RÉDUCTIONNISME & HOLISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un exemple, la théorie de l'évolution

L'enjeu de la théorie de l'évolution est le suivant : les réductionnistes doivent montrer comment toutes les formes de la vie sont dérivables à partir d'une matière vivante qui serait elle-même un phénomène physico-chimique. C'est à ce titre que cette théorie est prise en considération ici.

L'idée de l'évolution est ancienne ; elle figure déjà chez Anaximandre. Observant que l'homme a besoin d'une longue période d'allaitement, à la différence des autres animaux qui trouvent aussitôt leur nourriture, il en infère que l'homme n'aurait pas survécu s'il avait été à l'origine tel qu'il est maintenant. Les pythagoriciens conçoivent une évolution qui irait du multiple à l'un, Démocrite conçoit l'évolution comme allant du chaos à l'ordre par le moyen du fortuit. À l'époque classique, dans un contexte préformationniste (Leibniz, C. Bonnet), « évolution » signifie déroulement d'un principe intérieur, mise au jour de potentialités immanentes. Le développement de l'embryon est dirigé par une forme, l'hérédité qui le maintient dans des limites fixes. La forme se reproduit ; l'embryon d'une espèce ne ressemble qu'à un embryon de la même espèce, etc. (Aristote : « L'homme engendre l'homme et la plante la plante »). Nous pouvons appeler holiste cette conception. Par la suite, « évolution » s'emploie à propos de changements quelconques. Une évolution n'est pas forcément dirigée, elle résulte d'interactions et de causes physico-chimiques. La théorie qui manquait et qui explique les facteurs de l'évolution des êtres vivants, comprise en ce sens, a été créée en deux étapes, la première, le transformisme, due pour l'essentiel à Lamarck. Théorie de l'évolution devient synonyme de transformisme, puis le transformisme est repensé par Darwin. Il n'y a pas une mais plusieurs théories de l'évolution. Le néo-darwinisme (attribué à Weismann) et des variantes plus récentes diffèrent des hypothèses de Darwin. La théorie de l'évolution prend son origine dans les intuitions de Goethe et de Geoffroy Saint-Hilaire sur l'unité de plan des organismes ; d'une espèce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'université Paris-XII-Val-de-Marne, Créteil

Classification


Autres références

«  RÉDUCTIONNISME & HOLISME  » est également traité dans :

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique de Meyerson »  : […] Le paradigme relationnel, avec sa variante logiciste, représente l'orthodoxie positiviste, qui réduit l'explication à la description légale, c'est-à-dire en termes d'énoncés de rapports quantitatifs constants. Meyerson a critiqué ce réductionnisme en montrant qu'il ne rend pas justice à la tendance explicative des sciences. D'abord, la physique – la discipline qui passe, à l'époque contemporaine […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les deux dogmes selon Quine »  : […] La thèse générale est ainsi résumée par Quine : « L'empirisme moderne dépend en grande partie de deux dogmes. Le premier consiste à croire à un clivage fondamental entre les vérités analytiques (ou fondées sur les significations indépendamment des faits) et des vérités synthétiques (ou fondées sur les faits). Le second, le réductionnisme, consiste à croire que chaque énoncé doué de signification […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théorie et expérience »  : […] Le programme empiriste logique d'une réduction du langage de la science à des données observables rencontre des limites analogues. Alors que le positivisme classique (celui de Comte et de Mill) entendait réduire la science à l'énoncé de « lois des phénomènes », le positivisme viennois reformule le problème dans un cadre linguistique. Selon le célèbre « critère de signification » des Viennois, s […] Lire la suite

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « La raison et la connaissance »  : […] Être rationaliste, c'est assurément d'abord accorder un statut sans équivoque à ce que nous connaissons par expérience à travers le truchement de nos sens. Se proposer de reconstruire intégralement toute notre connaissance du monde par le seul effort d'une pensée abstraite ne saurait être une position tenable aujourd'hui, et procéderait d'une espèce d'hyperrationalisme tournant à vide. Un rational […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LARGEAULT, « RÉDUCTIONNISME & HOLISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reductionnisme-et-holisme/