Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROCK PROGRESSIF ET MUSIQUE PLANANTE

À la fin des années 1960, des groupes de rock qui veulent s'affranchir de la forme classique « refrain-couplet » laissent libre cours à leur inventivté et n'hésitent pas à allonger la durée des morceaux. Ils sont influencés par jazz, le hard rock ou la musique indienne.

Au début des années 1970, la pop music cherche de nouvelles voies. Les Beatles ont exploré des sonorités littéralement inouïes en utilisant le synthétiseur (Being for the Benefit of Mr. Kite !), en élaborant des orchestrations empruntées à la musique classique occidentale (She's Leaving Home, A Day in the Life ; ces trois titres, composés par Paul McCartney et John Lennon, figurent dans l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band, juin 1967) et en faisant fréquemment référence à la musique indienne.

Cette même année 1967, The Moody Blues, groupe britannique de rhythm and blues, changent de cap avec l'album Days of Future Passed, qui utilise le mellotron, sorte de sampler* primitif : cet instrument électromécanique permet de reproduire le son de divers instruments « classiques », parmi lesquels le violon (et la flûte à bec, comme dans l'introduction de Strawberry Fields Forever des Beatles, 1967). En 1969, Pink Floyd s'essaye aux longues pièces à résonances psychédéliques (Ummagumma).

Les groupes anglais de rock progressif veulent sortir de la forme couplet-refrain, considèrent la virtuosité instrumentale comme un gage de qualité et souhaitent s'affranchir de l'after* beat (ils commencent à introduire des mesures à 5/4 ou à 7/8, par exemple).

Genesis, emmené par le chanteur-flûtiste Peter Gabriel, emprunte ses thématiques à la tradition du non-sens des comptines anglaises et théâtralise son show. Emerson, Lake & Palmer revisite Moussorgski en trio à l'aide de l'orgue Hammond et du synthétiseur Moog (Pictures at an Exhibition, 1972, d'après Tableaux d'une exposition). Yes utilise les harmonies vocales, une multitude de claviers, des instruments acoustiques, dont la guitare à douze cordes ; l'ancien groupe de folk rock cherche à créer des climats à caractère symphonique que le dessinateur Roger Dean se charge de traduire graphiquement sur les pochettes des albums.

King Crimson, Soft Machine et Magma empruntent au jazz (Christian Vander, le percussionniste et tête pensante de Magma, est fasciné par John Coltrane). Au sein de Jethro Tull, dans un style qui passe du folk au heavy* (Locomotive Breath, dans l'album Aqualung, 1971), Ian Anderson chante d'une voix bluesy* et improvise à la flûte traversière sur des thèmes de Jean-Sébastien Bach, dans un style proche de celui du jazzman Roland Kirk.

Tous ces groupes ont la particularité de produire de longues pièces, qui peuvent occuper une face entière de 33-tours (jusqu'à une demi-heure !), en faisant alterner passages instrumentaux et parties vocales. Ainsi, en Allemagne, le groupe de rock psychédélique Amon Düül II évolue du côté de l'avant-garde alors que Klaus Schulze et Tangerine Dream élaborent un rock planant et synthétique qui rappelle à certains égards les répétitifs américains (le Steve Reich de Phase Pattern, 1970, et, surtout, Terry Riley et son In C, 1964).

En s'imaginant qu'un certain rock pourrait un jour intégrer la musique savante, les tenants de la musique progressive ont sans conteste ouvert la voie au nihiliste des années punk, avec son rejet de tout savoir-faire musical.

Notons que certains des traits de ce genre (traitement théâtral des concerts, esthétique « baroque », arrangements orchestraux) ont contaminé à une certaine époque des artistes comme David Bowie ou des groupes comme Roxy Music ou Queen, par exemple.

Dans les années 1980, les groupes Kansas et Boston, aux États-Unis, mêlent des envolées lyriques aux guitares empruntées au hard rock, pendant qu'on assiste en Grande-Bretagne à un[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : compositeur, auteur, musicologue et designer sonore

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • FINANCEMENT PARTICIPATIF ou CROWDFUNDING

    • Écrit par Jean-Charles DUFEU
    • 3 595 mots
    • 1 média
    Quelques précurseurs participent à cette expansion de manière significative. En 1997, à leur propre initiative, les fans américains du groupe de rock anglais Marillion lancent une campagne de financement participatif pour permettre une tournée du groupe aux États-Unis. 47 000 dollars sont alors recueillis....
  • FROESE EDGAR (1944-2015)

    • Écrit par Universalis
    • 351 mots
    • 1 média

    Le musicien allemand Edgar Froese fut le fondateur et l’unique membre constant du groupe de musique électronique Tangerine Dream, qui ne cessa d’évoluer au cours de sa longue existence et joua un rôle séminal dans la création du space rock, aux côtés d’autres groupes tels que Ash Ra Tempel...

  • ROCK EXPÉRIMENTAL ET ART ROCK

    • Écrit par Eugène LLEDO
    • 1 634 mots
    • 1 média
    On qualifie de art rock les mouvances britanniques parfois associées au rock progressif (courant de Canterbury, Brian Eno voire Pink Floyd ou David Bowie). Les groupes new-yorkais qui s'inscrivent dans la lignée du Velvet Underground, comme Television ou Talking Heads, ou encore la chanteuse Patti Smith...
  • YES, musique

    • Écrit par Universalis
    • 435 mots

    Groupe britannique de rock progressif, Yes est célèbre pour la longueur de ses morceaux.

    Fondé en 1968 par le chanteur Jon Anderson (né à Accrington, le 25 octobre 1944) et le bassiste Christopher « Chris » Squire (né à Wembley, le 4 mars 1948), le groupe Yes change de composition à plusieurs reprises...

Voir aussi