YES, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Groupe britannique de rock progressif, Yes est célèbre pour la longueur de ses morceaux.

Fondé en 1968 par le chanteur Jon Anderson (né à Accrington, le 25 octobre 1944) et le bassiste Christopher « Chris » Squire (né à Wembley, le 4 mars 1948), le groupe Yes change de composition à plusieurs reprises à ses débuts, avant de trouver la stabilité avec Anderson, Squire, Steve Howe, à la guitare (né à Londres, le 8 avril 1947) et Rick Wakeman, aux claviers (né à Londres, le 18 mai 1949, qui contribueront tous au quatrième album du groupe, Fragile (1972). Ce dernier, sur lequel figure le tube Roundabout, propulse Yes au rang de pilier du mouvement du rock progressif, ses seuls rivaux étant les groupes Genesis et Emerson, Lake and Palmer. Fragile marque également le point de départ de la collaboration étroite entre Yes et l'artiste Roger Dean, dont les illustrations de pochettes de disque et les décors de scène définissent le style visuel du groupe. Le son de ce dernier, qui repose sur la voix de fausset d'Anderson et sur le jeu de guitare complexe de Howe, enrichis par la basse de Squire et le synthétiseur de Wakeman, continue d'évoluer avec Close to the Edge (1972) et Tales from Topographic Oceans (1973).

En 1974, avec le départ de Wakeman, remplacé par Patrick Moraz (né à Morges, en Suisse, le 24 juin 1948), débute une période d'instabilité croissante, les membres du groupe préférant se retirer ou se consacrer à des projets menés en solo (Squire est alors le seul membre fondateur du groupe à en faire encore partie). Malgré ces changements de composition, Yes produit quatre nouveaux albums avant d'être dissous en 1981. Sous l'impulsion du guitariste Trevor Rabin, le groupe Yes se reforme deux ans plus tard, avec Jon Anderson, Chris Squire et Alan White. Il remporte des succès commerciaux avec les albums 90125 (1983) et Big Generator (1987), mais la création d'un groupe parallèle par d'autres anciens membres de Yes (parmi lesquels Bill Bruford, Steve Howe et Rick Wakeman) donne lieu à des batailles juridiques sur la propriété du nom du groupe. Le litige, qui est réglé en 1991, montre que, à l'instar de nombreux autres groupes de rock progressif, le groupe a perdu l'énergie et l'état d'esprit qui étaient les siens dans sa jeunesse, l'expérience résolument avant-gardiste que représentait Yes à ses débuts s'étant transformée en une entreprise commerciale.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  YES, musique  » est également traité dans :

FOLK

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le folk à la conquête du monde »  : […] En Grande-Bretagne, la tendance celtique du folk est représentée par Fairport Convention, qui diffuse aussi le répertoire américain, par l'Écossais John Martyn (1948-2009) et par le groupe londonien Pentangle. Après sa période au sein des Them, dans les années 1960, le chanteur irlandais Van Morrison (né en 1945) assume aussi ses racines celtes et enregistre en 1988 avec The Chieftains un album d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folk/#i_25919

ROCK PROGRESSIF ET MUSIQUE PLANANTE

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 794 mots

À la fin des années 1960, des groupes de rock qui veulent s'affranchir de la forme classique « refrain-couplet » laissent libre cours à leur inventivté et n'hésitent pas à allonger la durée des morceaux. Ils sont influencés par jazz, le hard rock ou la musique indienne. Au début des années 1970, la pop music cherche de nouvelles voies. Les Beatles ont exploré des sonorités littéralement inouïes en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rock-progressif-et-musique-planante/#i_25919

Pour citer l’article

« YES, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yes-musique/