RÉGRESSION, psychologie et psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En psychologie expérimentale, le terme de régression désigne le processus par lequel, dans certaines circonstances (situations conflictuelles ou anxiogènes, hypnose), le comportement qui est habituel dans une situation donnée fait place à un comportement qui est caractéristique d'un stade de développement antérieur ou correspondant à un répertoire d'activités acquises dans le passé de l'individu, mais remplacées progressivement par des activités plus adaptées.

La notion de régression est liée à l'idée d'une hiérarchie des instances contrôlant les différents niveaux d'activité : elle correspond alors au processus par lequel le contrôle de l'activité est transféré d'une instance supérieure à une instance inférieure.

Le terme de régression a été utilisé par Freud, notamment à propos du rêve, pour expliquer trois processus différents : retour des désirs infantiles (régression temporelle) ; mode de pensée rompant avec les cadres logiques de la pensée de veille (régression formelle) ; passage de la pensée à l'évocation imaginaire, quasi hallucinatoire (régression topique).

Dans la pratique, on se réfère surtout aux deux premières acceptions du terme. La régression temporelle définit toutes les formes que peut revêtir le retour, chez l'adulte, de sentiments et d'attitudes infantiles. Il existe une régression temporelle normale (jeux, laisser-aller, soumission au chagrin ou à la maladie) et une régression temporelle pathologique (retour au stade anal dans la névrose obsessionnelle, régression narcissique dans l'auto-érotisme). La régression temporelle est un des éléments déterminants du processus analytique. La régression formelle définit un mode de pensée qui ne s'embarrasse pas des cadres logiques, mais laisse les idées, les images se succéder au gré des associations (ressemblances, coïncidence dans le temps, rapport affectif). Le monde de la rêverie, voire du rêve, prend le pas sur les cadres sociaux ; les effets des désirs et des craintes sur ceux de la réalité. Il existe une régression formelle normale (rêverie, pensée non dirigée, création artistique) et pathologique (psychoses, états toxiques). La régression formelle rapproche la pensée consciente des représentations issues de l'inconscient. Elle est une condition indispensable pour que s'établisse un processus analytique au cours de la cure. Le transfert qui s'établit au cours d'une psychanalyse est en grande partie la conséquence d'une double régression, temporelle et formelle.

—  Jean-François RICHARD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÉGRESSION, psychologie et psychanalyse  » est également traité dans :

DEUIL

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 334 mots
  •  • 1 média

Dans le langage courant, le mot « deuil » renvoie à deux significations. Est appelé deuil l'état affectif douloureux provoqué par la mort d'un être aimé . Mais deuil signifie tout autant la période de douleurs et de chagrins qui suit cette disparition. Le deuil est donc constitutif d'une perte d'objet, au sens psychanalytique d'objet d'amour. Freud s'est intéressé dans son ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuil/#i_8631

FERENCZI SANDOR (1873-1933)

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Le plus connu des psychanalystes d'origine hongroise, Sandor Ferenczi eut pour élèves Gezà Roheim, le premier ethnologue psychanalyste, et Melanie Klein, la grande théoricienne de la psychanalyse des enfants : ils constituèrent ce « foyer de l'école hongroise aux brandons maintenant dispersés » dont parle Jacques Lacan. Né en Hongrie, à Miskolc, Ferenczi fit ses études à Vienne et, installé comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandor-ferenczi/#i_8631

FOULE

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 848 mots

Que la question de la psychologie des foules ne soit apparue qu'au xix e siècle s'explique peut-être par le fait qu'avec les sociétés industrielles nous voyons se développer le phénomène de l'entrée des masses dans la vie publique, l'intervention du nombre comme facteur politique, le poids arithmétique des majorités contre les élites. C'est, en t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foule/#i_8631

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « La dimension de la demande »  : […] Pour se convaincre du sens véritable de la frustration, il suffit de voir comment Freud use du concept, et de quelle façon celui-ci lui permet de constituer un cadre général capable d'interpréter les différents types de déclenchement de la névrose, et cela en mettant son concept en rapport, non pas avec la dimension de l'objet, mais avec celle de la demande. Examinant le premier type de déclenchem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frustration/#i_8631

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 557 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apport critique de la psychose »  : […] Portée par le commentaire du cas Schreber au cœur de la réflexion freudienne, l'analyse de la psychose a renouvelé l'analyse de l'intérêt, en la situant dans une perspective nouvelle, qui est celle de l'analyse du moi. Renouvellement profond dans la mesure où il affecte plusieurs aspects de l'intérêt – que laisserait dans l'ombre le legs de l'analyse de la névrose. Le problème est de comprendre d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interet-sciences-humaines/#i_8631

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « De la critique de Jung à l'Éros »  : […] À quelques années de distance, le supplément aux Trois Essais que l'on vient d'évoquer prolongeait la discussion ouverte en 1912 par la publication de Jung intitulée Wandlungen und Symbole der Libido et dont les thèmes essentiels sont développés par ailleurs [cf.  intérêt ]. Rappelons seulement que, si Jung a développé, en rup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_8631

MÉDECINE - Relation malade-médecin

  • Écrit par 
  • Bernard GLORION, 
  • Lucien ISRAËL
  •  • 7 756 mots

Dans le chapitre « Le corps du patient »  : […] La maladie introduit une faille dans l'image que l'individu avait de lui-même. L'image est ternie, elle cesse d'être satisfaisante. C'est au niveau du corps, de l'amour ou de l'intérêt qu'il porte à son corps, que le sujet se trouve blessé. Il ne peut plus se considérer comme le bel objet, ou le bel instrument, source de plaisir pour soi, d'admiration ou d'envie pour autrui. En fait, ce rôle icono […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-relation-malade-medecin/#i_8631

NOSTALGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 5 257 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un processus psychologique »  : […] C'est en effet le même terme de nostalgie ( Sehnsucht ) que reprend Freud pour désigner également une aspiration intense issue le plus souvent de satisfactions passées auxquelles le sujet n'a pu totalement renoncer, telles par exemple les satisfactions sexuelles qui sont attachées aux zones érogènes infantiles et que le sujet a dû abandonner au profit de la seule satisfa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nostalgie/#i_8631

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Interprétation et construction »  : […] La psychanalyse, on le sait, a pris naissance à la rencontre de l'investigation clinique de l'hystérie et de l'auto-analyse de Freud. De la première sont issues la conception du sens du symptôme et la découverte du transfert en tant que noyau de la définition des névroses de transfert ; la seconde a mis au jour les mécanismes d'élaboration des processus primaires ; et l'analogie des deux domaines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_8631

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Régression temporelle et régression topique »  : […] Une telle conception engage la mise au point des concepts tels que ceux de régression , de narcissisme primitif , de processus primaire . Pour s'en tenir à celui de régression, dont l'usage est fréquent dans la théorie de la psychose, on rappellera qu'il se conçoit tout d'abord en fonction du développement du moi et du développement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_8631

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 5 133 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Psychothérapie et psychothérapies »  : […] Une présentation historique des méthodes psychothérapiques correspond sans doute aux faits. Chacune d'elles est née dans un contexte donné et s'est située à un moment de l'évolution du mouvement psychothérapique, en fonction d'un stade de la pratique psychiatrique et aussi par rapport à des influences culturelles. On s'étonnera qu'il n'ait pas encore été possible d'étudier ces méthodes dans leur e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie/#i_8631

Pour citer l’article

Jean-François RICHARD, « RÉGRESSION, psychologie et psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/regression-psychologie-et-psychanalyse/