RESPIRATOIRE (APPAREIL)Pharmacologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les expectorants et les mucolytiques

La médication expectorante vise à faciliter l'expectoration, essentiellement en fluidifiant le liquide trachéobronchique sécrété par les cellules acineuses muqueuses et les cellules caliciformes à mucus ouvertes. Les fluidifiants agissent selon deux mécanismes : stimulation des glandes bronchiques séreuses, diminution de la viscosité du mucus bronchique.

Stimulation des glandes bronchiques

L'innervation des cellules acineuses muqueuses par les fibres parasympathiques explique l'augmentation de la sécrétion, provoquée par les parasympathomimétiques, et l'assèchement des bronches par l'absorption d'atropine.

La sécrétion du liquide trachéobronchique est déclenchée par voie réflexe. Les récepteurs sont gastro-intestinaux ; le centre (voisin, sinon identique, du centre du vomissement) est bulbaire. On comprend ainsi l'activité des émétisants périphériques tels que l'ipécacuanha et les expectorants salins (acétate d'ammonium, benzoate et citrate de sodium, iodures alcalins, tartrate antimonio-potassique ou émétique). Le Bisolvon est un expectorant synthétique qui accroît la production de liquide trachéobronchique et fluidifie celui-ci.

D'autres expectorants excitent la sécrétion des cellules caliciformes. Ce sont, entre autres, la terpine, le polygala, la scille.

Diminution de la viscosité du mucus bronchique

La diminution de la viscosité du mucus bronchique est l'œuvre des mucolytiques (acétylcystéine, Bisolvon, α-chymotrypsine) qui scindent les chaînes polypeptidiques.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur ès sciences, professeur à la faculté de médecine Broussais-Hôtel-Dieu

Classification

Autres références

«  RESPIRATOIRE APPAREIL  » est également traité dans :

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

L'appareil respiratoire permet les échanges gazeux entre les liquides circulants et le milieu environnant en assurant l'absorption d'oxygène et le rejet du gaz carbonique. La nature du milieu ambiant conditionne la structure de l'appareil. Il s'agit de branchies chez les Vertébr […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 564 mots
  •  • 3 médias

Les deux poumons, droit et gauche, symétriquement disposés dans le thorax, sont enveloppés par la plèvre, sauf au niveau de leur face médiale, ou médiastinale, où ils sont creusés d'une fossette, le hile. Celui-ci est traversé par de gros conduits qui mettent le poumon en relation avec le reste de l'organisme. Ils constituent, d'une part, un système supérieur […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Physiologie

  • Écrit par 
  • Roland LEFRANÇOIS
  • , Universalis
  •  • 7 265 mots
  •  • 3 médias

La physiologie de la respiration est l'étude des mécanismes, nombreux et complexes, qui permettent de transporter du milieu ambiant jusqu'aux cellules une quantité adéquate d'oxygène et de rejeter dans l'atmosphère le dioxyde de carbone produit par le […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

La connaissance préalable des fonctions et des mécanismes qui sont à l'œuvre dans un organisme est indispensable à la compréhension des symptômes et des conséquences des maladies. Claude Bernard a en effet montré que, pour la médecine, la science clé était la physiologie, qui, seule, découvrait les mécanismes fonctionnels à l'état normal et à l'état pathologique, fournissant ainsi les moyens de co […] Lire la suite

ACIDO-BASIQUE ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 2 972 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La régulation de l'équilibre »  : […] La régulation de l'équilibre s'effectue dans l'immédiat par l'intervention des systèmes tampons, à court terme par le poumon, à long terme par le rein. Le poumon , en excrétant par les voies respiratoires du gaz carbonique, modifie la pCO 2 du sang artériel. Or, la régulation de la ventilation pulmonaire dépend de deux stimuli : la pCO 2 artérielle et le pH du sang artériel. Par mécanisme réflexe […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Appareil respiratoire »  : […] Chez les Amphibiens adultes, il est de type pulmonaire. Mais la présence d'une paire de poumons chez ces animaux a une importance qui est plutôt d'ordre anatomique et phylogénétique que d'ordre fonctionnel. En effet, les larves possèdent toutes une respiration branchiale et certains Urodèles conservent des branchies toute la vie. De plus, chez l'adulte, la peau et la muqueuse bucco-pharyngée ont […] Lire la suite

ANOURES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 591 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Phonation . Le coassement du mâle , en période sexuelle, consiste en une expiration forcée. L'air passe dans la bouche (les narines sont fermées) puis dans les sacs vocaux, sortes de diverticules pairs ou impairs de la paroi buccale, qui jouent le rôle de résonateurs. Leur position varie avec les genres. Certains, tel le crapaud commun ( Bufo bufo ), en sont dépourvus. Respiration . Les échanges r […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 667 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 664 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif et respiratoire »  : […] La cavité buccale, dont le fond est garni par une bandelette sinueuse formée de cellules à forte ciliature, comporte à son plafond une dépression dont la signification est obscure, la fossette de Hatschek. Elle se prolonge par un large pharynx qui assure le transport des aliments et la fonction respiratoire. Les parois latérales du pharynx sont percées de perforations étroites et nombreuses (180 p […] Lire la suite

CÉTACÉS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Vincent RIDOUX
  •  • 3 281 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif, respiratoire, circulatoire »  : […] L'orifice de l'œsophage est traversé par le larynx (fig. 1) de telle sorte que la nourriture passe, au moment de la déglutition, de part et d'autre de celui-ci. Les glandes salivaires sont absentes. L'estomac comporte trois poches successives, et, chez certains autres odontocètes, il peut être constitué de quatorze poches. L'intestin atteint quinze fois la longueur du corps . Les dauphins, comme […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri SCHMITT, « RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pharmacologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pharmacologie/