MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une reconnaissance différée

En 1929, alors que Sigfried Giedion écarte la candidature de Mallet-Stevens au poste de délégué des Congrès internationaux d'architecture moderne en avançant la dimension trop décorative de son travail, sa notoriété en France n'a d'égale que celle de Le Corbusier. La variété des pratiques de Mallet-Stevens lui permet en réalité d'aborder toutes les dimensions et les échelles de l'architecture. Les aménagements d'expositions et aménagements intérieurs, la conception de magasins, le dessin de meubles auxquels il assigne un rôle d'accompagnement de l'architecture relèvent d'une conscience aiguë des relations entre artisanat et industrie. L'intégration de techniques sophistiquées dans ses projets se manifeste par des collaborations comme celle de l'ingénieur éclairagiste André Salomon. Reconnue tardivement, l'architecture de Mallet-Stevens illustre également les problèmes que doit affronter l'architecture du xxe siècle dans sa phase de patrimonialisation. Constructions altérées, comme celles de la rue Mallet-Stevens, ou même dépecées, comme la villa de Croix qui ne doit sa survie qu'à la ténacité de l'Association de sauvegarde de la Villa Cavrois et à son achat par l'État au cours de l'année 2001, les œuvres de Mallet-Stevens montrent, au tournant du nouveau siècle, toute la fragilité matérielle des architectures du xxe siècle. Entre les anciennes disparitions et l'avenir incertain, l'architecture de Mallet-Stevens est frappée par les effets conjugués de l'appétit des marchands d'art et des lacunes de l'historiographie contemporaine.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg, chercheur au L.A.C.T.H.-E.N.S.A.P. de Lille

Classification

Autres références

«  MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 099 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les révolutions du béton armé »  : […] Loin de favoriser l'émergence d'une pratique ou d'un langage spécifique, le béton armé offrait au contraire, par sa malléabilité, une infinie variété de mises en œuvre. En s'emparant du nouveau matériau, les rationalistes lui ont cependant donné une forme en accord avec leurs idéaux. À l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, dite Saint-Jean de Montmartre, 19, rue des Abbesses ( xviii e , 1894-1904), […] Lire la suite

PROUVÉ JEAN (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « L'apprentissage »  : […] Né le 8 avril 1901 à Paris, Jean Prouvé passe son enfance à Nancy dans un milieu intellectuel et artistique imprégné d'idées réformatrices. Son père, Victor Prouvé, et son parrain, Émile Gallé, ont fait de la capitale lorraine l'un des hauts lieux du rapprochement de l'art et de l'industrie. Pour ces protagonistes du mouvement Art nouveau, la pensée créatrice, quel que soit son domaine, doit s'app […] Lire la suite

Pour citer l’article

Richard KLEIN, « MALLET-STEVENS ROBERT - (1886-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mallet-stevens/