MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Union des arts et de l'industrie

En 1929, Mallet-Stevens quitte la Société des artistes décorateurs et fonde l'Union des artistes modernes, dont il reste le principal animateur jusqu'à sa mort. Mallet-Stevens est également membre du comité directeur de L'Architecture d'aujourd'hui des les débuts de la revue à la fin de l'année 1930.

La conception des détails d'éclairage, de polychromie et de mobilier ainsi que l'emploi des techniques modernes font de la Villa Cavrois (1929-1932) à Croix, près de Roubaix, son œuvre la plus accomplie et un manifeste des ambitions de l'U.A.M. La suite de la carrière de Mallet-Stevens est jalonnée des déclinaisons de magasins comme pour les boutiques Bailly (boulevard de la Madeleine et boulevard des Capucines à Paris, 1928 ; Rouen et Lyon, 1934 ; Alger, 1937). Il construit aussi d'éphémères pavillons pour l'exposition des Arts et techniques dans la vie moderne à Paris en 1937 (Pavillons de l'électricité et de la lumière conçus en collaboration avec Georges-Henri Pingusson, de l'hygiène avec René Coulon, des tabacs, de la solidarité nationale), et pour l'exposition du Progrès social de Lille en 1939 (Pavillon de la presse et de la publicité). De 1935 à 1939, en tant que directeur de l'école des Beaux-Arts de Lille, il tente d'appliquer les principes de l'U.A.M. à un projet pédagogique et institutionnel de formation des architectes. En 1939, il se réfugie à Penne-d'Agennais, dans le Lot-et-Garonne, et meurt à Paris le 8 février 1945.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg, chercheur au L.A.C.T.H.-E.N.S.A.P. de Lille

Classification


Autres références

«  MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les révolutions du béton armé »  : […] Loin de favoriser l'émergence d'une pratique ou d'un langage spécifique, le béton armé offrait au contraire, par sa malléabilité, une infinie variété de mises en œuvre. En s'emparant du nouveau matériau, les rationalistes lui ont cependant donné une forme en accord avec leurs idéaux. À l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, dite Saint-Jean de Montmartre, 19, rue des Abbesses ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_18052

PROUVÉ JEAN (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « L'apprentissage »  : […] Né le 8 avril 1901 à Paris, Jean Prouvé passe son enfance à Nancy dans un milieu intellectuel et artistique imprégné d'idées réformatrices. Son père, Victor Prouvé, et son parrain, Émile Gallé, ont fait de la capitale lorraine l'un des hauts lieux du rapprochement de l'art et de l'industrie. Pour ces protagonistes du mouvement Art nouveau, la pensée créatrice, quel que soit son domaine, doit s'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-prouve/#i_18052

Voir aussi

Pour citer l’article

Richard KLEIN, « MALLET-STEVENS ROBERT - (1886-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mallet-stevens/