biographies qui se succéderont : Michel-Ange (1906), Tolstoï (1911), Gandhi (1924), Rāmakrishna (1929), Vivekānanda (1930), jusqu'à l'ultime témoignage, Péguy (1944). Toutes ces Vies s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ROLLAND ROMAIN (1866-1944)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE 1919-1935 (P. Istrati et R. Rolland) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 061 mots

Les 320 lettres réunies par Daniel Lérault et Jean Rière dans cette Correspondance 1919-1935 (Gallimard, 2019) témoignent de la richesse de l’échange entre Panaït Istrati (1884-1935) et Romain Rolland (1866-1944). Entre le haïdouk […] Lire la suite

CLAUDEL PAUL

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 4 107 mots

Dans le chapitre « La réaction contre le « stupide xixe siècle » »  : […] Cette période des années quatre-vingt était l'époque où « un positivisme matérialiste plat et gras étalait son huile rance sur l'étang aux poissons..., il était à fond de pessimisme et d'incurable désenchantement ». Ce n'est pas Claudel qui parle ainsi, ni un écrivain catholique, mais Romain Rolland, qui ajoute : « Il semblait bien qu'il n'y eût pas de place pour moi dans le Paris des lettres de […] Lire la suite

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 612 mots
  •  • 2 médias

À l'analyse que Freud avait faite de la religion dans L'Avenir d'une illusion (1926), Romain Rolland opposait une « sensation religieuse qui est toute différente des religions proprement dites » : « sensation de l'éternel », « sentiment océanique » qui peut être décrit comme un « contact » et comme un « fait » (lettre à S. Freud, 5 déc. 1927). En 1929, il lui envoyait dès leur parution les trois […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers un théâtre du peuple »  : […] Le rêve d'un théâtre populaire fait obstacle aux conceptions de Craig et Appia. Paru en 1890, le livre de Romain Rolland , Le Théâtre du peuple , est devenu la bible des animateurs de théâtres russes quand ils ont voulu donner à la révolution soviétique un grand théâtre populaire. En Allemagne, Max Reinhardt (1873-1943) et Fuchs pratiquent, vers 1910, un théâtre de masse dans les cirques, les égl […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques ROBICHEZ, « ROLLAND ROMAIN - (1866-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-rolland/