ROLLAND ROMAIN (1866-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rolland et le théâtre

À trente ans, Rolland avait déjà écrit une dizaine de pièces. Les premières sont flamboyantes, inspirées de la Renaissance, celle de Shakespeare, celle de l'Italie, où il a vécu, ébloui, de 1889 à 1891 et, de nouveau, en 1892-1893, première année de son mariage. Les autres ont leur source dans les chagrins intimes, la hantise d'une décadence universelle. Œuvres refuges, où des personnages fraternels dressent dans une ambiance corrompue leur idéal de foi. En 1898, Rolland écrit en quelques jours Les Loups, drame qui transpose l'affaire Dreyfus en 1793. C'est le premier de ses drames révolutionnaires. Il publiera le dernier, Robespierre, en 1939. L'ensemble, composé de huit pièces, recouvre la période 1774-1797 et va de l'œuvre classique resserrée (Le Jeu de l'amour et de la mort, 1925) au tableau historique à grand spectacle (Le 14-Juillet, 1902), tentative d'un théâtre populaire dont Rolland s'est fait d'autre part le théoricien (Le Théâtre du peuple, 1903). Tous ces drames sont animés d'une même intention : retrouver chez les adversaires de jadis, Montagnards et Girondins, patriotes et émigrés, une même noblesse morale, les réconcilier dans la grandeur. L'éloquence, comme celle de l'an II, n'y évite pas toujours l'emphase. On peut leur préférer Liluli (1919), drame philosophique né de la guerre, chef-d'œuvre amer, d'une intense et poétique bouffonnerie.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ROLLAND ROMAIN (1866-1944)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE 1919-1935 (P. Istrati et R. Rolland) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 060 mots

Les 320 lettres réunies par Daniel Lérault et Jean Rière dans cette Correspondance 1919-1935 (Gallimard, 2019) témoignent de la richesse de l’échange entre Panaït Istrati (1884-1935) et Romain Rolland (1866-1944). Entre le haïdouk […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-1919-1935/#i_22711

CLAUDEL PAUL

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 4 107 mots

Dans le chapitre « La réaction contre le « stupide xixe siècle » »  : […] Cette période des années quatre-vingt était l'époque où « un positivisme matérialiste plat et gras étalait son huile rance sur l'étang aux poissons..., il était à fond de pessimisme et d'incurable désenchantement ». Ce n'est pas Claudel qui parle ainsi, ni un écrivain catholique, mais Romain Rolland, qui ajoute : « Il semblait bien qu'il n'y eût pas de place pour moi dans le Paris des lettres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-claudel/#i_22711

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 610 mots
  •  • 2 médias

À l'analyse que Freud avait faite de la religion dans L'Avenir d'une illusion (1926), Romain Rolland opposait une « sensation religieuse qui est toute différente des religions proprement dites » : « sensation de l'éternel », « sentiment océanique » qui peut être décrit comme un « contact » et comme un « fait » (lettre à S. Freud, 5 déc. 1927). En 1929, il lui envoyait dès leur parution les trois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/#i_22711

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers un théâtre du peuple »  : […] Le rêve d'un théâtre populaire fait obstacle aux conceptions de Craig et Appia. Paru en 1890, le livre de Romain Rolland , Le Théâtre du peuple , est devenu la bible des animateurs de théâtres russes quand ils ont voulu donner à la révolution soviétique un grand théâtre populaire. En Allemagne, Max Reinhardt (1873-1943) et Fuchs pratiquent, vers 1910, un théâtre de masse dans les cirques, les égl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_22711

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ROBICHEZ, « ROLLAND ROMAIN - (1866-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-rolland/