PINK FLOYD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Groupe de rock britannique leader de la musique psychédélique des années 1960, qui a ensuite vulgarisé l'album concept pour le public de masse du rock dans les années 1970. Les principaux membres sont Syd Barrett (de son vrai nom Roger Keith Barrett ; né le 6 janvier 1946, à Cambridge, dans le Cambridgeshire, mort le 7 juillet 2006 à Cambridge), Roger Waters (né le 6 septembre 1944, à Great Bookham, dans le Surrey), Nick Mason (né le 27 janvier 1945, à Birmingham, dans les West Midlands), Rick Wright (Richard Wright ; né le 28 juillet 1945, à Londres, mort le 15 septembre 2008 à Londres) et David Gilmour (né le 6 mars 1944, à Cambridge).

Formé en 1965, le groupe change plusieurs fois de nom avant de combiner les prénoms de deux bluesmen géorgiens, Pink Anderson et Floyd Council. Leur première orientation est due au chanteur, guitariste et auteur-compositeur Barrett, dont le mélange de styles de blues et de music-hall, de références à Lewis Carroll et de musique psychédélique dissonante fait de ce groupe une pierre angulaire de l'underground britannique. Ils signent avec E.M.I. et, au début de l'année 1967, remportent leur premier succès britannique avec une chanson controversée sur un travesti, Arnold Layne. Vient ensuite leur premier album, The Piper at the Gates of Dawn, riche enregistrement expérimental qui deviendra un classique du rock. Leur son est de plus en plus novateur : il incorpore des effets sonores, l'utilisation savante de la guitare et des claviers, et de longues improvisations comme dans Interstellar Overdrive.

En 1968, Barrett, qui a abusé du LSD et se bat contre la schizophrénie, est remplacé par le guitariste Gilmour. Sans Barrett et ses textes chocs, le groupe s'écarte du marché des singles pour se concentrer sur les concerts en direct. Il poursuit ses innovations dans le domaine du son et de la lumière, mais avec plus ou moins de succès. Après avoir enregistré une série d'albums de musique de film, le groupe entre au classement américain avec Atom Heart Mother (1970) et Meddle (1971). Avec des disques fondés sur la mélodie mais dont l'approche est thématique et qui comprennent de longs passages instrumentaux, le groupe participe largement à la vulgarisation de l'album concept. Sur le plan commercial, il décroche le gros lot avec Dark Side of the Moon (1973), sombre évocation de la mort et de la débâcle émotionnelle. Renforcé par l'écriture sombre de Waters, cet album fait monter les Pink Floyd dans la catégorie des superstars et reste au hit-parade de la musique pop américaine pendant plus de dix ans. La suite, Wish You Were Here (1975), comprend Shine On You Crazy Diamond, chanson écrite pour Barrett : bien qu'elle soit numéro un aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, de nombreux critiques la jugent décevante et pompeuse.

Au moment de la parution d'Animals (1977), il ressort clairement que Waters est devenu la figure dominante du groupe. Un conflit a grandi au sein des Pink Floyd. Leur isolement (les uns des autres comme vis-à-vis de la société contemporaine) s'impose au grand jour lors de la tournée entreprise en 1979 pour la sortie de l'album best-seller The Wall, et qui voit la construction d'un véritable mur en briques pour séparer le groupe du public au cours du concert. Après The Final Cut (1983), dont le nom est parfaitement choisi, les Pink Floyd cessent toute activité et la propriété du nom du groupe donne lieu à des querelles juridiques. Waters, qui écarte Wright après The Wall et reprend la majeure partie de l'écriture des chansons, dirige encore davantage le groupe. Ce dernier se scinde alors, mais, au grand dépit de Waters, Gilmour, Mason et Wright se réunissent et continuent à se produire sous le nom de Pink Floyd. À la fin des années 1980, Wright, Gilmour et Mason sortent deux albums, dont le pesant A Momentary Lapse of Reason (1987) et The Division Bell (1994), tandis que Waters mène sa carrière en solo.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PINK FLOYD  » est également traité dans :

BARRETT SYD (1946-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 220 mots

Chanteur, guitariste et auteur-compositeur de folk-blues britannique, cofondateur du groupe de musique progressive Pink Floyd. De son véritable nom Roger Keith Barrett. Il suit des cours de peinture et d'architecture à l'Art School de Cambridge, avant de rejoindre en 1966 le groupe qui a été fondé à Londres en 1965 par Roger Waters (chanteur et bassiste), Nick Mason (Nicholas Mason, batteur) et […] Lire la suite

ROCK PLANANT

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du rock planant au space rock »  : […] En 1966, les groupes britanniques Soft Machine et Pink Floyd participent à Londres à des spectacles-performances underground qui mêlent arts plastiques, poésie et musique. Les climats psychédéliques des Pink Floyd, tantôt méditatifs, tantôt violents, influencent Tangerine Dream. Ce groupe allemand, qui sort en 1970 l'album Electronic Meditation , s'inspire également de la musique électroacoustique […] Lire la suite

WRIGHT RICHARD (1943-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 352 mots

Cofondateur et claviériste du groupe britannique de pop-rock Pink Floyd. Richard William Wright naît à Pinner (Middlesex, Angleterre) le 28 juillet 1943. Il étudie d'abord l'architecture (1962-1964) avant d'intégrer en 1964 le London College of Music. En 1965, il rejoint un groupe formé par trois de ses amis – le guitariste et auteur de chansons Syd Barrett, le batteur Nick Mason et le bassiste R […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lucy O'BRIEN, « PINK FLOYD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pink-floyd/