ROBOTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les outils et les machines ont souvent été pensés depuis longtemps, mais leur réalisation physique ne pouvait alors aboutir en raison notamment de l'absence de techniques ou matériaux disponibles pour les fabriquer ou pour dépasser le stade de la maquette. Il en est ainsi de l'idée de robot qui n'a trouvé son nom que dans les années 1920 (comme conséquence du succès de la pièce de théâtre du tchèque Karel Chapek : R.U.R. ou Rossum's Universal Robots), pour désigner alors de petits êtres artificiels anthropomorphes répondant parfaitement aux ordres de leurs maîtres, et sa première réalisation industrielle vers 1960 (cf. automate).

D'un point de vue scientifique, parmi les nombreuses définitions possibles du robot, on peut retenir qu'il s'agit d'une machine dont l'état de perfection future lui permettra de rendre tous les services qu'attend un homme d'un autre homme en matières d'actions matérielles. Et ce service pourra être rendu par la machine soit de manière complètement autonome (robot de substitution à l'homme), soit en collaboration avec un homme (robot de coopération). Le chemin est encore long avant d'atteindre la perfection souhaitée, car la machine doit associer des propriétés physiques complexes avec des propriétés intellectuelles non moins compliquées. Cependant, les verrous scientifiques et technologiques sautent les uns après les autres et on peut être très optimiste sur l'aboutissement de cette recherche.

Ce qui crée une sorte de rupture entre les machines « classiques » (machine à coudre, moissonneuse-batteuse...) et le robot, c'est l'inspiration anthropomorphe qui préside à la conception de ce dernier, laquelle s'est d'abord manifestée par une volonté d'imiter le bras humain avec ses nombreuses articulations autorisant des gestes variés pour manipuler des objets. Cette recherche de performance manipulatoire correspondait essentiellement à un besoin pratique : d'une part, la manipulation de produits dangereux à distance, à la suite de la découverte de la radioactivité ; d'autre part, la nécessité d'améliorer les transferts de pièces d'un poste à l'autre dans les industries de production.

La recherche sur ces nouvelles machines a engendré deux conséquences principales. D'un coté, elle est devenue une nécessité. En effet, ce dont on a besoin n'est pas une machine qui accomplit des gestes comparables à ceux du bras humain, c'est une machine qui fait œuvre utile en saisissant convenablement des pièces dans un lieu variable et en les reposant tout aussi correctement dans un autre endroit, lui aussi évolutif d'une saisie à l'autre. Un tel problème qui ne se posait pas avec les machines « classiques ». D'un autre coté, l'évocation d'un aspect anthropomorphique fait rapidement rêver d'aller plus loin dans cette imitation humaine, dans le contexte d'une technologie qui pourrait rapidement ne rien se refuser.

Depuis que le robot a donné lieu à une approche scientifique, après la Seconde Guerre mondiale, on peut résumer l'histoire de ses développements en deux périodes principales. Tout d'abord, l'époque de la robotique industrielle, qui s'étend jusqu'à la fin des années 1980. Le robot industriel, caractérisé par son implantation à poste fixe, devient alors un outil commun répondant correctement aux besoins de l'industrie et ses perfectionnements, continus depuis lors, peuvent être considérés comme des améliorations utiles mais mineures comparées aux progrès décisifs enregistrés antérieurement. La seconde période, depuis 1990, a vu la recherche se focaliser sur les robots mobiles que l'on peut répartir en deux grandes tendances :

– ceux dont le système de locomotion est un véhicule (terrestre, aérien, sous-marin etc.)... L'objectif a trait à l'exécution de déplacements en mode automatique afin de reconnaître des cibles, inspecter des installations, déminer, forer... ou simplement se déplacer comme les voitures à guidage automatique. Ces véhicules peuvent être porteurs ou non de différents outils d'action : des robots « classiques », des machines spéciales, des armes... Si l'anthropomorphisme est présent, il concerne les propriétés de perception et d'intelligence ou de raisonnement de la machine et ne repose pas sur une évocation de l'homme dans son apparence physique.

– les robots humanoïdes et animaloïdes (ou zoomorphes) qui tentent de reproduire des com [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Architecture Scara

Architecture Scara
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Robots : schéma de principe

Robots : schéma de principe
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : membre de l'Académie des technologies, ancien directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  ROBOTS  » est également traité dans :

BREVET DU PREMIER ROBOT INDUSTRIEL

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 288 mots

Un inventeur indépendant, George C. De Vol, développe et brevette aux États-Unis, en 1954, un système d'enregistrement magnétique capable de commander les opérations d'une machine. Pour le vendre, il crée, avec l'ingénieur Joseph F. Engelberger, la première entreprise de robotique, Unimation Inc. Le premier « Unimate » est vendu en 1961 à General Motors. Puis, d'autres techniciens perfectionnent l […] Lire la suite

ASIMOV ISAAC (1920-1992)

  • Écrit par 
  • Lucie CHENU
  •  • 1 075 mots

Dans le chapitre « Une œuvre monumentale »  : […] Dès onze ans, Isaac Asimov écrit. Ses premières nouvelles de science-fiction sont publiées en 1939. Dans la science-fiction des années 1930, le robot était dangereux, se retournant contre son créateur, à l'instar du Golem. Asimov rompt avec cette idée, imaginant un support physiologique (le « cerveau positronique ») et un conditionnement psychologique (les trois lois de la robotique) qui s'énonc […] Lire la suite

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 639 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le robot, la cybernétique et les calculateurs »  : […] À la place des « êtres de rêve » ou de leurs enfants dégénérés, c'est le robot hideux qui surgit avec ses lourdes machineries d'acier et ses gestes gauches. Comme le train qui s'entête, dès sa naissance, à singer la diligence, le robot, marqué des pouvoirs nouveaux de l'électricité, de l'asservissement mécanique et de l'électromagnétisme, s'entête à son tour à parodier tristement la nature humain […] Lire la suite

AUTOMATISATION

  • Écrit par 
  • Jean VAN DEN BROEK D'OBRENAN
  •  • 11 887 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Systèmes industriels d'intelligence artificielle et systèmes experts »  : […] L'intelligence artificielle s'adresse à toutes les activités cognitives, comme la compréhension du langage naturel, l'analyse d'images, la reconnaissance des formes, ainsi qu'à certains problèmes qui, comme ceux de la mise au point d'emplois du temps, les choix d'un itinéraire, ont une solution théorique combinatoire, mais sont résolus de façon plus directe et intelligente par tout expert humain. […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans les artefacts, par définition construits par l'homme en vue de fins et suivant des plans déjà définis, la signification des structures et des fonctions est définie par rapport à ces fins. C'est dire que, comme ces fins elles-mêmes, extérieures à la machine qu'elles orientent, la signification est posée à l'avance, produite par le concepteur ou le constructeur de la machine. Les questions de s […] Lire la suite

BIG DATA

  • Écrit par 
  • François PÊCHEUX
  •  • 6 153 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Véracité »  : […] La variété des formats de données et les divers lieux où s’effectue la collecte font que les informations peuvent être entachées d’erreurs, introduites volontairement ou non. Les données non structurées issues des réseaux sociaux privés, de capteurs situés dans des endroits inaccessibles ou de sites Internet douteux ne doivent ainsi pas être prises avec la même objectivité que des informations rec […] Lire la suite

BIOLOGIE - La bio-informatique

  • Écrit par 
  • Bernard CAUDRON
  •  • 5 440 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Assemblage des fragments  »  : […] Une fonction essentielle de la bio-informatique est l'aide à la « mise en forme » des génomes de grande taille. En effet, grâce aux apports de la robotique, le biologiste peut désormais séquencer des génomes complets. Toutefois, la technologie des robots ne permet pas de traiter plus de 700 nucléotides sur un seul fragment d'ADN à la fois : le génome est donc découpé, au préalable, en menus fragm […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La révolution de la vidéo médico-chirurgicale »  : […] À partir de 1960, l'imagerie médicale s'est trouvée renouvelée et transformée selon un rythme décennal : d'abord avec l'irruption de l'échographie, puis avec la métamorphose du radiodiagnostic consécutive à l'invention du scanner, et enfin avec la naissance de l'imagerie I.R.M. qui se fonde sur la résonance magnétique. Ces techniques, complémentaires sur le plan clinique, diffèrent par le principe […] Lire la suite

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 076 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Définition et fondement de l’intelligence artificielle »  : […] Pour les promoteurs de cette école d’été de 1956, l’intelligence artificielle visait initialement à la simulation, sur des machines, de chacune des différentes facultés de l’intelligence, qu’il s’agisse de l’intelligence humaine, animale, végétale ou sociale . Cette discipline scientifique reposait sur la conjecture selon laquelle toutes les fonctions cognitives, en particulier l’apprentissage, le […] Lire la suite

LE CUN YANN (1960- )

  • Écrit par 
  • Françoise FOGELMAN-SOULIÉ
  •  • 1 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des réseaux de neurones au deep learning »  : […] Mais, en 2002, Bell Labs ferme le laboratoire de Yann Le Cun. Avec Léon Bottou et Vladimir Vapnik, il rejoint les laboratoires NEC America à Princeton, qu’il quitte pour devenir en 2003 professeur au Courant Institute of Mathematical Sciences à l’université de New York. Au cours des années suivantes, les réseaux de neurones ayant déçu, il est très difficile de publier ou de recruter des doctorants […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-14 avril 2022 Suisse – Ukraine. Refus du CIO d'exclure de ses rangs les fonctionnaires russes et biélorusses.

Celui-ci comporte l’interdiction d’importer un certain nombre de biens représentant d’importantes sources de revenus pour Moscou (bois, vodka, charbon…) et l’interdiction d’exporter des biens susceptibles de renforcer les capacités industrielles de la Russie (kérosène, robots industriels…), ainsi que des sanctions visant de nouveaux responsables et entités russes. […] Lire la suite

4-22 juillet 2019 France. Découverte de l'épave du sous-marin La Minerve.

Entreprises sous la pression des familles des victimes, ces recherches sont menées par les robots sous-marins du navire de l’Ifremer Antea et du Seabed Constructor, un navire de l’entreprise américaine Ocean Infinity. Le 22, le ministère de la Défense annonce la découverte, la veille, de l’épave de La Minerve à quarante-cinq kilomètres au large de Toulon, au sud-ouest du cap Sicié, par 2 350 mètres de fond. […] Lire la suite

2-29 mai 2010 États-Unis. Extension de la marée noire dans le golfe du Mexique

Le 16, des robots sous-marins parviennent à introduire un tube dans le puits, ce qui permet de capter une partie du pétrole qui s'en échappe. Le 27, le président Obama ordonne un moratoire de six mois sur les permis de forer en eaux profondes, dans l'attente du rapport de la commission indépendante de scientifiques mandatée par le gouvernement. Celle-ci estime que le volume de la fuite de pétrole atteindrait de 12 000 à 19 000 barils par jour, et non 5 000 comme le prétend B. […] Lire la suite

20-29 avril 2010 États-Unis. Marée noire dans le golfe du Mexique

Les robots sous-marins ne sont pas parvenus à fermer les vannes de sécurité du puits situé à mille cinq cents mètres de profondeur et la fuite s'annonce durable.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe COIFFET, « ROBOTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robots/