RÉVOLUTION MILITAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1956, l'historien britannique Michael Roberts analyse les effets induits par l'adoption de l'artillerie de campagne dans les armées européennes au début du xviie siècle. Deux hommes sont alors à l'origine de ce qu'il définit comme une « révolution militaire » : Maurice de Nassau dans les Provinces-Unies et le roi de Suède Gustave II Adolphe. L'artillerie de campagne (canons légers, mousqueterie) oblige les chefs de guerre à abandonner l'ordre profond pour la ligne, dont l'étirement protège les soldats contre les tirs adverses et accroît la puissance de feu grâce à la technique du feu roulant et de la contre-marche. Sur le plan tactique, cette innovation technologique exige un entraînement poussé du soldat – la fameuse discipline du feu –, une plus grande manœuvrabilité des troupes, une plus grande complexité dans l'utilisation complémentaire des armes. Mais sur le plan stratégique, l'augmentation de la taille des armées offre des possibilités d'intervention simultanée sur plusieurs champs d'opération. Pour affronter ce défi, l'État doit mettre en place une administration plus performante afin de gérer les effectifs, les armements et la logistique, et il a recours aux sujets, sommés de contribuer à l'effort de guerre par l'impôt et la conscription. Pour Michael Roberts, la révolution militaire qui se manifeste en Europe entre 1560 et 1660 est à l'origine à la fois de l'État moderne et de la prépondérance de l'Europe sur le monde. Toutefois, ce texte (The Military Revolution 1560-1660) rencontre peu d'échos, même après sa réédition en 1967 (dans Essays in Swedish History).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 2 également, la Cour pénale internationale (CPI), saisie par trente-neuf de ses membres, annonce l’ouverture « immédiate » d’une enquête sur les crimes relevant de sa compétence commis en Ukraine depuis novembre 2013, date du refus du gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne (UE), qui allait précipiter la révolution de Maïdan et la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch, suivies de l’annexion de la Crimée par la Russie et de la sécession du Donbass. […] Lire la suite

11-30 octobre 2021 Soudan. Coup d'État militaire.

Tandis que le général al-Burhan se pose en rempart contre l’insécurité et en « gardien » de la révolution soudanaise, le Premier ministre civil Abdallah Hamdok dénonce le rôle politique et économique prépondérant de l’armée, ainsi que la présence dans ses rangs d’officiers islamistes. Or, selon l’accord constitutionnel adopté en août 2019, la présidence du Conseil de souveraineté doit échoir à un civil en novembre. […] Lire la suite

4-8 juin 2020 Iran – États-Unis. Échange de prisonniers.

Le 4, Téhéran libère l’ancien militaire américain Michael White, arrêté par les Gardiens de la révolution en juillet 2018 et condamné à dix ans de prison en mars 2019 pour avoir insulté le guide suprême Ali Khamenei et diffusé des photos personnelles sur les réseaux sociaux, selon son avocat. La veille, le scientifique iranien Cyrus Asgari, relâché par Washington après avoir été acquitté d’une accusation d’espionnage en novembre 2019, avait regagné son pays. […] Lire la suite

15-26 avril 2020 Iran – États-Unis. Mise sur orbite d'un satellite militaire iranien et tensions dans le Golfe.

Le 15, les États-Unis dénoncent les manœuvres « dangereuses » de vedettes des Gardiens de la révolution à proximité de navires américains dans le golfe Persique. Le 22, les Gardiens de la révolution annoncent la mise en orbite réussie d’un premier satellite militaire baptisé « Nour », lancé par la fusée Qased de nouvelle génération. En février, le pays avait échoué à placer en orbite un satellite d’observation scientifique. […] Lire la suite

1er-28 juillet 2019 Iran. Tension dans le détroit d'Ormuz.

Les Gardiens de la révolution nient toute responsabilité. Le 14, les médias iraniens à l’étranger révèlent l’arrestation pour « espionnage », en Iran, début juin, d’une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, par le service de renseignement des Gardiens de la révolution. Le 18, Téhéran annonce la saisie par les Gardiens de la révolution, le 14, dans le détroit d’Ormuz, du pétrolier britannique sous pavillon libérien Mesdar, qui sera relâché le lendemain. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Michel SALLMANN, « RÉVOLUTION MILITAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-militaire/