FULLER RICHARD BUCKMINSTER (1895-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connu pour être le père des coupoles géodésiques dont l'inspiration rejoint celle des grandes structures propres aux expositions universelles du xixe siècle, Richard Buckminster Fuller a vu sa carrière consacrée lorsqu'on a décidé de retenir sa structure sphérique de 76 mètres de diamètre pour représenter les États-Unis à l'exposition de Montréal en 1967.

Le pavillon des États-Unis

Le pavillon des États-Unis

Photographie

Le pavillon des États-Unis réalisé par l'ingénieur Richard Buckminster Fuller pour l'Exposition de Montréal en 1967. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Une doctrine globalisante

Né en 1895 à Milton (Mass., États-Unis), élevé dans une famille libérale de pionniers, Buckminster Fuller abandonne vite ses études à Harvard (1913-1915). Son passage comme volontaire dans la marine en 1917 le met au contact des problèmes que pose la rationalisation globale d'un système d'équipements destinés à la survie humaine. Après la guerre, sa tentative pour commercialiser un système de construction à partir de blocs de ciment isolants (le Stockade Building System), en collaboration avec son beau-père, architecte new-yorkais, le mène à la faillite. Il dénonce alors l'« ignorance méthodique » et les critères émotionnels et irrationnels qui président à la conception du domaine bâti.

Fuller élabore dorénavant une doctrine globalisante impliquant la révision complète des exigences de toute l'humanité et des potentiels techniques et énergétiques de la « planète Terre ». La « synergie », loi de coopération de forces distinctes, le comprehensive design, ou projet intégral, sont les concepts de base de sa pensée qu'il illustre par les projets de 1927 intitulés 4 D (4e Dimension). Avec un sens égal de la publicité et du slogan, il surpasse Le Corbusier en suggérant le réaménagement du territoire à l'échelle de la planète (Air-Ocean World Town Plan).

La maison Dymaxion de 1927 (dynamique plus maximum d'efficacité) est la matérialisation de la « machine à habiter », au vrai sens du terme et non plus au sens métaphysique tel qu'il a été formulé par le Bauhaus. Conçue pour un mode de vie futuriste – pour la vie « éternellement » nouvelle du « citoyen du monde [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université Louis-Pasteur, Strasbourg, architecte D.P.L.G., urbaniste I.U.U.P.

Classification


Autres références

«  FULLER RICHARD BUCKMINSTER (1895-1983)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les ambiguïtés contemporaines »  : […] Au xx e siècle, la diversification des techniques qui s'était amorcée avec la révolution industrielle s'intensifie encore. Cette diversification concerne tout d'abord les matériaux. Tandis que le béton armé envahit progressivement le secteur de la construction, l'ingénieur Freyssinet met au point les techniques de précontrainte pendant l'entre-de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-sciences-et-techniques/#i_253

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 246 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Câbles »  : […] C'est finalement dans les ouvrages qui utilisent l'acier, pour sa caractéristique physique de résistance à la traction, que l'on peut parler d'une expression architecturale propre au matériau. Les structures en câbles tendus, dont la technologie doit beaucoup à l'ingénieur Jawerth, exaltent cette expression architecturale propre à l'acier. Malheure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-acier/#i_253

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le néo-productivisme »  : […] Le néo-productivisme, qu'il ne faut confondre ni avec le fonctionnalisme « blanc » du style international, ni avec le productivisme du mouvement constructiviste russe, est né, après la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts , c'est-à-dire du « presque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_253

RATIONALISTE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis AVRIL
  •  • 4 313 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Principes rationalistes du « mouvement moderne » »  : […] La doctrine rationaliste, solidement édifiée par deux siècles d'efforts théoriques, se cristallisera dans les formes au xx e  siècle, alors qu'elle ne connaîtra d'apports nouveaux que dans deux directions : le rapport de l'architecture à l'industrie et ses liens avec le développement des villes. Paradoxalement, c'est d'un esthète solitaire, le Vien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/#i_253

Voir aussi

Pour citer l’article

François LAISNEY, « FULLER RICHARD BUCKMINSTER - (1895-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-buckminster-fuller/