AVEDON RICHARD (1923-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évidence

Avedon ne déroge que très rarement à ce principe. Quand il photographie les patients d'un asile psychiatrique, à Jackson en Louisiane, en mémoire de Louise, sa sœur (« Sa beauté était notre grande affaire, et elle a détruit sa vie »). Quand il rend compte de manifestations des Noirs pour leurs droits civiques dans le Sud (1963), ou encore peu après la chute du Mur de Berlin, dans la nuit du 31 décembre 1989 au 1er janvier 1990. Est-il à ce point convaincu, au-delà de son efficacité, des mérites de son système ? Expositions (à partir de 1962 à la Smithsonian Institution de Washington et jusqu'en 2002 au Met à New York, ou en 2003 à la Fraenkel Gallery de San Francisco) et surtout livres l'illustrent à merveille, dès Observations (1959, texte de Truman Capote, design de Brodovitch) et jusqu'au monumental Evidence 1944-1994 (1994, accompagné d'une exposition itinérante aux États-Unis et en Europe), en passant par Nothing Personal (1964, texte de Baldwin) ou An Autobiography (1993). Le photographe lui-même exprime, à travers quelques textes et interviews, un curieux mélange d'ambition (« Je veux, explique-t-il à son père, faire des portraits aussi intenses que peuvent l'être les gens »), d'assurance et de doutes, ou de questionnements. Il le sait cependant : « Un portrait photographique est une image d'une personne qui sait qu'on la photographie, et les conclusions qu'elle en tire font partie de la photographie, tout autant que ce qu'elle porte ou l'allure qu'elle a. »

Avedon avouera n'avoir jamais été satisfait de ce qu'il faisait (mais, ajoute-t-il : « C'est ça qui me fait travailler »). En 1975, il photographie Robert Frank (né en 1924), auteur du livre-somme Les Américains (1958) et à maints égards son contraire, photographe d'une vie quotidienne et intime, ennemi d'une image parfaite. Et en 1971, le même Avedon a été l'un des premiers, et l'un des seuls, à acquérir, du vivant de son amie Diane Arbus (1923-1971), le portfolio A Box of Ten Photographs, incluant des portraits d'une puissance si différente, à la fois plus dérangeante et plus humaine, que ses propres photographies. Avedon est mort à San Antonio (Texas), alors qu'il préparait pour le New Yorker un projet, laissé inachevé, sur la campagne présidentielle de 2004 : On Democracy.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Richard Avedon et Diana Vreeland

Richard Avedon et Diana Vreeland
Crédits : Sherman/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Photographie de mode de Richard Avedon

Photographie de mode de Richard Avedon
Crédits : Courtesy of The Richard Avedon Foundation

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AVEDON RICHARD (1923-2004)  » est également traité dans :

RICHARD AVEDON, PHOTOGRAPHIES 1946-2004 (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 959 mots

Première rétrospective montée après la mort du photographe, cette exposition a été organisée par la Richard Avedon Foundation et le musée d'art contemporain de Louisiana de Humlebæk au Danemark, qui l'avait présentée du 24 août 2007 au 13 janvier 2008. Après l'espace Forma de Milan qui la recevait du 14 février au 8 juin 2008, le […] Lire la suite

BASSMAN LILLIAN (1917-2012)

  • Écrit par 
  • Karen SPARKS
  •  • 456 mots

La photographe de mode américaine Lillian Bassman obtint un grand succès dans les années 1940 et 1950 en privilégiant l'usage du flou et des contrastes dans ses clichés en noir et blanc de mannequins aux formes fluides, donnant ainsi une image de la femme empreinte de mystère. Lillian Violet Bassman naît le 15 juin 1917 dans le quartier new-yorkais de Brooklyn. Elle suit des cours de design textil […] Lire la suite

DONEN STANLEY (1924-2019)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Comme Vincente Minnelli, Gene Kelly ou Bob Fosse, Stanley Donen était rongé par l’inquiétude. L’art du musical est de nous faire croire qu’il est futile : il faut donc masquer à quel point le réel peut vous blesser. Seul le « divin » Fred Astaire paraît échapper à l’anxiété, sans qu’on puisse affirmer qu’il n’était pas le dissimulateur suprême. C’est dans cet univers d’illusion réparatrice que l’ […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Le statut esthétique

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 5 137 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Sociologie de la photographie »  : […] On a déjà vu combien le développement de la photographie était lié à l'évolution du capitalisme en France et en Angleterre. Aussi n'est-il pas étonnant que les premiers signes d'un changement de conception se soient produits aux États-Unis en une période où ce pays vivait sa première grande crise. Le but de Brady et de ses adjoints était d'ailleurs caractéristique : montrer la guerre pour éviter s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne BERTRAND, « AVEDON RICHARD - (1923-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-avedon/