RATIONALISATION, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme introduit en psychanalyse par Ernest Jones en 1908 (La Rationalisation dans la vie quotidienne), et utilisé pour désigner un procédé qui, comme tel, apparaît dans un champ très étendu allant de la pensée normale à la pensée délirante.

La rationalisation permet au sujet de tolérer des attitudes émotives et des expériences pulsionnelles (qu'il redouterait ordinairement) chaque fois qu'il peut les justifier comme « raisonnables » logiquement ou acceptables moralement, ou les deux à la fois. Les motifs véritables de sa conduite, de sa pensée ou de ses actes ne sont pas aperçus ; le sujet évite de prendre conscience du fait qu'il est le jouet de ses pulsions. Tant qu'il réussit à justifier ainsi ces dernières, il peut s'y soumettre. Ainsi rationalise-t-on un symptôme, une compulsion défensive, une formation réactionnelle. Certains sujets cèdent aux pulsions névrotiques sans jamais se demander pourquoi ils agissent ainsi ; ils rationalisent peu ou pas du tout. L'idéalisation est une forme de rationalisation où le Moi qui « vit » un idéal s'en estime valorisé et retrouve par là un peu de sa toute-puissance perdue dans l'enfance. Pour Freud, la rationalisation ne crée pas des idées délirantes, même si tel ou tel délire (paranoïaque, par exemple) peut être fortement rationalisé et structuré logiquement.

La rationalisation est proche des mécanismes de défense, sans pour autant en faire partie à strictement parler ; elle s'en distingue, car elle masque, en une sorte d'élaboration secondaire, les divers éléments du conflit défensif. Aussi les mécanismes de défense peuvent-ils être eux-mêmes rationalisés (par exemple, les idéologies, les morales, les religions, les convictions politiques). L'intellectualisation, en revanche, est citée par Anna Freud parmi les mécanismes de défense ; elle est, en effet, un processus qui tend notamment à tenir à distance et à neutraliser les affects, ce que ne fait pas directement la rationalisation qui, elle, leur attribuera des raisons plausibles mais peu en rapport avec la vérité.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  RATIONALISATION, psychanalyse  » est également traité dans :

INTERPRÉTATION

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Acheminement du sens, temps et stylistique de la présence »  : […] Le sens inconscient n'apparaît pas directement : il chemine à travers les résistances jusqu'à la conscience. C'est dire que l'interprétation se distingue à la fois d'un acte de suggestion et d'une explication. Le premier, comme l'a noté Binswanger, participe non d'un « comprendre », mais d'un « prendre à » ou d'un « prendre par » (prendre au mot, prendre par le sentiment). Il assigne donc le sujet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation/#i_35199

PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre GRÉCO
  •  • 16 218 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le recueil des données »  : […] Les techniques pour le recueil des données peuvent donc être fort diverses, et même, en vertu du principe « holistique », elles ne connaissent pas de limites : observation directe, dossiers biographiques, interviews non directives ou semi-directives, questionnaires préétablis, dont certains se bornent à relever des informations individuelles, tandis que d'autres sont standardisés et étalonnés comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/#i_35199

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « RATIONALISATION, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisation-psychanalyse/