RÉVOLUTION MILITAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Débats et controverses

Le livre de Geoffrey Parker a donc contribué à relancer le débat. Lui aussi a été critiqué sous trois aspects différents. En 1991, Jeremy Black (A Military Revolution ? Military Change and European Society, 1550-1800) a mis en doute l'idée selon laquelle l'essor des forces armées en Occident aurait été causé par des facteurs technologiques. Les progrès techniques décisifs n'auraient été réalisés que dans la seconde moitié du xviie siècle, sous le règne de Louis XIV. Alors que, pour Michael Roberts et Geoffrey Parker, c'est la technologie de la poudre à canon, complexe et coûteuse, qui oblige les États à devenir plus efficaces et à mobiliser des ressources financières considérables afin d'entretenir une armée permanente, pour Jeremy Black, c'est bien parce que les États se sont modernisés qu'ils sont capables de mettre sur pied des armées plus performantes. La révolution étatique est donc un préalable à la révolution militaire.

Deux autres auteurs ont apporté des arguments aux thèses de Jeremy Black. Bert S. Hall (Weapons and Warfare in Renaissance Europe. Gunpowder, Technology and Tactics, 1997) suit avec précision la mise au point, par les Européens, de la technologie de la poudre, au cours des xve et xvie siècles. L'adoption de l'artillerie est lente et, pendant longtemps, son efficacité n'est pas évidente. Le canon de siège progresse, mais les fortifications rasantes annihilent ses effets au point qu'il devient impossible de prendre d'assaut une place correctement fortifiée. Quant à l'artillerie portative, elle reste longtemps peu précise, sa puissance de pénétration limitée et son usage sur le champ de bataille dangereux à cause du temps nécessaire à son chargement. Pendant longtemps, l'arquebuse reste une arme défensive utilisée à l'abri d'une fortification. Quant à en armer la cavalerie, le projet, tenté à la fin du xvie siècle, est vite abandonné, tant les contraintes techniques le rendent aléatoire. C'est l'utilisation conjointe de la cartouche et de la baïonnette qui donne à l'artillerie portative sa vocation offensive, à la fin du xviie siècle.

De son côté, John A. Lynn, qui a étudié l'armée française au xviie siècle (Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, 1997), observe une première augmentation sensible des effectifs pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648). Mais cet effort, disproportionné compte tenu de l'armature administrative et fiscale rudimentaire de la monarchie, aboutit à une insurrection générale pendant la Fronde (1648-1652). Le véritable décollage se produit pendant les deux premiers conflits « mondiaux » que sont la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697) et la guerre de Succession d'Espagne (1702-1714). Rentrées fiscales régulières, mise sur pied d'une administration militaire efficace, élaboration de la stratégie défensive du « pré carré » conçue par Vauban, énormes efforts de construction de citadelles, équipement massif des troupes en fusils, et donc augmentation considérable de la puissance de feu, toutes ces caractéristiques de la « révolution militaire », John A. Lynn ne les retrouve donc que tardivement, dans les dernières années du xviie siècle.

Tout le monde n'est pas d'accord sur ce qu'il faut mettre sous l'étiquette de « révolution militaire ». Le terme a aussi été utilisé pour définir les transformations de l'art de la guerre chez les Grecs (viie siècle avant J.-C.) ou, mieux encore, pour la période de la fin de l'Âge du bronze (1200 avant J.-C.). Mais les historiens conviennent aujourd'hui de la réserver à l'Europe moderne. L'expression, née confidentiellement en 1956, a renouvelé une histoire militaire désuète, en l'arrimant à l'histoire sociale, à l'histoire politique et à l'histoire des techniques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mars 2022 Ukraine – Russie. Poursuite de la pression militaire russe et des soutiens occidentaux à l'Ukraine.

Le 2 également, la Cour pénale internationale (CPI), saisie par trente-neuf de ses membres, annonce l’ouverture « immédiate » d’une enquête sur les crimes relevant de sa compétence commis en Ukraine depuis novembre 2013, date du refus du gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne (UE), qui allait précipiter la révolution de Maïdan et la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch, suivies de l’annexion de la Crimée par la Russie et de la sécession du Donbass. […] Lire la suite

11-30 octobre 2021 Soudan. Coup d'État militaire.

Tandis que le général al-Burhan se pose en rempart contre l’insécurité et en « gardien » de la révolution soudanaise, le Premier ministre civil Abdallah Hamdok dénonce le rôle politique et économique prépondérant de l’armée, ainsi que la présence dans ses rangs d’officiers islamistes. Or, selon l’accord constitutionnel adopté en août 2019, la présidence du Conseil de souveraineté doit échoir à un civil en novembre. […] Lire la suite

4-8 juin 2020 Iran – États-Unis. Échange de prisonniers.

Le 4, Téhéran libère l’ancien militaire américain Michael White, arrêté par les Gardiens de la révolution en juillet 2018 et condamné à dix ans de prison en mars 2019 pour avoir insulté le guide suprême Ali Khamenei et diffusé des photos personnelles sur les réseaux sociaux, selon son avocat. La veille, le scientifique iranien Cyrus Asgari, relâché par Washington après avoir été acquitté d’une accusation d’espionnage en novembre 2019, avait regagné son pays. […] Lire la suite

15-26 avril 2020 Iran – États-Unis. Mise sur orbite d'un satellite militaire iranien et tensions dans le Golfe.

Le 15, les États-Unis dénoncent les manœuvres « dangereuses » de vedettes des Gardiens de la révolution à proximité de navires américains dans le golfe Persique. Le 22, les Gardiens de la révolution annoncent la mise en orbite réussie d’un premier satellite militaire baptisé « Nour », lancé par la fusée Qased de nouvelle génération. En février, le pays avait échoué à placer en orbite un satellite d’observation scientifique. […] Lire la suite

1er-28 juillet 2019 Iran. Tension dans le détroit d'Ormuz.

Les Gardiens de la révolution nient toute responsabilité. Le 14, les médias iraniens à l’étranger révèlent l’arrestation pour « espionnage », en Iran, début juin, d’une chercheuse franco-iranienne, Fariba Adelkhah, par le service de renseignement des Gardiens de la révolution. Le 18, Téhéran annonce la saisie par les Gardiens de la révolution, le 14, dans le détroit d’Ormuz, du pétrolier britannique sous pavillon libérien Mesdar, qui sera relâché le lendemain. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Michel SALLMANN, « RÉVOLUTION MILITAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-militaire/