RICHARD AVEDON, PHOTOGRAPHIES 1946-2004 (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Première rétrospective montée après la mort du photographe, cette exposition a été organisée par la Richard Avedon Foundation et le musée d'art contemporain de Louisiana de Humlebæk au Danemark, qui l'avait présentée du 24 août 2007 au 13 janvier 2008. Après l'espace Forma de Milan qui la recevait du 14 février au 8 juin 2008, le Jeu de Paume installait à son tour, du 1er juillet au 28 septembre 2008, les quelque 270 pièces qui composaient l'ensemble.

Dix ans séparent donc le contenu de la rétrospective Richard Avedon Evidence 1944-1994 mise en place par Avedon en 1994, initialement au Whitney Museum of American Art de New York, et celui de l'exposition inaugurée en 2007 à Louisiania. Décédé des suites d'un accident vasculaire cérébral le 1er octobre 2004 à San Antonio au Texas, alors qu'il exécutait une commande pour le New Yorker, Richard Avedon avait pour règle de contrôler l'intégralité de son œuvre, et cela jusqu'à l'accrochage de ses expositions. L'installation au Jeu de Paume, faite en collaboration avec des proches collaborateurs du photographe, respectait la volonté de lisibilité du photographe en une scénographie à la fois aérée et dense, préférant les grands axes de l'œuvre à sa chronologie. Un parti pris d'autant plus pertinent que la biographie emprunte elle-même des voies parallèles.

Né le 15 mai 1923 à New York, Richard Avedon reçoit une formation secondaire à la DeWitt Clinton High School de New York et intègre la Columbia University en 1941. Après deux ans passés dans la marine marchande où il réalise les photos d'identité des hommes d'équipage, il suit, de 1944 à 1950, les cours d'Alexey Brodovitch à la Design Laboratory de la New School for Social Research de New York. À l'étudiant, qui se révèle brillant, ce célèbre directeur artistique du magazine Harper's Bazaar confie dès 1945 le poste de photographe principal du magazine. Les vingt ans que durera la collaboration n'empêcheront pas Avedon d'accepter la double fonction de photographe et rédacteur en chef adjoint du magazine Theatre Arts en 1949 et 1950, et de revenir sporadiquement au reportage d'actualité. Mais la mode, qui le voit travailler de 1966 à 1990 pour Vogue, le concurrent de Harper's Bazaar, est avec le portrait le domaine qui occupe l'essentiel de la carrière de Richard Avedon.

L'exposition du Jeu de Paume s'articule autour de quatre grandes orientations, dont la première, « Richard Avedon photographe de mode », montre précisément comment, dès l'âge de vingt-deux ans, le jeune élève de Brodovitch parvient à ébranler la manière académique dont les photographes illustraient les collections. Rejetant les critères conventionnels, s'affranchissant de l'obligation de faire des créations de la haute couture le sujet central de l'image, Richard Avedon réalise ses premières mises en scène plus spontanées que nature, osant la prise de vue hors studio, en ville, dans des poses en mouvement, et imaginées comme des figures dramatiques ou chorégraphiques. Brodovitch ne compte pas pour rien dans cette vision nouvelle et parfois brutale de la mode qu'il soutient en adaptant la maquette aux photographies, au lieu d'en faire un préalable aux prises de vue. Face aux agrandissements géants des photographies réalisées pour Revlon, Chanel, Dior, Calvin Klein, Versace, la présentation des pleines pages et des doubles pages de Harper's Bazaar et de Vogue donne la mesure de la connivence qui existait entre le magazine et son photographe. La silhouette de Dovima photographiée en 1955 avec les éléphants au Cirque d'Hiver est emblématique de la volonté partagée de surprendre et de séduire, à travers des mannequins vedettes comme Veruschka à New York, China Machado à Londres, Penelope Tree à Paris.

Dominée par le groupe des membres de la Factory posant nus autour d'Andy Warhol en 1969, la séquence « Richard Avedon, portraitiste », imposante galerie de grands formats, fait un lien entre le monde de la mode et celui de contemporains issus de tous milieux et de toutes classes sociales. Artistes, hommes politiques, parents et proches, tout ce qui est humain devient ici un sujet fort dont Avedon parvient, avec acuité et sans complaisance, à faire jaillir la personnalité. Le président Eisenhower, Rudolf Noureev, Bob Dylan, Brigitte Bardot, Igor Stravinski, la chanteuse Björk et une multitude d'autres poseront pour lui, comme le Noi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Hervé LE GOFF, « RICHARD AVEDON, PHOTOGRAPHIES 1946-2004 (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-avedon-photographies-1946-2004/