Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FULLER RICHARD BUCKMINSTER (1895-1983)

Le pavillon des États-Unis - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Le pavillon des États-Unis

Connu pour être le père des coupoles géodésiques dont l'inspiration rejoint celle des grandes structures propres aux expositions universelles du xixe siècle, Richard Buckminster Fuller a vu sa carrière consacrée lorsqu'on a décidé de retenir sa structure sphérique de 76 mètres de diamètre pour représenter les États-Unis à l'exposition de Montréal en 1967.

Une doctrine globalisante

Né en 1895 à Milton (Mass., États-Unis), élevé dans une famille libérale de pionniers, Buckminster Fuller abandonne vite ses études à Harvard (1913-1915). Son passage comme volontaire dans la marine en 1917 le met au contact des problèmes que pose la rationalisation globale d'un système d'équipements destinés à la survie humaine. Après la guerre, sa tentative pour commercialiser un système de construction à partir de blocs de ciment isolants (le Stockade Building System), en collaboration avec son beau-père, architecte new-yorkais, le mène à la faillite. Il dénonce alors l'« ignorance méthodique » et les critères émotionnels et irrationnels qui président à la conception du domaine bâti.

Fuller élabore dorénavant une doctrine globalisante impliquant la révision complète des exigences de toute l'humanité et des potentiels techniques et énergétiques de la « planète Terre ». La « synergie », loi de coopération de forces distinctes, le comprehensive design, ou projet intégral, sont les concepts de base de sa pensée qu'il illustre par les projets de 1927 intitulés 4 D (4e Dimension). Avec un sens égal de la publicité et du slogan, il surpasse Le Corbusier en suggérant le réaménagement du territoire à l'échelle de la planète (Air-Ocean World Town Plan).

La maison Dymaxion de 1927 (dynamique plus maximum d'efficacité) est la matérialisation de la « machine à habiter », au vrai sens du terme et non plus au sens métaphysique tel qu'il a été formulé par le Bauhaus. Conçue pour un mode de vie futuriste – pour la vie « éternellement » nouvelle du « citoyen du monde » –, elle tire parti des techniques de préfabrication les plus avancées de la construction aéronautique. C'est le prototype industrialisé le plus élaboré jamais produit pour la maison, ancêtre de toute l'architecture de cellules produites en série, mobil-homes, capsules et modules encastrables (plug-in). Un mât central contenant les services complets de contrôle de la climatisation, du recyclage de l'eau, de l'élimination des déchets, de l'exploitation de l'énergie solaire à travers des lentilles soutient, par des câbles, des planchers et des parois de forme hexagonale réalisés en caissons d'aluminium et vitrages doubles. Les commandes des portes sont photoélectriques, les lits pneumatiques.

Fuller tentera avec peine de commercialiser les différentes versions de sa maison tout comme son « bloc sanitaire intégré », moulé d'une seule pièce. Il améliore patiemment les performances de son prototype jusqu'en 1940. Tout est perfectionné dans le moindre détail technique, jusqu'au système de douche par air comprimé et atomisé élaboré à la suite de ses études sur la détérioration de la peau.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université Louis-Pasteur, Strasbourg, architecte DPLG, urbaniste IUUP

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le pavillon des États-Unis - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Le pavillon des États-Unis

Dôme géodésique, R. B. Fuller - crédits : Lee Snider/ The Image Bank Unreleased/ Getty Images

Dôme géodésique, R. B. Fuller

Autres références

  • ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

    • Écrit par Antoine PICON
    • 7 914 mots
    • 6 médias
    ...C'est à cette réintégration que vont pourtant s'atteler toute une lignée d'architectes, d'ingénieurs et d'autodidactes, comme Jean Prouvé ou Buckminster Fuller, qui cherchent à renouer avec une certaine pureté de l'invention constructive. La beauté des profilés métalliques conçus par Prouvé ou le caractère...
  • ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

    • Écrit par Philippe BOUDON
    • 3 257 mots
    • 9 médias
    ...la pesanteur par un record de hauteur. Plus près de nous, le pavillon des États-Unis à l'exposition de Montréal, « radôme » géodésique de Buckminster Fuller, nous donne l'expression parfaite, elle aussi presque symbolique, de cette architecture de légèreté, autonome par rapport au sol, simplement ...
  • ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

    • Écrit par Joseph ABRAM, Kenneth FRAMPTON, Jacques SAUTEREAU
    • 11 661 mots
    • 17 médias
    ...l'œuvre de trois hommes : Ludwig Mies van der Rohe avec son culte ascétique du beinahe nichts, c'est-à-dire du « presque rien », R. Buckminster Fuller et son principe, nommé dymaxion, d'obtenir l'effet maximal avec le minimum de moyens, et Konrad Wachsmann, dont l'intérêt pour les procédés...
  • RATIONALISTE ARCHITECTURE

    • Écrit par Jean-Louis AVRIL
    • 4 312 mots
    • 2 médias
    ...nourrie des inventions des ingénieurs les plus créatifs et des travaux de personnalités situées à mi-chemin entre l'ingénieur et le plasticien, tels Jean Prouvé (1901-1984) et Richard Buckminster Fuller (1895-1983) qui n'ont pas hésité à donner aux « machines à habiter » leur premier visage.

Voir aussi