GIRARD RENÉ (1923-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du mimétisme à la violence

Le deuxième ouvrage, La Violence et le sacré, suit le premier de onze ans (si l'on excepte un ouvrage sur Dostoïevski paru en 1963). Cette fois, l'analyse du désir mimétique ne se cantonne ni au roman, ni au plan des relations entre les individus. Elle s'appuie désormais sur la tragédie grecque, et vise à reconstituer l'histoire des sociétés et des cultures, alors que le premier mouvement de la théorie de René Girard visait le présent et éventuellement l'avenir des sociétés modernes : un chapitre de Mensonge romantique et vérité romanesque, inspiré de Proust, décrivait les relations internationales, y compris les guerres les plus féroces, sous l'angle du snobisme et donc de l'individualisme ; et affirmait qu'« il y a totalitarisme lorsqu'on parvient, de désir en désir, à la mobilisation générale et permanente de l'être au service du néant ».

Le « mécanisme » découvert et exposé dans La Violence et le sacré est celui de l'élection d'une victime qui se voit divinisée après avoir été sacrifiée. Girard part de textes littéraires ou ethnographiques, ou de la relecture d'essais de Freud, en particulier Totem et Tabou, qu'il réhabilite en partie, dans un développement brillant, patient, empreint finalement d'une grande sympathie à l'égard du génie du fondateur de la psychanalyse. Girard « révèle » une scène archaïque et fondatrice dont il ne peut exister de compte-rendu direct, mais dont il affirme qu'elle explique de façon rationnelle et complète l'ensemble des rituels, en particulier le sacrifice, mais aussi l'universalité d'objets comme les masques, ou de croyances hallucinatoires aux « doubles », aux monstres. Cette scène que les sociétés rééditent dans des rituels met aux prises l'ensemble des membres d'un groupe qui, plongés dans une crise née de l'affolement du désir mimétique (lorsque, comme chez Hobbes, tous sont en lutte contre tous), risquent de détruire leur communauté même. Le meurtre d'une victime de rencontre par la communauté dès lors rassemblée [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  GIRARD RENÉ (1923-2015)  » est également traité dans :

AGLIETTA MICHEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance . Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry, il intègre l’École polytechnique en 1959, puis en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-aglietta/#i_88951

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence et sacrifice »  : […] Le meurtre, quant à l'interdit, comporte un statut tout différent : loin d'être l'objet d'une interdiction pure et simple, il est bien plus souvent, comme le remarque Freud, l'objet d'impératifs collectifs. On pourrait donc se demander si la violence, depuis le sacrifice jusqu'à la guerre, n'est pas ce que la société se réserve, et ce sur quoi ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interdit/#i_88951

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 809 mots

Dans le chapitre « Débats contemporains »  : […] Le débat sur la justification n'est plus au premier plan de la réflexion théologique comme il l'a été durant tant de siècles. L'absence du mot justification dans les tables analytiques du second concile du Vatican est déjà un indice. Deux raisons à cela : d'une part l'homme sécularisé et les croyants eux-mêmes sont moins sensibles au jugement final […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_88951

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et rapport à autrui »  : […] Une approche philosophique très différente consiste à envisager la violence du point de vue du rapport à autrui et de l'intersubjectivité. Hegel dans la Phénoménologie de l'esprit (B-IV-A) a ouvert la voie à ces analyses avec sa dialectique du maître et de l'esclave. Dans la mesure où toute conscience dans son désir tend à réifier autrui, la viole […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_88951

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre PACHET, « GIRARD RENÉ - (1923-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-girard/