REQUIEM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la liturgie romaine, le propre des différentes messes porte le nom des premiers mots de l'introït : la messe des funérailles s'appelle ainsi proprement « messe Requiem ». C'est à l'importance prise par cette cérémonie, en particulier pour des raisons de protocole royal ou princier, autant qu'à l'attirance du thème, à la richesse, à la beauté et à la variété des textes liturgiques, que la messe des funérailles doit d'avoir été fréquemment mise en musique.

Le propre de cette messe se compose des textes suivants :

1o Introït : Requiem aeternam dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis (« Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et que l'éternelle lumière rayonne sur eux ») ;

2o Kyrie ;

3o Graduel (semblable à l'introït) et trait : Absolve, Domine ;

4o Séquence : c'est un long poème, ajouté tardivement (xiiie siècle, attribué à saint Bonaventure, mais dont l'auteur probable est un frère mineur disciple et ami de saint François d'Assise). Ce texte, composé de douze strophes de trois vers, tranche par son inspiration dramatique et pathétique sur l'ensemble des autres textes, orientés vers la supplication et l'espérance. (Il a souvent été composé isolément par les musiciens.) En voici quelques vers :

Dies irae, dies illa Solvet saeclum in favilla Teste David cum Sibylla. Quantus tremor est futurus Quando Judex est venturus Cuncta stricte discussurus. Tuba mirum spargens sonum... Mors stupebit, et natura Cum resurget creatura Judicanti responsura... Jour de colère, jour fameux Qui réduira le monde en cendres Témoins David et la Sibylle. Quelle terreur Quand le Juge viendra Tout examiner avec sévérité. La trompette retentira, saisissante... La mort s'étonnera et la nature Quand resurgira la créature Pour rendre compte à son Juge.

5o Offertoire : Domine Jesu Christe... ;

6o Sanctus ;

7o Agnus Dei, où les mots miserere nobis et dona nobis pacem sont remplacés par : dona eis requiem ;

8o Communion : Lux aeterna luceat eis, Domine ;

9o Absoute, qui comprend deux versets : Libera me, Domine, a morte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification


Autres références

«  REQUIEM  » est également traité dans :

CHERUBINI LUIGI (1760-1842)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 591 mots
  •  • 1 média

Le compositeur qui, le 10 août 1841, à l'âge de quatre-vingt-un ans, écrit un canon mélancolique sur le long énoncé de son nom — Luigi Carlo Salvatore Zanobi Maria Cherubini — reste surtout présent dans les mémoires pour ses violents démêlés, en tant que directeur du Conservatoire de Paris, avec Berlioz : leur différence d'âge est, il est vrai, de près d'un demi-siècle. Né à Florence, Cherubini a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-cherubini/#i_41018

DU CAURROY EUSTACHE (1549-1609)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 491 mots

Musicien français né à Beauvais, Du Caurroy est surtout célèbre pour ses œuvres religieuses, qui connurent un durable succès jusque vers 1650 ; il est l'un des principaux précurseurs de la musique sacrée du xvii e siècle, qui a conduit, à travers N. Formé, à Delalande. Il fut d'abord haute-contre à la chapelle royale ; il obtint un prix en 1575 a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eustache-du-caurroy/#i_41018

DURUFLÉ MAURICE (1902-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 880 mots

Dernier survivant de la grande école de l'orgue symphonique française, Maurice Duruflé voit le jour à Louviers le 11 janvier 1902. À la maîtrise de la cathédrale de Rouen, il est l'élève de Jules Haelling (1912-1918), avant de se fixer à Paris, en 1919. Il travaille l'orgue avec Alexandre Guilmant et, I'année suivante, il entre au Conservatoire, où il suit les cours d'Eugène Gigout (orgue), Jean G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-durufle/#i_41018

GILLES JEAN (1669-1705)

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 368 mots

Né à Tarascon, Gilles est d'abord enfant de chœur à la cathédrale d'Aix-en-Provence dont la maîtrise est dirigée par Guillaume Poitevin ; il lui succède en 1693. En 1695, il quitte Aix pour Agde, où il remplit les fonctions de maître de chapelle à la cathédrale. En 1697, grâce à l'appui de Monseigneur de Bertier, évêque de Rieux, il est nommé maître de chapelle à la cathédrale Saint-Étienne de Tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-gilles/#i_41018

MOZART WOLFGANG AMADEUS

  • Écrit par 
  • Jean-Victor HOCQUARD
  •  • 4 605 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La musique mozartienne »  : […] Mozart n'a créé aucun langage. Sa vie durant, il ne laissa pas d'être à l'affût de tous les idiomes dont il pouvait prendre connaissance, et, quand il les adoptait, loin d'en rester au formalisme des procédés, il les recréait de l'intérieur. Mozart n'a été le maître d'aucun langage : il a été maître de tous ses langages, jusqu'à les parler comme autant de langues maternelles, et c'est là la vraie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolfgang-amadeus-mozart/#i_41018

Requiem en ut majeur, GOUNOD (Charles)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 518 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] C'est en Italie, alors qu'il vient d'obtenir le grand prix de Rome à l'âge de vingt et un ans, que Gounod écrit sa première messe et un requiem a cappella qu'il orchestrera par la suite. Maître de chapelle de la paroisse des Missions étrangères, à Paris, il se prépare à la prêtrise, et signe ses partitions «abbé Gounod». Mais, au bout de cinq ans, il opère un revirement et écrit son premier opéra, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/requiem-en-ut-majeur-gounod-charles/#i_41018

VERDI GIUSEPPE

  • Écrit par 
  • Gilles de VAN
  •  • 2 658 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La force du destin »  : […] Ce qui assure l'unité d'une œuvre si variée, c'est une certaine constance des thèmes dramatiques : le héros verdien est presque toujours un homme qui s'affirme dans une forte passion, légitime le plus souvent (amour, héroïsme) ; à la suite d'une cascade de circonstances, cette passion, alors même qu'elle va se réaliser, entraîne la destruction du héros, et cette destruction engendre la souffrance, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-verdi/#i_41018

WEILL KURT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 338 mots

2 mars 1900 Kurt Julian Weill naît à Dessau, en Allemagne ; il est le troisième des quatre enfants d'Emma Ackermann et d'Albert Weill, cantor à la synagogue locale. 1915-1918 Kurt Weill prend des leçons privées de piano, d'harmonie, de composition et d'orchestration auprès d'Albert Bing, Kapellmeister du Hoftheater de sa ville natale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/weill-reperes-chronologiques/#i_41018

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « REQUIEM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/requiem/