MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'effet plastique

La carrière de constructeur de Mallet-Stevens ne débute réellement qu'après la guerre avec les villas de Paul Poiret à Mézy-sur-Seine (1921-1923) et la villégiature du vicomte de Noailles à Hyères (1923-1933). Cette dernière réalisation marque les débuts d'une série de commandes de la part de riches mécènes.

L'Exposition internationale des arts décoratifs de 1925 à Paris est l'occasion de consolider cette réputation naissante : le spectaculaire Pavillon du tourisme et ses vitrages latéraux en bande montrent comment la plastique domine les œuvres de Mallet-Stevens au point de masquer l'expression de la réalité constructive. Quant au Hall d'ambassade présenté dans cette même exposition, il est l'occasion de collaborations qui préfigurent la création de l'Union des artistes modernes. Dans le XVIe arrondissement de la capitale, l'ensemble de la rue Mallet-Stevens (1926-1927), constitué d'hôtels particuliers, d'ateliers d'artistes et de la propre résidence de l'architecte, propose une articulation de volumes dénudés, imbriqués à la manière d'une sculpture abstraite, détachés de leurs contingences structurelles. L'effet plastique est renforcé par l'absence de relation entre ouvertures et fonctions intérieures, l'aspect cinématographique étant offert, lui, par les différents points de vue permis depuis les terrasses. Les autres réalisations identifiables à l'utilisation très parcimonieuse de la courbe (réservée le plus souvent aux entrées et aux circulations verticales), à l'articulation des masses autour d'un volume cubique central, où encore à quelques traits stylistiques plus personnels comme les sous-faces d'escalier reproduisant marches et contremarches, se suivent jusqu'à l'année 1938 sans que la commande publique donne l'occasion à Mallet-Stevens de s'exprimer sur la base d'un grand programme.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Strasbourg, chercheur au L.A.C.T.H.-E.N.S.A.P. de Lille

Classification


Autres références

«  MALLET-STEVENS ROBERT (1886-1945)  » est également traité dans :

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les révolutions du béton armé »  : […] Loin de favoriser l'émergence d'une pratique ou d'un langage spécifique, le béton armé offrait au contraire, par sa malléabilité, une infinie variété de mises en œuvre. En s'emparant du nouveau matériau, les rationalistes lui ont cependant donné une forme en accord avec leurs idéaux. À l'église Saint-Jean-l'Évangéliste, dite Saint-Jean de Montmartre, 19, rue des Abbesses ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_18052

PROUVÉ JEAN (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 2 015 mots

Dans le chapitre « L'apprentissage »  : […] Né le 8 avril 1901 à Paris, Jean Prouvé passe son enfance à Nancy dans un milieu intellectuel et artistique imprégné d'idées réformatrices. Son père, Victor Prouvé, et son parrain, Émile Gallé, ont fait de la capitale lorraine l'un des hauts lieux du rapprochement de l'art et de l'industrie. Pour ces protagonistes du mouvement Art nouveau, la pensée créatrice, quel que soit son domaine, doit s'app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-prouve/#i_18052

Voir aussi

Pour citer l’article

Richard KLEIN, « MALLET-STEVENS ROBERT - (1886-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mallet-stevens/