RESPONSABILITÉ (droit)Responsabilité pénale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Responsable, irresponsable

C'est, en droit pénal, la volonté de commettre l'acte interdit qui constitue la faute (culpa) intentionnelle ou d'imprudence, et définit de ce fait la culpabilité. Par conséquent, on ne peut dire, en droit pénal – et à la différence du droit civil –, qu'on est responsable mais pas coupable, car il s'agit non pas de payer financièrement la réparation d'un fait matériel consistant seulement en un dommage, mais de répondre d'un acte réprimé par le droit pénal. En revanche, la question subsiste de savoir si l'infraction peut être reprochée, c'est-à-dire imputable à l'auteur.

Suppression de la responsabilité. L'infraction n'est pas imputable à l'agent lorsque certains états peuvent altérer la volonté de commettre l'acte : la minorité, la démence, la contrainte constituent ainsi des causes subjectives de non-culpabilité. Des causes objectives de non-culpabilité, faits justificatifs et circonstances extérieures à l'agent, excluent également la responsabilité : ainsi de l'ordre ou de l'autorisation de la loi, du commandement de l'autorité légitime, de la légitime défense. L'état de nécessité était, en France, une construction jurisprudentielle avant d'être consacré par le Code pénal de 1992 ; cette non-culpabilité laisse toutefois subsister la responsabilité civile de l'auteur en raison de l'acte dommageable qu'il a dû commettre pour éviter un péril (vol d'aliment), ce qui illustre bien la différence entre les deux responsabilités.

Diminution et aggravation. Le juge peut toujours, en droit français, abaisser la peine jusqu'à un minimum défini par la loi, mais le Code pénal de 1992 a supprimé la notion symbolique de circonstances atténuantes. Les circonstances aggravantes sont spéciales, c'est-à-dire obligatoirement prévues par un texte, et constituées par des faits définis par rapport aux critères de l'infraction (la nuit, l'effraction ou la réunion pour le vol), à la qualité personnelle de l'auteur (ascendant ou descendant de la victime), ou aux deux (parricide avec préméditation). La récidive entraîne, par ailleurs, une responsabilité accrue de l'ordre du double.

L'extinction. En droit anglais, la prescription n'entraîne pas l'extinction de la responsabilité de toutes les infractions, cette règle n'étant pas applicable aux indictable offences, malgré la Convention européenne des droits de l'homme (art. 6) aux termes de laquelle les poursuites doivent être entamées dans un délai raisonnablement court. En droit français, la prescription s'applique à toutes les infractions, suivant leur classification fondée sur l'élément légal (crimes : dix ans ; délits : trois ans ; contraventions : un an). Au-delà, le mal – s'il n'est imprescriptible (crime contre l'humanité) – disparaît dans la nuit pénale de l'oubli.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : avocat à la cour d'appel de Paris, ancien secrétaire de la Conférence des avocats à la cour de Paris

Classification

Autres références

«  RESPONSABILITÉ, droit  » est également traité dans :

RESPONSABILITÉ (droit) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Philippe PIERRE
  •  • 1 542 mots

Pour être familier du juriste contemporain, le terme « responsabilité » n'a pourtant que fort récemment pénétré la science du droit. Au commencement était le responsable, à propos duquel la recherche étymologique enseigne qu'il signifiait autant celui qui s'engage (du latin sponsor, « débiteur ») que celui qui garantit (responsor, « caution »), avant qu'il n […] Lire la suite

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité civile

  • Écrit par 
  • André TUNC
  • , Universalis
  •  • 5 836 mots

Couramment définie comme l'institution par laquelle une personne est tenue de réparer un dommage causé à autrui, et distinguée de la responsabilité pénale, elle-même traditionnellement conçue comme l'imposition d'un châtiment à qui a commis certaines violations des lois, la responsabilité civile se trouve actuellement dans une situation paradoxale.Dan […] Lire la suite

RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité administrative

  • Écrit par 
  • Michel LÉVY
  •  • 2 742 mots

Au principe général de la responsabilité de l'homme, tel que le pose le Code civil dès 1804, le droit public opposait un principe concurrent d'irresponsabilité de l'État sauf décision gracieuse, au motif de la sujétion née de l'intérêt général. Mais, dès la fin du xixe […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-12 octobre 2021 France. Publication du rapport Sauvé sur les abus sexuels dans l'Église catholique.

La CIASE conclut que l’Église doit « endosser une responsabilité à caractère à la fois individuel et systémique ». Elle se prononce en faveur d’un mécanisme d’indemnisation individualisée des victimes, confié à un organisme indépendant et abondé par les agresseurs et par l’Église. En outre, elle suggère une réforme de la gouvernance de l’Église et prône « une vaste remise à niveau du droit canonique en matière pénale », ainsi que « la reconnaissance de la prééminence » de la justice pénale étatique, dénonçant le fait que le principe du secret de la confession puisse interdire aux prêtres de signaler des violences sexuelles sur mineur ou majeur vulnérable. […] Lire la suite

18-31 juillet 2018 France. Éclatement de l'affaire Benalla.

Le 23, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, auditionné devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, invoque la responsabilité de la Préfecture de police et de l’Élysée, tandis que le préfet de police Michel Delpuech se défausse sur la présidence de la République. Aucune autorité publique, informée des faits révélés par la vidéo, n’a saisi le procureur de la République comme l’exige l’article 40 du Code de procédure pénale. […] Lire la suite

4-27 septembre 2013 Syrie. Adoption d'une résolution de l'O.N.U. sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien

Le 7, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, réunis à Vilnius (Lituanie) en présence du secrétaire d'État américain John Kerry, adoptent une déclaration qualifiant l'attaque chimique du mois d'août de « violation flagrante du droit international » et reconnaissant les « fortes présomptions » de la responsabilité du régime de Damas. […] Lire la suite

10 octobre 2001 France. Arrêt de la Cour de cassation sur la responsabilité pénale du chef de l'État

de la Ville de Paris et aux marchés des lycées d'Île-de-France, cette dernière enquête étant liée aux voyages payés en liquide par Jacques Chirac, les juges d'instruction ont dû se déclarer « incompétents » en raison de la découverte d'« indices » susceptibles de mettre en cause la responsabilité pénale du chef de l'État.  […] Lire la suite

18-19 janvier 2000 France. Report du Congrès sur la réforme du Conseil supérieur de la magistrature

Les autres volets de la réforme de la justice concernent : la suppression des instructions données par le garde des Sceaux dans les affaires individuelles, compensée par un strict encadrement ministériel de la politique pénale ; le renforcement des prérogatives des personnes mises en examen et des droits des victimes ; l'accroissement de la responsabilité des magistrats ; les mesures favorisant l'accès au droit et la résolution amiable des différends, déjà votées ; et les dispositions visant à améliorer l'efficacité de la procédure pénale, également adoptées. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Luc VILAR, « RESPONSABILITÉ (droit) - Responsabilité pénale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/responsabilite-droit-responsabilite-penale/