McCARTNEY PAUL (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bassiste et chanteur des Beatles, fondateur du groupe Wings, James Paul McCartney naît le 18 juin 1942 à Liverpool, dans un milieu modeste : son père, représentant en coton, est protestant ; sa mère, infirmière, est catholique. Enfant aimé de ses parents, il est un élève moyen, qui joue dans les zones bombardées de la ville. Son éducation religieuse lui fait apprécier les cantiques. Son père joue de la trompette, de la clarinette et du piano ; Paul racontera dans The Beatles Anthology, publié en 2000, que c'est une photographie de son orchestre qui lui a donné l'idée de la couverture de l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band. Les cours de musique l'ennuient : il se fera toujours une gloire de ne rien connaître à la théorie musicale.

Vers quatorze ou quinze ans se produisent plusieurs événements déterminants de sa vie. Sa mère meurt, ce qui sera pour lui, à l'instar de John Lennon, un traumatisme définitif. Il écrit ses premières chansons. Le 6 juillet 1957, à l'occasion d'une fête, il rencontre Lennon, qui se produit à la tête du petit groupe des Quarrymen. John, de deux ans son aîné, l'intègre immédiatement dans le groupe après l'avoir entendu interpréter magistralement des rocks américains dont il connaît les paroles par cœur. L'arrivée de George Harrison, plus jeune que lui, se produit peu de temps après. Elle permet à John et Paul de confier au nouvel arrivant les solos de guitare, dans lesquels ils n'excellent pas. McCartney écoute depuis longtemps les chansons du king Presley, la musique country, les rockers que l'on retrouve en 1956 dans le film The Girl Can't Help It (La Blonde et moi) de Frank Tashlin (Little Richard, Gene Vincent, Eddie Cochran). Avec John Lennon, il compose, dans l'échange amical et aussi la compétition artistique, ce qui bientôt sera le premier fonds des succès des Beatles : Love Me Do, I Saw Her Standing There. Ensemble, ils se produisent dans des clubs, où l'efficacité du jeu de basse de McCartney fait merveille. Les dix années qui suivent appartiennent à l'histoire des Beatles, qui n'auraient sans McCartney jamais existé et sans lesquels Paul serait devenu une simple vedette de la musique populaire anglaise.

Paul McCartney

Photographie : Paul McCartney

Paul McCartney à la guitare basse en 1966, lors de la dernière tournée des Beatles. À droite, le batteur et chanteur Ringo Starr. 

Crédits : Archive Photos/ Getty Images

Afficher

Après la séparation des Beatles en 1970, la carrière solo de McCartney va être irrégulière. Sa gloire exceptionnelle ne peut légitimement s'attacher qu'à sa période Beatles, dont plus encore que Lennon il fut l'âme et à qui il a toujours donné l'impulsion créatrice qui lui manquait quelquefois. Au moment de la conférence de presse où il annonce son retrait du quartet (10 avril 1970), il publie chez Apple-E.M.I. McCartney, son premier album solo. Paru à peu près en même temps que le dernier Beatles, Let It Be, le disque rencontre un succès énorme en Europe et aux États-Unis. La technique y joue pourtant un rôle modeste : enregistré chez lui avec de faibles moyens, le disque recèle des morceaux assez peu travaillés mais auxquels leur auteur tient (Every Night, par exemple). McCartney donne à cette époque l'image d'un bon époux épris de la vie de famille. Il associe sa femme Linda à son travail dans les chœurs, aux claviers, dans l'écriture de certaines chansons et l'illustration des pochettes d'albums. Ram (1971) connaît le succès auprès du public, pas auprès de la critique. Les rapports avec Lennon se sont entre-temps considérablement envenimés.

En 1971, McCartney fonde le groupe Wings, qui durera jusqu'en 1980 et connaîtra un succès énorme quoique chaotique. Il s'est entouré de sa femme et de Denny Laine, premier chanteur des Moody Blues. Wings parcourt le Royaume-Uni en autocar et publie l'album Wild Life, qui n'intéresse pas grand monde. L'ensemble est faible, et on a soupçonné McCartney d'avoir voulu créer l'événement de façon artificielle en prenant parti en 1972 pour l'indépendance de l'Irlande dans un morceau au titre transparent, Give Ireland Back to the Irish, et dans d'autres morceaux contestataires. Red Rose Speedway est nettement meilleur, dans le registre pop (1973). La même année, McCartney écrit pour le film de Guy Hamilton Live and Let Die (Vivre et laisser mourir), de la série des James Bond, un morceau du même nom et dont une partie va devenir en France le générique de la célèbre émission télévisée « L'heure de vérité » animée par François-Henri de Viri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  McCARTNEY PAUL (1942- )  » est également traité dans :

BEATLES

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 815 mots
  •  • 2 médias

John Lennon dit un jour que les Beatles étaient devenus aussi célèbres que Jésus-Christ. Il n'exagérait guère, et l'on n'épuise pas les significations qui se sont attachées au nom du groupe musical le plus emblématique de son époque et le plus célèbre de la musique populaire. Le quartet eut dix années de vie, de 1960, où il prend officiellement le nom de Beatles, au 10 avril 1970, où Paul McCa […] Lire la suite

LES BEATLES, QUARANTE ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 972 mots

Le 25 août 1969, les Beatles terminaient à Londres l'enregistrement de l'album Abbey Road , un titre qui était un hommage aux studios E.M.I. – situés au n o  3 de cette rue de St. John's Wood –, qu'ils fréquentaient assidûment depuis 1962. Ils étaient bien conscients que ce disque (qui paraîtra un mois plus tard) serait leur dernier ; il est d'ailleurs significatif que le titre de l'ultime morceau […] Lire la suite

GUITARE BASSE

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 264 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Dans le jazz, des contrebassistes comme Jimmy Blanton, au début des années 1940, ou Charlie Mingus, dans les années 1950, avaient commencé à émanciper la contrebasse par des apports mélodiques nouveaux. En 1953, Monk Montgomery est le premier bassiste jazz à utiliser la basse Fender (au sein de l'orchestre de Lionel Hampton). Dans le rock, celui qui a sorti la basse de son rôle ingrat de soutien r […] Lire la suite

HARRISON GEORGE (1943-2001)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 818 mots

George Harrison meurt à Los Angeles d'un cancer du cerveau, à cinquante-huit ans, le 29 novembre 2001, vingt et un ans après l'assassinat à New York de John Lennon. Pris isolément, Harrison ne fut jamais une vedette de premier plan, mais sans lui l'histoire et le sound des Beatles auraient été profondément différents. Son tempérament en a fait le moins agité et le moins mégalomaniaque des fab fou […] Lire la suite

JACKSON MICHAEL (1958-2009)

  • Écrit par 
  • Rickey VINCENT
  •  • 1 119 mots
  •  • 1 média

Chanteur, auteur-compositeur et danseur, l'Américain Michael Jackson fut l'artiste le plus populaire au monde au début et au milieu des années 1980 . Né le 29 août 1958, à Gary (Indiana), dans une famille de musiciens qui a marqué l'ère du rock, Michael Joseph Jackson est le plus jeune et le plus talentueux des cinq frères, dont leur père, Joseph, fait un groupe éblouissant d'enfants stars, les Ja […] Lire la suite

LES BEATLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 357 mots

7 juillet 1940 Ringo Starr (Richard Starkey) naît à Liverpool. 9 octobre 1940 John Lennon (John Winston Lennon) naît à Liverpool. 18 juin 1942 Paul McCartney (James Paul McCartney) naît à Liverpool. 25 février 1943 George Harrison naît à Liverpool. 4 et 11 septembre 1962 Les Beatles enregistrent le single Love Me Do (avec P.S. I Love You en face B), qui lance leur carrière discographique . […] Lire la suite

MARTIN GEORGE (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 692 mots
  •  • 1 média

Le producteur et arrangeur de musique britannique George Martin fut surnommé le « cinquième Beatle » en raison de son étroite collaboration avec les « Fab Four », sur lesquels il exerça une influence majeure, notamment en participant de manière innovante aux travaux de composition de John Lennon et de Paul McCartney. Entre 1962 et 1970, année qui marque la séparation du groupe, il supervisa les e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « McCARTNEY PAUL (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-mccartney/