RÉVOLUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le renversement révolutionnaire

Il est remarquable que cette ambiguïté se trouve ponctuée à l'origine même de la pensée philosophique. L'idée de métabolê (changement radical, renversement, détour, retour), telle qu'elle a été analysée et développée par Platon, a, au moins, trois implications qui se dispersent et interfèrent, au point qu'on peut se demander si, aujourd'hui, nous sommes tellement plus avancés dans la définition de ce concept si conquérant en apparence.

Rompre pour rétablir

Pour expliquer la dramatique des sociétés humaines et de leur devenir – ce qu'on appelle actuellement histoire – l'auteur du Timée recourt à un mythe : jadis (il y a bien longtemps), le « cours des choses » allait dans le bon sens ; alors, les hommes étaient directement gouvernés par les dieux ; ceux-ci veillaient à leur bonheur et à leur subsistance ; non seulement les problèmes matériels étaient, pour ainsi dire, résolus à l'avance, mais encore était réglée, d'entrée de jeu, la problématique politique dans la mesure où il ne pouvait y avoir ni rivalité, ni conflit, ni compétition d'individu à individu, de groupe à groupe. Le destin a voulu que le bon sens s'inverse. Les dieux se sont retirés. Les hommes ont été laissés à eux-mêmes. Un renversement (métabolê) s'est produit : c'est à lui que désormais celui qui s'attache à sauver les sociétés du malheur et de l'immoralité doit faire face ; c'est dans cette perspective qu'il doit démontrer et calculer, étant bien entendu que le renversement qu'il pourra proposer n'abolira en aucune manière cette mutation originaire et foncière ; qu'elle aura, tout juste, la chance de s'articuler avec elle pour la contrecarrer.

Cet « originaire » proposé mythiquement par Platon retient l'attention : il y avait un ordre, qu'une révolution (cosmique, incompréhensible) a défait ; la révolution humaine a pour fin de rétablir, autant qu'il se peut, ce « bonheur » perdu. Voilà un schéma que la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de philosophie à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis

Classification


Autres références

«  RÉVOLUTION  » est également traité dans :

BALL JOHN (mort en 1381)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 296 mots

La plupart des chroniques, dont celle de Froissart, présentent John Ball comme l'un des grands responsables du soulèvement des paysans et des artisans en Angleterre en 1381. Peut-être, disciple de John Wyclif, aurait-il été l'un des pauvres prêtres vagabonds répandant la parole du maître, mais en mettant l'accent sur ses formules les plus révolutionnaires : la négation du devoir d'obéissance enver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-ball/#i_1268

BAUER OTTO (1881-1938)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 655 mots

Tenu pour un des plus éminents représentants de l'austro-marxisme, Otto Bauer s'inscrit dans la lignée antidogmatique de la pensée marxiste en s'efforçant de créer une troisième voie entre le bolchevisme et la social-démocratie. Né à Vienne d'une famille originaire de Bohême, le 5 septembre 1881, Bauer a vingt-quatre ans quand il publie, après de brillantes études de droit et d'économie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-bauer/#i_1268

BELLEGARIGUE ANSELME (XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 605 mots

N'étant le plus souvent connu que par le titre de son éphémère journal, L'Anarchie, journal de l'ordre , Bellegarigue mériterait que l'on s'attachât davantage à sa singulière personnalité. Sa conception éclaire en effet la frontière, à laquelle il se situe, entre la pratique libertaire et l'idéologie libérale, fondée non sur l'émancipation de l'individu mais sur l'individuali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bellegarigue-anselme/#i_1268

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Crise et conflit »  : […] Quelle que soit la définition retenue, ce qui importe ici, c'est que chaque instance peut entrer en conflit avec les autres, parce que chacune constitue un système, donc possède une inertie propre. Ce type de conflit est d'une tout autre nature que les conflits de classes. Dans l' histoire sociale, il faut nettement distinguer, à l'intérieur de la société capitaliste, deux types de contradictions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/#i_1268

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La politisation de l'artiste »  : […] Les guerres qui se sont succédé au cours du siècle – les guerres coloniales (Maroc, Indochine, Algérie...), la Seconde Guerre mondiale, l'Occupation, la Résistance, les camps de concentration, la guerre nucléaire, la guerre froide – ont tour à tour fourni aux écrivains non seulement un matériau dramatique, et le plus souvent tragique, à profusion, mais les ont transformés en acteurs. Beaucoup y on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/engagement/#i_1268

ESSAI SUR LES RÉVOLUTIONS, François René de Chateaubriand - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un essai de typologie »  : […] L' Essai sur les révolutions compte une Introduction et cinquante-deux chapitres. Les six premiers traitent de la révolution républicaine en Grèce, le septième de l'origine des noms des factions, la Montagne et la Plaine, qui ont donné leur nom aux partis de la Révolution française ; le huitième évoque la guerre des émigrés en Grèce, le treizième traite de Sparte et des Jaco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-sur-les-revolutions/#i_1268

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 56 médias

Dans le chapitre « La révolution politique »  : […] Sur le plan politique, l'importance de la décision américaine ne saurait être sous-estimée : les treize colonies sont les premières à s'être libérées de la tutelle européenne et forment le premier pays à s'être donné une constitution écrite, à appliquer les principes qui, de Locke à Montesquieu, ont inspiré les gouvernements modernes. La déclaration d'indépendance, rédigée par Thomas Jefferson et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_1268

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dès le début de l'année 1789, alors que se préparait la réunion des États généraux voulue par le roi Louis XVI, on parlait, en France, d'« Ancien Régime ». Les événements ultérieurs donnèrent à l'expression une dimension radicale qu'elle n'avait pas nécessairement dans son principe. Il n'empêche que la période qui s'ouvre en 1789 fut bien d'abord marquée par ce sentiment d'une coupure entre un av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_1268

GRAMSCI ANTONIO (1891-1937)

  • Écrit par 
  • Hugues PORTELLI
  •  • 4 470 mots

Dans le chapitre « Du méridionalisme au « conseillisme » »  : […] C'est en 1913 qu'a commencé la carrière politique de Gramsci. Né à Alès le 22 janvier 1891, ce jeune Sarde d'origine très humble – il appartient à une famille de petits fonctionnaires ruinés – fait, grâce à une bourse, des études littéraires à Turin ; il rencontre les milieux socialistes et confronte avec leurs idées son nationalisme insulaire. Son enthousiasme méridionaliste pour Gaetano Salvemin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-gramsci/#i_1268

KRAMER ROBERT (1940-1999)

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 635 mots

Né à New York en 1940, Robert Kramer, est resté fidèle, tout au long d'une carrière internationale partagée entre les États-Unis et l'Europe, au titre de l'un de ses premiers films : The Edge ( En marge , 1968). Entre l'Amérique et l'Europe, entre fiction et documentaire, loin du cinéma commercial, mais méfiant à l'égard du cinéma militant, solitaire ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-kramer/#i_1268

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fondateur du bolchevisme »  : […] En 1902, Lénine publie un texte fondamental, Que faire ? , premier manifeste de ce qui deviendra, l'année suivante, le bolchevisme. Lénine y expose sa conception d'un parti révolutionnaire d'avant-garde, discipliné et centralisé, composé d'un noyau de révolutionnaires professionnels, chargés d'encadrer les masses ouvrières trop facilement tentées par la seule action quotidie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lenine/#i_1268

MARCUSE HERBERT (1898-1979)

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 2 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une philosophie de l'exil : la révolution »  : […] Obsédé, comme ses amis, par la question de savoir quelle force porte donc les groupes et les individus humains à s' aliéner dans la dictature politique ou technocrate, et quel principe historique de mort les détourne de leur libération, Marcuse donne au refus une forme qui lui est propre. Chez lui, le « grand refus » anime sans cesse un repérage de ce qui fomente, dans les f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/herbert-marcuse/#i_1268

MARX KARL (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 533 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La révolution de 1848 »  : […] Expulsé de Bruxelles en mars 1848, Marx est au même moment invité à rentrer en France par le gouvernement provisoire issu de la révolution de Février à l'instigation de ses membres ouvriers. Il s'oppose au projet de certains émigrés d'une expédition militaire en Allemagne. Lorsque éclate le soulèvement pour l'unité nationale et le gouvernement démocratique, Marx rédige les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-marx/#i_1268

MARXISME - Les révisions du marxisme

  • Écrit par 
  • Pierre BOURETZ, 
  • Evelyne PISIER
  •  • 3 652 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Répliques orthodoxes »  : […] « La coalition qui, sur le plan idéologique, assure la défaite du révisionnisme est dirigée par le centre orthodoxe » : Karl Kautsky y fait figure de « pape du marxisme ». Mais il reçoit aussi le concours de la gauche social-démocrate et notamment de Rosa Luxemburg. Dans un livre publié en 1899, Bernstein et le programme social-démocrate, une anticritique , K. Kautsky se livr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-les-revisions-du-marxisme/#i_1268

MESLIER JEAN (1664-1729)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 344 mots

Né dans les Ardennes françaises, à Mazerny, en 1664, fils d'un marchand, Jean Meslier, après ses études au séminaire de Reims, est ordonné prêtre en 1688. Nommé l'année suivante à la cure d'Étrépigny, dans sa région natale, il va exercer ses fonctions, sans grands problèmes, jusqu'à sa mort. Bien noté de Mgr Le Tellier, il a maille à partir avec l'impérieux Mgr de Mailly (1711-1721), comme avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-meslier/#i_1268

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « L'individu et la société »  : […] L'individu ainsi socialisé, amené à se comprendre comme exigence radicale de liberté et de dignité, ne l'est cependant pas entièrement : sa conscience peut toujours dire non à l'état de choses existant, elle peut toujours exiger davantage ou autre chose ; il peut même refuser ce monde présent sans dire, sans savoir ce qu'il désire positivement. Mais si sa conviction, celle d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_1268

MOUNIER EMMANUEL (1905-1950)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie DOMENACH
  •  • 1 360 mots

Dans le chapitre « La contestation des années trente »  : […] La vie d'Emmanuel Mounier commence par des ruptures. Renonçant à la médecine pour la philosophie, il suit à Grenoble, sa ville natale, les cours du bergsonien Jacques Chevalier, puis vient à Paris où, en 1928, il est reçu à l'agrégation. Influencé par Jacques Maritain et par Nicolas Berdiaeff, il est bientôt « saisi » par la pensée de Charles Péguy auquel il consacre son premier essai ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-mounier/#i_1268

ORDRE & DÉSORDRE DANS LA SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU
  •  • 3 828 mots

Dans le chapitre « Le désordre, sauvegarde des valeurs humaines »  : […] L'antagonisme entre l'ordre et le désordre est inhérent à toute société. S'il dépasse le niveau du tolérable, la révolution intervient comme un mécanisme régulateur qui, par l'intronisation d'un pouvoir politique neuf, assujettit le groupe à une nouvelle image de l'ordre. Toute révolution se fait toujours contre une histoire dont elle s'efforce de détourner le cours. Mais tout autant que celui qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-et-desordre-dans-la-societe/#i_1268

PARETO VILFREDO (1848-1923)

  • Écrit par 
  • Giovanni BUSINO
  •  • 3 059 mots

Dans le chapitre « Actions logiques et actions non logiques »  : […] Alors que Pareto a atteint le sommet de sa carrière, une douloureuse contrariété familiale (sa femme l'abandonne) bouleverse sa tranquillité de savant à la vie très réglée et routinière. Il s'efforce de sortir de son abattement en lisant et méditant ses poètes préférés : Vigny et Musset. Désormais, son scepticisme se fondera sur le dogmatisme des sentiments, et la raison, déchue, ne sera plus que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vilfredo-pareto/#i_1268

PAYSANNE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 528 mots

C'est une des thèses fondamentales de Marx que le prolétariat industriel constitue la seule classe révolutionnaire à l'ère du capitalisme. Convaincu que les paysans pauvres se rallieront à la cause de la révolution quand le prolétariat apparaîtra comme une force dirigeante, capable de détruire toute forme d'exploitation, il ne l'est pas moins de leur manque de cohésion et de leur impuissance, en c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-paysanne/#i_1268

POLITIQUE - La philosophie politique

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 10 294 mots

Dans le chapitre « État historique et État rationnel »  : […] Ainsi, l'État ne doit pas se mêler de la religion de l'individu aussi longtemps que ses croyances ne troublent pas l'ordre social et politique, en quel cas il peut et doit intervenir, mais non en prenant parti pour l'une ou l'autre des confessions (Spinoza, Bayle) ; les règlements financiers ne doivent pas être conçus au profit d'une cour, d'une noblesse, d'une Église, que l'on peut tout au plus l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-la-philosophie-politique/#i_1268

PROPHÉTISME

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 4 063 mots

Dans le chapitre « Le prophétisme missionnaire »  : […] Sous sa forme missionnaire, le prophétisme s'attache au prédire, en ce sens qu'il annonce ou prétend dévoiler l'avenir. Il prend alors souvent, mais non toujours, un aspect politico-religieux, dans la mesure où la parole essaie de peser sur les événements sociaux. Il est davantage le fait de l'inspiré qui indique la voie à suivre à partir du but qu'il propose que de l'élu qui se borne à expliquer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prophetisme/#i_1268

RÉFORMISME

  • Écrit par 
  • Jacques JULLIARD
  •  • 3 003 mots

Dans le chapitre « Dialectique réforme-révolution »  : […] Réforme, révolution : alors que le premier mot, qui évoque d'abord l'aventure spirituelle de Luther, dérive du vocabulaire religieux vers le vocabulaire politique, le second, qui est d'abord politique, finit souvent par désigner une forme particulière de religiosité temporelle. La logique politique est toujours, peu ou prou, une logique passionnelle qui tend à aligner la nature de son diagnostic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reformisme/#i_1268

RÉVOLTE

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET
  •  • 2 024 mots

Dans le chapitre « Les dévalorisations de la révolte »  : […] Il convient d'abord de se libérer d'une hypothèque : celle de la « belle » opposition révolte-révolution, qui, malgré ses aspects « renversants », nourrit tranquillement l'idéalisme politique. Si l'on use du vocabulaire même de ceux qui s'alimentent à cette pseudo-contradiction notionnelle, l'antagonisme pourrait être situé à trois niveaux : celui de l'intensité : la révolte est petite, dispersée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolte/#i_1268

SAINT-SIMON CLAUDE HENRI DE ROUVROY comte de (1760-1825) ET SAINT-SIMONISME

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAL, 
  • Ernest LABROUSSE
  •  • 6 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le social prime le politique »  : […] La forme de gouvernement, sans être indifférente, n'est qu'un problème secondaire. Une fois de plus, le fond compte plus que la forme. Et le fond est bien une sorte de présocialisme. Saint-Simon regarde vers les plus pauvres, vers les « prolétaires » des villes et des champs. « Le but direct » de sa grande entreprise est de transformer le « sort de la classe qui n'a point d'autres moyens d'existen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-simon-et-saint-simonisme/#i_1268

SATANISME, littérature

  • Écrit par 
  • Max MILNER
  •  • 3 574 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le satanisme prométhéen »  : […] C'est encore à Byron qu'il faut remonter pour trouver la première image d'un Satan ami des hommes. Dans son Caïn (1821), toute l'argumentation de Lucifer tend à démontrer que la création est un acte égoïste de Dieu, qui a, pour son plaisir, attaché « une haute pensée » à une « masse servile de matière », afin de régner solitaire sur un univers plongé dans la souffrance. La c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satanisme-litterature/#i_1268

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « Sociétés primitives et sociétés historiques »  : […] La comparaison entre des sociétés historiques et ces sociétés radicalement autres qu'on appelle sauvages éclaire singulièrement le débat précédent. L'œuvre de Pierre Clastres, en dépit de la nostalgie du « bon sauvage » qui s'y fait jour parfois, peut en être l'instrument. Elle pose en effet que le phénomène société est d'abord phénomène politique : « Le pouvoir est universel [...], il est immane […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_1268

SOCIOLOGIE WEBERIENNE

  • Écrit par 
  • Isabelle KALINOWSKI
  •  • 2 389 mots

Dans le chapitre « Croyance et incorporation »  : […] L'idée que la monopolisation des privilèges sociaux par une minorité puisse déboucher sur une dialectique révolutionnaire inspirait à Weber un complet scepticisme : « Ce qui appelle manifestement une explication », écrivait-il dans Hindouisme et bouddhisme , ce n'est pas le fait que des groupes « négativement privilégiés » se révoltent, mais « plutôt le fait que de telles r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-weberienne/#i_1268

SURRÉALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ, 
  • Pierre DUBRUNQUEZ
  •  • 11 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge de raison (1925-1939) »  : […] Marqués par la crise des grands systèmes de représentation du monde, les surréalistes étaient en quête de nouveaux fondements. Comme leurs contemporains marxistes, comme déjà les romantiques du siècle précédent, ils recherchaient les lois sur lesquelles asseoir une nouvelle approche de l'homme. Ils ne pouvaient par conséquent se contenter d'entériner les recherches de leur temps sans les réévaluer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-histoire/#i_1268

SYSTÉMISME

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Systémisme et fonctionnalisme »  : […] Dans les années 1960 et au début des années 1970, la cybernétique et le systémisme croisent le chemin du fonctionnalisme sociologique. Talcott Parsons ( The System of Modern Societies , 1971) s'instruit par exemple des travaux de N. Wiener pour différencier les systèmes (culturel, social, personnalité, comportement) selon leur richesse respective en information et en énerg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemisme/#i_1268

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 238 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Terrorisme et idéologie »  : […] Le xix e siècle, pour ne parler que de l'époque moderne, a été marqué dans sa première partie par l'affrontement de la France et de l'Angleterre – conséquence d'anciennes rivalités. Nous comprenons ainsi le soutien donné par Hoche, en 1796, aux patriotes irlandais. La seconde moitié du xix e  siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/terrorisme/#i_1268

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les philosophies de la vie »  : […] Les philosophies de la vie font, elles aussi, place à la violence. Elles la considèrent comme indissociable des actions par lesquelles le vivant s'affirme dans son milieu, contre les agressions qui en viennent ou face à la rivalité des compétiteurs. La violence est ainsi au principe de l'évolution, conçue comme lutte pour la vie et sélection des mieux armés. Au xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_1268

Voir aussi

Pour citer l’article

François CHÂTELET, « RÉVOLUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution/