CILEA FRANCESCO (1866-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la mort de Verdi, et au côté de Puccini, quelques compositeurs de moindre envergure tentent de maintenir la tradition italienne dans le domaine de la musique lyrique. Francesco Cilea est de ceux-là, mais, à l'instar de Pietro Mascagni, de Ruggero Leoncavallo, d'Alfredo Catalani ou d'Umberto Giordano, il ne réussira pas à égaler l'auteur du Falstaff.

Francesco Cilea est né le 26 juillet 1866 à Palmi, en Calabre. Son père était avocat et espérait voir son fils poursuivre la même carrière. Les dons précoces du garçon changeront ces projets. Le bibliothécaire du Conservatoire de Naples, Francesco Florimo, un personnage influent, jette un œil sur les premières compositions du petit Francesco — âgé de neuf ans — et recommande une éducation musicale.

En 1881, Cilea est admis au Conservatoire de Naples, où il étudiera pendant huit ans : le piano avec Benjamino Cesi, le contrepoint et la composition avec Paolo Serrao. Sa situation familiale est extrêmement difficile : sa mère est victime d'une maladie mentale et son père meurt prématurément, abandonnant toute sa famille entre les mains du garçon. Le choc est profond, et l'on mettra le ton mélancolique de la musique de Cilea sur le compte de sa jeunesse brisée.

En 1889, son premier opéra, Gina, est créé, et le succès suffit pour que le célèbre éditeur Sonzogno lui propose un contrat. La première œuvre qu'il écrit dans le cadre de cette collaboration est un mélodrame échevelé, Tilda (1892), qui pousse les idées véristes jusqu'à la caricature. L'échec est évident, et Cilea doit momentanément abandonner une carrière indépendante et entrer au Conservatoire de Naples en tant que professeur de piano, puis à l'Institut musical royal de Florence pour enseigner la théorie et le contrepoint.

Son troisième opéra, L'Arlésienne, sera son premier succès artistique — sinon immédiatement public ; il s'inspire de L'Arlésienne de Daudet, dont la version de Bizet es [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CILEA FRANCESCO (1866-1950)  » est également traité dans :

OLIVERO MAGDA (1910-2014)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 662 mots

Mieux qu’une grande voix : une légende. La soprano italienne Magda Olivero a su, au cours d’une carrière d’une remarquable longévité, préserver une exceptionnelle maîtrise du souffle, la saveur de son timbre, une dynamique sans faille sur toute l’étendue de son registre et une autorité théâtrale affirmée. Sage et rigoureuse dans le choix de ses rô […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magda-olivero/#i_95917

Pour citer l’article

Piotr KAMINSKI, « CILEA FRANCESCO - (1866-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-cilea/