RÉDUCTIONNISME & HOLISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Doctrine de la matière, dont le but est d'expliquer le principe qui produit les choses, le matérialisme est une doctrine de l'unité, qui prétend rendre compte de la variété et de la diversité, en plaçant cette unité dans une substance, dont toutes les formes et propriétés susceptibles de se rencontrer sont des transformations. Cela se manifeste, dès l'origine, chez les premiers penseurs antésocratiques. L'idée de réduction apparaît ensuite, lorsque l'identité a été découverte, avec les possibilités qu'elle offre pour répartir des êtres différents en classes. Des choses distinctes peuvent être traitées comme identiques sous le rapport des propriétés qui leur sont communes. On procède ainsi quand on explique la qualité par la quantité, ce qui est un genre de réduction. Un autre trait du monisme matérialiste est l'explication par une seule espèce de cause. Ce type d'explication peut être caractérisé de réducteur, par comparaison avec des systèmes qui admettent plusieurs sortes de causalité. Le réductionnisme tend à dériver le supérieur (le conscient, le vital) de l'inférieur (le physico-chimique). N'attribuant de réalité qu'aux constituants les plus petits de l'univers et interprétant les niveaux d'organisation supérieurs en termes des inférieurs, il apparaît comme un aspect du matérialisme, autant que postuler une matière faite d'éléments indécomposables et absolus (particules fondamentales, « briques d'univers ») est essentiel à cette doctrine. Lorsqu'on a égard à la différence entre la réalité en soi et les théories ou les modèles, on présente le réductionnisme comme une thèse sur les théories plutôt que sur leurs objets. Elle affirme alors la réductibilité du niveau de description supérieur (biologique) au niveau de description inférieur (physico-chimique). Concession à l'idéalisme de la « philosophie des sciences » ? Pas seulement. Cela inclut une référence à des réductions comme celle de la thermodynamique à la mécanique statistique. On peut aussi mettre le réductionnisme sous le patronage de Descartes, qui considérait les vivants comme des machines descriptibles par figure et mouvement. Cette conception justifie l'emploi exclusif de méthodes d'analyse et de décomposition : les propriétés d'un tout devant se déduire des propriétés de ses parties, les organismes seront explicables à partir des éléments qui les composent. C'est un exemple de réduction, puisque l'explication élaborée dans un domaine (la mécanique : figure et mouvement) est étendue à un autre domaine (le biologique) : l'étude des systèmes inanimés commence par la description d'états et de mouvements (changements quantitatifs) des parties qui les composent. La biologie moléculaire d'aujourd'hui est-elle un héritage de la tradition cartésienne ? Certains pensent qu'une description de ce genre n'épuise pas le fonctionnement des systèmes animés.

Ce type de réduction d'une description à une autre (qu'on appelle épistémologique) laisse un résidu. La prétendue réduction des mathématiques à la logique, qui en est le paradigme, a été un fiasco. ( On peut faire valoir que l'échec est fécond, puisqu'il a été l'occasion d'approfondir et de développer les méthodes axiomatiques en mathématiques : les erreurs en science sont parfois plus instructives que mainte vérité factuelle dépourvue d'intérêt.) Les réductions épistémologiques offrent prise à malentendu. On peut dire que toute loi physique est a priori vraie en biologie et en sociologie, parce que toute fonction vitale et tout fait social ont une base physico-chimique. Mais, comme énoncé vrai dans ces disciplines « surbordonnées », une loi physique est inintéressante, dépourvue de contenu et d'information. De plus, en ce qui concerne la biologie, des concepts tels que organe, cellule, espèce, etc., n'ont pas encore pu être définis en termes de coordonnées spatio-temporelles (points d'espace-temps) et de réactions physico-chimiques. Faute d'une telle définition, on ne connaît pas d'axiomes de théorie physique pour la biologie. La réduction des niveaux de description, si même elle a un sens, est un espoir plutôt qu'une réalité.

A-t-elle un sens ? Les lois du niveau biologique pourraient-elles se déduire des lois physiques «  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université Paris-XII-Val-de-Marne, Créteil

Classification

Autres références

«  RÉDUCTIONNISME & HOLISME  » est également traité dans :

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique de Meyerson »  : […] Le paradigme relationnel, avec sa variante logiciste, représente l'orthodoxie positiviste, qui réduit l'explication à la description légale, c'est-à-dire en termes d'énoncés de rapports quantitatifs constants. Meyerson a critiqué ce réductionnisme en montrant qu'il ne rend pas justice à la tendance explicative des sciences. D'abord, la physique – la discipline qui passe, à l'époque contemporaine […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les deux dogmes selon Quine »  : […] La thèse générale est ainsi résumée par Quine : « L'empirisme moderne dépend en grande partie de deux dogmes. Le premier consiste à croire à un clivage fondamental entre les vérités analytiques (ou fondées sur les significations indépendamment des faits) et des vérités synthétiques (ou fondées sur les faits). Le second, le réductionnisme, consiste à croire que chaque énoncé doué de signification […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le célèbre « critère de signification » des Viennois, s […] Lire la suite

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et la connaissance »  : […] Être rationaliste, c'est assurément d'abord accorder un statut sans équivoque à ce que nous connaissons par expérience à travers le truchement de nos sens. Se proposer de reconstruire intégralement toute notre connaissance du monde par le seul effort d'une pensée abstraite ne saurait être une position tenable aujourd'hui, et procéderait d'une espèce d'hyperrationalisme tournant à vide. Un rational […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LARGEAULT, « RÉDUCTIONNISME & HOLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-et-holisme/