TEAR ROBERT (1939-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le ténor gallois Robert Tear fut un des plus remarquables interprètes des ouvrages lyriques de Benjamin Britten et de Michael Tippett, ainsi que de nombreuses pièces vocales anglaises, en particulier de John Dowland, Henry Purcell, Ralph Vaughan Williams, Edward Elgar... Il excellait dans les rôles de caractère que Britten avait écrits à l'origine pour le ténor Peter Pears.

Robert Tear naît le 8 mars 1939, à Barry, dans la région de Glamorgan, au pays de Galles. Membre d'une chorale locale, il participe dès l'âge de sept ans à la première production du Welsh National Opera, Cavalleria Rusticana de Pietro Mascagni. Après avoir obtenu une bourse, il se forme au sein de la maîtrise du King's College de Cambridge et des chœurs de la cathédrale Saint-Paul de Londres. Le jeune Tear fait ses débuts scéniques en 1963, avec la troupe de l'English Opera Group, incarnant le Chœur masculin dans The Rape of Lucretia et Peter Quint dans The Turn of the Screw de Britten. Il élargit son répertoire à d'autres œuvres lyriques du compositeur britannique, participant à la création de The Burning Fiery Furnace (1966, rôle de Misael) et de The Prodigal Son (1968, le Fils cadet) ; il incarne également le Novice, puis le Capitaine Vere (Billy Budd), Snout (A Midsummer Night's Dream), le rôle-titre de Peter Grimes et Aschenbach (Death in Venice). Il complète son répertoire par le War Requiem de Britten, The Knot Garden (rôle de Dov) et Jack du Midsummer Marriage de Tippett, Salomé de Richard Strauss (il incarnera Hérode plus de cent cinquante fois au cours de sa carrière), Rimbaud (Therese de John Tavener), Tom Rakewell (The Rake's Progress d'Igor Stravinski). Il faut également mentionner ses remarquables prestations dans des ouvrages de Richard Wagner (Loge de L'Or du Rhin, David des Maîtres chanteurs de Nurenberg). Robert Tear participe en 1979, au Palais-Garnier, à Paris, sous la direction de Pierre Boulez et dans la mise en scène de Patrice Chéreau, à la première mondiale de la version en trois actes de Lulu d'Alban Berg, achevée par Friedrich Cerha (rôles du Peintre et du Nègre). Éclectique, Robert Tear s'essaye à la direction d'orchestre dans les années 1980. Il est élevé au rang de compagnon de l'ordre de l'Empire britannique en 1984. Il fait sa dernière apparition sur scène en 2009 au Covent Garden de Londres (Altoum, Turandot de Puccini), et meurt deux ans plus tard, le 29 mars 2011, à Londres.

—  Melinda C. SHEPHERD

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Melinda C. SHEPHERD, « TEAR ROBERT - (1939-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-tear/