REDFORD ROBERT (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Redford est né le 18 août 1937 à Santa Monica (Californie). Après quelques années de vie de bohème et de cours d'art en Europe et aux États-Unis, il s'inscrit à l'American Academy of Dramatic Arts et fait ses débuts au théâtre peu après, dans la pièce Tall Story (1959). Au début des années 1960, il décroche des rôles dans plusieurs séries télévisées, comme Alfred Hitchcock Presents, The Twilight Zone ou Route 66. Il doit le succès le plus retentissant du début de sa carrière à la pièce de Neil Simon Barefoot in the Park (1963) dont il tient le rôle principal à Broadway.

Au milieu des années 1950, Robert Redford tourne surtout dans des films peu réussis, à deux remarquables exceptions près : The Chase (La Poursuite impitoyable, 1966) et l'adaptation à l'écran de Barefoot in the Park (Pieds nus dans le parc, 1967). Le très grand succès obtenu par le western comique Butch Cassidy and the Sundance Kid (Butch Cassidy et le Kid, 1969) de George Roy Hill, où il joue Sundance Kid et donne la réplique à Paul Newman, marque le tournant de sa carrière. Le film caracole en tête du box-office cette année-là, et Redford devient l'une des valeurs sûres de Hollywood, apparaissant ensuite dans des films à succès comme Downhill Racer (La Descente infernale, 1969) et The Candidate (1972). En 1973, il est à l'affiche des deux films les plus lucratifs de l'année, The Way We Were (Nos Plus Belles Années), dont il partage la vedette avec Barbra Streisand, et The Sting (L'Arnaque), où il retrouve Paul Newman. Il est considéré comme l'acteur qui attire le plus de spectateurs au cinéma. The Sting remporte l'oscar du meilleur film et vaut à Redford sa seule nomination dans la catégorie du meilleur acteur.

La Poursuite impitoyable, d'Arthur Penn

Photographie : La Poursuite impitoyable, d'Arthur Penn

Robert Redford et Marlon Brando dans The Chase (La Poursuite impitoyable, 1966), d'Arthur Penn. 

Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

Afficher

Dans les années 1970, il tourne également dans Jeremiah Johnson, The Great Gatsby (Gatsby le magnifique, 1974), The Great Waldo Pepper (La Kermesse des aigles, 1975) et Three Days of the Condor (Les Trois Jours du Condor, 1976), mais ces œuvres sont éclipsées par All the President's Men (Les Hommes du président, 1976), d'Alan J. Pakula. Le film relate la chute de l'administration du président américain Richard Nixon, et a pour vedettes Robert Redford et Dustin Hoffman, qui incarnent respectivement Bob Woodward et Carl Bernstein, les deux journalistes du Washington Post. Le film obtient huit nominations aux oscars et conforte durablement le statut de star de Redford. Par la suite, celui-ci incarne le joueur de base-ball mythique Roy Hobbs dans The Natural (Le Meilleur, 1984), une adaptation du roman de Bernard Malamud qui récolte quatre nominations aux oscars. L'année suivante, Out of Africa (Souvenirs d'Afrique, 1985) de Sydney Pollack, dont il partage la vedette avec Meryl Streep, remporte sept statuettes pour onze nominations. Ses films suivants, dont Sneakers (Les Experts, 1992) et Spy Game (2001), n'ont pas le même retentissement.

Robert Redford lance sa carrière de réalisateur avec Ordinary People (Des Gens comme les autres, 1980), qui reçoit l'oscar du meilleur film et celui de meilleur réalisateur. Si certaines de ses réalisations suivantes, comme The Milagro Beanfield War (Milagro, 1988), The Horse Whisperer (L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, 1998) et The Legend of Bagger Vance (La Légende de Bagger Vance, 2000), reçoivent un accueil critique mitigé, d'autres, comme Ordinary People, A River Runs Though It (Et au milieu coule une rivière, 1992) et Quiz Show (1994), sont considérées comme des œuvres de qualité. Quiz Show a été nommé dans deux catégories phares : meilleur film et meilleur réalisateur. À la réalisation, le style de Redford se caractérise par des plans longs et méditatifs, et par un certain détachement émotionnel dans le traitement des sujets, qui permet de renforcer l'ironie de la narration. Il a également réalisé Lions for Lambs (Lions et agneaux, 2007), The Conspiration (La Conspiration, 2011) et The Company You Keep (Sous surveillance, 2013).

En 1980, Robert Redford fonde le Sundance Institute, qui chaque année o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  REDFORD ROBERT (1937- )  » est également traité dans :

NATURE WRITING, littérature

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 3 699 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’essor contemporain »  : […] Cette nouvelle pensée trouve sa première formulation explicite dans l' A lmanach d’ un comté des sables (1949). Aldo Leopold y annonce le mouvement écologiste contemporain en formulant sa fameuse « éthique de la terre », ouvrant ainsi formellement le champ de l’éthique environnementale : « l’éthique de la terre se contente d’étendre les limites de la communauté pour y inclure le sol, l’eau, les p […] Lire la suite

POLLACK SYDNEY (1934-2008)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 801 mots

Sydney Irwin Pollack est né le 1 er  juillet 1934 à Lafayette, dans l'Indiana. Ses études terminées, il s'installe en 1952 à New York où il suit les cours d'art dramatique de Sanford Meisner à la Neighborhood Playhouse School of the Theatre. Après avoir servi deux ans sous les drapeaux, il reprend les cours de la Neighborhood tout en commençant à se produire sur scène. En 1959, il fait ses débuts […] Lire la suite

Pour citer l’article

« REDFORD ROBERT (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-redford/