GIRARD RENÉ (1923-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les développements de l'hypothèse

Girard a beaucoup écrit. Il s'est mesuré aux objections, les a suscitées, a cherché de nouveaux champs d'exercice de sa théorie et de vérification de ses thèses, de l'ethnologie à Shakespeare (l'un de ses grands inspirateurs, avec Dostoïevski), de la question de l'hominisation ou de la domestication des animaux (qu'il éclaire en supposant que les animaux ont été originellement rapprochés des hommes pour les préparer à être sacrifiés) à celle de l'origine du langage, ou en cherchant le débat avec d'autres grands interprètes, comme Lévi-Strauss ou Clausewitz. Dans un livre débridé et riche, il fait de ce dernier une lecture très complète, lui emprunte l'idée de « montée aux extrêmes », réexamine à sa lumière les rapports franco-allemands et la diffusion mondiale de la violence, et, avoue-t-il lui-même, « encercle sa pensée dans une perspective apocalyptique ». Chacun de ses ouvrages relance le débat tout en répétant l'intuition centrale de la violence unanime. D'où des livres d'entretiens, parfois d'une extrême clarté et d'une grande ouverture d'esprit. Girard n'a sans doute pas créé un champ scientifique, comme Darwin (et à certains égards Freud). Proche des écrivains qui l'inspirent, il l'est aussi d'essayistes comme Caillois, Bataille, Canetti. Mais son hypothèse, élaborée et exposée avec verve (avec drôlerie souvent), passion et courage, aborde de grandes questions de notre temps. Quiconque veut reprendre la question du sacré, du devenir de la religion, de la libération à l'égard de la violence, de la diversité même des formes culturelles, doit rencontrer cette œuvre, se confronter à son ambition et à sa passion argumentative.

René Girard meurt le 4 novembre 2015, à Stanford (États-Unis).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  GIRARD RENÉ (1923-2015)  » est également traité dans :

AGLIETTA MICHEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Yamina TADJEDDINE
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

Penseur du capitalisme et de la monnaie, Michel Aglietta est un chercheur, un pédagogue et un expert reconnu des économistes, des historiens et des anthropologues, mais aussi des politiciens et des syndicalistes de toute tendance . Né dans une famille modeste d’immigrés italiens en 1938 à Chambéry, il intègre l’École polytechnique en 1959, puis entre à l’Institut national de la statistique et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-aglietta/#i_88951

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence et sacrifice »  : […] Le meurtre, quant à l'interdit, comporte un statut tout différent : loin d'être l'objet d'une interdiction pure et simple, il est bien plus souvent, comme le remarque Freud, l'objet d'impératifs collectifs. On pourrait donc se demander si la violence, depuis le sacrifice jusqu'à la guerre, n'est pas ce que la société se réserve, et ce sur quoi elle fonde son organisation. Ce qui est interdit, c'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interdit/#i_88951

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 809 mots

Dans le chapitre « Débats contemporains »  : […] Le débat sur la justification n'est plus au premier plan de la réflexion théologique comme il l'a été durant tant de siècles. L'absence du mot justification dans les tables analytiques du second concile du Vatican est déjà un indice. Deux raisons à cela : d'une part l'homme sécularisé et les croyants eux-mêmes sont moins sensibles au jugement final de l'homme envers son prochain et envers le monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_88951

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Violence et rapport à autrui »  : […] Une approche philosophique très différente consiste à envisager la violence du point de vue du rapport à autrui et de l'intersubjectivité. Hegel dans la Phénoménologie de l'esprit (B-IV-A) a ouvert la voie à ces analyses avec sa dialectique du maître et de l'esclave. Dans la mesure où toute conscience dans son désir tend à réifier autrui, la violence est inévitable. Il ne pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_88951

Pour citer l’article

Pierre PACHET, « GIRARD RENÉ - (1923-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-girard/