Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TEBALDI RENATA (1922-2004)

Les foules n'ont pas le cœur assez vaste pour accueillir ensemble deux étoiles de première grandeur. L'impérieuse présence théâtrale et le prodigieux sens dramatique de Maria Callas finiront par éclipser le charme souverain de l'une des plus belles voix de l'après-guerre, celle de Renata Tebaldi. Aussi différents que leurs tempéraments, leurs répertoires naturels – la première, colorature virtuose, excelle dans le bel canto brodé par Bellini et Donizetti, la seconde est à son avantage dans Puccini ou Catalani – appartiennent pour l'essentiel à deux univers étrangers. Cependant, impresarios, directeurs d'opéras, folliculaires et partisans irréductibles n'ont eu de cesse d'attiser par tous les moyens la rivalité des deux divas, transformant leur confrontation dans les quelques rôles qu'elles se disputaient – Violetta, Tosca, Aïda – en combat sans merci. La vie mouvementée de la Callas, amplifiée par la presse à scandale, a bientôt rejeté au second plan le génie plus discret de la Tebaldi, en qui Toscanini reconnaissait « la voix d'un ange ».

L’ingratitude milanaise

Verdi, La Traviata, Addio, del passato

Verdi, La Traviata, Addio, del passato

Renata Ersilia Clotilde Tebaldi voit le jour le 1er février 1922 à Pesaro, ville natale de Rossini, et commence l'étude du piano puis celle du chant au Conservatoire Arrigo Boito de Parme. En 1940, elle retourne à Pesaro suivre les leçons de Carmen Melis, brillante représentante de l'école vériste. Le 23 mai 1944, elle fait d'éclatants débuts à Rovigo, dans le rôle d'Elena (Mefistofele de Boito). Elle se produit à Parme puis triomphe en 1945 à Trieste dans Desdemona (Otello de Verdi). Toscanini, conquis, l'appelle pour le concert qui marque la réouverture de la Scala de Milan en 1946. Elle y chante la prière Dal tuo stellato soglio de Mosè in Egitto de Rossini et la partie de soprano du Te Deum de Verdi avec un tel succès qu'elle est engagée sur le champ pour sa première incarnation wagnérienne, Elsa (Lohengrin). Pesaro entend sa première Tosca (1947) et La Fenice de Venise sa première Violetta (La Traviata, 1948). Le Mai musical florentin l'accueille régulièrement de 1948 à 1950. Elle s'y illustre dans Pamyre (Le Siège de Corinthe de Rossini), Mathilde (Guillaume Tell de Rossini), Maddalena de Coigny (Andrea Chénier de Giordano) et le rôle-titre d'Olimpie de Spontini. La Scala consacre sa gloire de 1949 à 1954. Son répertoire s'ouvre alors à Tchaïkovski, aux héroïnes verdiennes, à Wagner – Elsa, Eva (Les Maîtres chanteurs de Nuremberg), Elisabeth (Tannhäuser), qu'elle n'interprétera jamais qu'en italien –, à Francesco Cilea (rôle-titre d’Adriana Lecouvreur), Pietro Mascagni (Santuzza de Cavalleria rusticana), Alfredo Catalani (rôle-titre de La Wally) et, surtout, à Puccini (Mimì de La Bohème, Minnie de La Fanciulla del West, Cio-Cio-San de Madama Butterfly, rôles-titres de Manon Lescaut et de Tosca). Elle prête sa voix à Sophia Loren dans le film que Clemente Fracassi consacre à Aïda en 1953. Elle s'offre à l'enthousiasme de son public au San Carlo de Naples, au São Carlos de Lisbonne, au Covent Garden de Londres, à l'Opéra de Paris, à l’Opéra de San Francisco, au Teatro Colón de Buenos Aires. Mais l'irrésistible ascension de Maria Callas met fin à son règne sur la grande scène milanaise.

Verdi, Aïda, Ritorna vincitor!

Verdi, Aïda, Ritorna vincitor!

Puccini, Madame Butterfly

Puccini, Madame Butterfly

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )