Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉVOLUTION

L'élaboration théorique

Une pensée pauvre

Si l'on en croit les légitimations théoriques (ou les déclarations politiques) qui préparèrent, annoncèrent ou justifièrent l'action révolutionnaire, c'est au sein de ce triangle malheur-rupture-menace que s'est construite l'idée de révolution (de Platon à Mao Zedong, en passant par Rousseau, Robespierre, Marx et Trotski). En vérité, la pensée de la révolution est théoriquement pauvre ; elle n'a de résonance réelle que spéculative – en ce cas, le réel n'est que la projection de l'imaginaire ; il en est ainsi de ce que Marx et Engels ont appelé le « socialisme utopique » – ou circonstancielle. En cette éventualité, n'importe quelle transposition idéologique est correcte pourvu qu'elle soit provisoirement efficace. On comprend la rage méticuleuse et insistante que manifeste Fourier face aux doctrinaires de la Révolution française, de quelque bord qu'ils se réclament ! Fourier n'accepte point que soit donné nécessairement un malheur initial qu'il y aurait d'abord à conjurer ; il ne conçoit l'opération de rupture que comme transformation radicale de l'analyse politique. Il faut en venir enfin à l'essentiel, c'est-à-dire à l'organisation réaliste de la dispersion des passions humaines, dans la géographie du corps social comme dans l'histoire individuelle. La fin de cette organisation est de faire apparaître la possibilité de communautés enfin libres. L'Harmonie (dont le Nouveau Monde amoureux est probablement l'expression la plus achevée) est l'ordre méticuleux et cependant constamment ouvert qui combine le plein épanouissement des passions individuelles et le fait (pourquoi pas joyeux ?) de la vie sociale.

La prodigieuse rêverie de Fourier – qui pose, positivement, la configuration du « bonheur dans la dispersion », comme Sade la posait négativement – a cet étrange mérite de rompre complètement avec le platonisme-christianisme qui inspire, directement ou à rebours, les philosophies de l'histoire progressistes ou révolutionnaires. À cet égard, elle nous est encore pratiquement incompréhensible, sinon par bribes. Toutefois, elle a en commun avec la conception que le socialisme scientifique de Marx et Engels a donnée de la révolution ceci, qui nous la rend plus intelligible : la perspective révolutionnaire authentique – c'est-à-dire efficace – suppose un déplacement foncier. La conscience politique, celle qui lance les masses courageuses à l'assaut des citadelles de l'injustice et de la répression, est un produit ; elle seule est réellement agissante ; mais pour qu'elle soit triomphante, il importe qu'elle connaisse de quoi elle est effet.

Marx et Engels

Les premiers, Marx et Engels tirent les conclusions de deux « révolutions » effectives : l'industrielle, qui a commencé en Angleterre dès le milieu du xviiie siècle et qui a révélé l'importance historique du développement des forces productives ; la politique, qui est à la fois épanouie et étouffée, en France, de Robespierre à Napoléon Bonaparte. Ils définissent alors le concept de révolution. Celle-ci, objectivement analysée, s'inscrit dans l'ordre économique : elle n'intervient, elle n'est actuelle, que lorsque l'ordre des forces productives – l'évolution normale des productions technico-sociales – entre en contradiction avec l'ordre des rapports de production – l'organisation de la propriété –, c'est-à-dire la relation historique existant entre ceux qui détiennent, d'une manière ou d'une autre, les moyens de production sociaux et ceux qui, pour survivre, doivent aliéner leur force de travail.

Ainsi, la « cause » de la révolution est toujours de nature économique. Le devenir des sociétés en témoigne.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de philosophie à l'université de Paris-VIII-Saint-Denis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Engels

Engels

Autres références

  • BALL JOHN (mort en 1381)

    • Écrit par Roland MARX
    • 296 mots

    La plupart des chroniques, dont celle de Froissart, présentent John Ball comme l'un des grands responsables du soulèvement des paysans et des artisans en Angleterre en 1381. Peut-être, disciple de John Wyclif, aurait-il été l'un des pauvres prêtres vagabonds répandant la parole du maître, mais en...

  • BAUER OTTO (1881-1938)

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 656 mots

    Tenu pour un des plus éminents représentants de l'austro-marxisme, Otto Bauer s'inscrit dans la lignée antidogmatique de la pensée marxiste en s'efforçant de créer une troisième voie entre le bolchevisme et la social-démocratie.

    Né à Vienne d'une famille originaire de...

  • BELLEGARIGUE ANSELME (XIXe s.)

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 606 mots

    N'étant le plus souvent connu que par le titre de son éphémère journal, L'Anarchie, journal de l'ordre, Bellegarigue mériterait que l'on s'attachât davantage à sa singulière personnalité. Sa conception éclaire en effet la frontière, à laquelle il se situe, entre la pratique libertaire...

  • CONFLITS SOCIAUX

    • Écrit par Alain TOURAINE
    • 15 439 mots
    • 8 médias
    Le conflit le plus total, qu'on nomme une révolution, n'est nullement un cas extrême, exacerbé, de conflit de pouvoir. Il est la conjoncture d'un conflit et d'une crise. La classe ouvrière anglaise au xixe siècle a été massivement engagée dans des luttes de classes, mais celles-ci n'ont...
  • Afficher les 30 références

Voir aussi