Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DOWLAND JOHN (1563-1626)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

De ce grand luthiste et chanteur de l'époque élisabéthaine, on ignore s'il naquit en Angleterre ou en Irlande, d'où était originaire sa famille. Dès 1580, à l'âge de dix-sept ans, John Dowland se trouve à Paris dans la suite de l'ambassadeur d'Angleterre. Trois ans plus tard, il revient en Grande-Bretagne et obtient des diplômes en musique des universités d'Oxford et de Cambridge. L'échec de sa tentative pour obtenir une situation de musicien à la cour (il l'attribue à sa conversion au catholicisme lors de son séjour en France) l'affecte à un point tel qu'il désire « aller au-delà des mers ». Il effectue de mémorables randonnées à travers l'Allemagne (notamment aux cours de Brunswick et de Hesse) et l'Italie (où il se lie avec le grand madrigaliste Luca Marenzio). Ayant jugé bon de faire amende honorable, il regagne l'Angleterre et y publie, en 1597, The First Book of Song or Ayres. De 1598 à 1606, il est luthiste à la cour de Christian IV, roi de Danemark, avant d'en être chassé pour des raisons assez obscures. En 1612, il est enfin nommé luthiste du roi d'Angleterre Jacques Ier et passe les quatorze dernières années de son existence à son service et à celui de son successeur, Charles Ier. La date et le lieu exacts de sa mort restent inconnus. « Semper Dowland semper dolens » : cette exergue à l'une de ses pavanes caractérise bien ce musicien, qui fut à la fois le plus grand luthiste de son époque, et reconnu comme tel, et un compositeur à qui l'on doit certaines des mélodies les plus belles et les plus émouvantes de tous les temps. Sa production, compte non tenu de quelques pièces dispersées, se résume à trois livres d'Ayres (1597, 1600 et 1603), au recueil pour quintette de violes et luth intitulé Lachrimae ou Sept Larmes... (Lachrimae or Seaven Teares..., 1604) et à un recueil intitulé La Consolation du pèlerin (A Pilgrimes Solace, 1612), qui n'est autre qu'un quatrième livre d'Ayres. Des quatre livres d'Ayres, ou chansons au luth, les deux premiers relèvent surtout de la tradition polyphonique (bien qu'ait été prévue une réduction des parties inférieures en tablature de luth pour en permettre l'interprétation par une seule voix accompagnée) ; les deux derniers sont au contraire de pures monodies accompagnées. Le total fait quatre-vingt-sept pièces, imprégnées de rythmes de danse, mais en même temps d'une rare sensibilité poétique : beaucoup de mélodies, par exemple Come Away, Come Sweet Love, ou encore Come, Heavy Sleep, sont de celles qu'on n'oublie plus. Quant aux Lachrimae (aux sept Larmes proprement dites, qui sont autant de pavanes, s'ajoutent encore quatorze danses diverses), Dowland lui-même utilisa, à leur sujet, le terme « passionné » (passionate) : c'est un des plus magnifiques monuments de la musique instrumentale du xviie siècle naissant.

— Marc VIGNAL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Marc VIGNAL. DOWLAND JOHN (1563-1626) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

    • Écrit par et
    • 6 879 mots
    • 8 médias
    On retrouve beaucoup de ces musiciens parmi ceux qui ont illustré cet autre fleuron de la période qu'est l'air au luth. Celui-ci, essentiellement mélodie confiée à une voix soliste diversement accompagnée, le plus souvent au luth – d'où son nom –, a pour prince incontesté John Dowland, luthiste et chanteur...
  • CLAVECIN

    • Écrit par et
    • 4 766 mots
    • 4 médias
    ...de Byrd, est plus célèbre peut-être pour sa musique vocale que pour ses pièces instrumentales : il écrivit des chansons pour les drames de Shakespeare. John Dowland (1562-1626), luthiste renommé, cultiva avec bonheur l'ayre où l'instrument se mêle à la voix. Orlando Gibbons (1583-1625),...
  • LUTH

    • Écrit par
    • 7 032 mots
    • 1 média
    En Angleterre, la musique de luth est largement dominée par John Dowland, qui compose aussi pour la viole en consort. Il faut également citer le musicien et théoricien Thomas Morley qui publie en 1599 un recueil de broken consorts, c'est-à-dire des concerts pour instruments variés où vont se trouver...
  • The Earl of Essex Galliard, DOWLAND (John)

    • Écrit par
    • 573 mots
    Luthiste, chanteur et compositeur, l'Anglais John Dowland est, de 1580 à 1584, au service de l'ambassadeur d'Angleterre à Paris. Déçu de ne pas obtenir en 1594 le poste de luthiste à la cour d'Élisabeth Ire (probablement parce qu'il s'est converti au catholicisme), il décide...